Naftali Bennett, président du parti de droite Yamina

Grande déception chez les électeurs de Yamina et de Naftali Bennett

Déception des électeurs de Yamina et réaction hypocrite de Bennet suite à la décision du président Rivlin de choisir Netanyahou

Le président de Yamina, Naftali Bennett a fait une déclaration aux médias et adressé un message au président de Yesh Atid, Yair Lapid: «Je n’abandonnerai mes valeurs pour aucun rôle dans le monde».  Il a ajouté que «il existe de nombreuses façons d’atteindre un gouvernement qui reflète le consensus national».

Il a ajouté: «Je souhaite à Netanyahou plein succès dans la mission, nous viendrons avec une bonne volonté à toutes les négociations de coalition afin d’établir un gouvernement de droite stable. Je m’engage à ce que tout gouvernement formé, quel que soit son chef, exprimera et représentera tous les citoyens d’Israël».

Pour rappel, Bennett avec ses sept recommandations, n’a pas proposé Netanyahou en tant que Premier ministre mais s’est recommandé lui-même. Un de ses membres (maire de Sederot) a quitté son poste de député de Yamina à la Knesset suite aux rumeurs de Bennet de rejoindre Lapid, mais comme Rivlin a décidé officiellement ce matin, de choisir Netanyhou, le président de Yamina se rappelle soudainement des valeurs de la droite en le rappelant à Lapid…

Le Dr Hagaï Ben-Artzi, beau-frère du Premier ministre, exprime sa profonde déception face aux initiatives politiques promues par le président de Yamina, l’ancien ministre Naftali Bennett, de sa propre recommandation pour la formation du prochain gouvernement à un examen de la réconciliation du mouvement Mizrahi.

En tant que conférencier biblique, le Dr Ben-Artzi commence par un exemple douloureux du passé collectif du peuple d’Israël: «On dit de Samuel, le prophète, qu’après avoir été déçu par le roi Saül, il s’est séparé de lui et a pleuré toute la nuit à cause de la grande déception et la grande rupture des espoirs. «Je me sentais comme le prophète Samuel».  Avec une grande déception de Naftali Bennett, à qui j’ai accroché beaucoup d’espoirs et d’attentes depuis mon entrée en politique, ces derniers jours, tout s’est effondré. Il s’est rendu ridicule et pathétique et peut-être même stupide».

Et peut-être y a-t-il de la place pour un gouvernement de réconciliation en cette ère de controverse et de rupture dans le peuple?

«J’ai lu la carte publique socialement et politiquement telle qu’elle est. Des partis comme le Méretz et le Parti travailliste ont longtemps été incapables de se définir en tant que partis sionistes. La volonté d’inclure un Arabe dont le rêve est la destruction de Zichron Yaacov, qui a été créé il y a 140 ans est un non-sens. Bennett pense-t-il à lui-même, est-il fou»?

«Naftali ne comprend-il pas que tout le mouvement ‒ avec lequel il est tenté de faire alliance ‒ a comme principal objectif [c’est leur rêve] de détruire, d’éliminer un demi-million de « colons » et d’établir un État palestinien? Nous l’avons vu lors de l’application des accords d’Oslo [et le désengagement qui a suivi], nous avons pu voir leur joie quand nous avons pleuré».  Après avoir évincé Bibi avec son aide, ils le jetteront dehors et réaliseront leur objectif de détruire les « colonies » de réimplantations».

Et le Dr Ben-Artzi d’ajouter: «Au-delà de cela, nous savons que, par un simple calcul, tout ce bloc compte 58 sièges et que le sens n’est pas seulement des bords et des contrastes dans les visions et les rêves, mais il n’y a même pas de gouvernement. Si Bennett avait été aussi intelligent que je l’avais toujours pensé, il aurait su que les deux options étaient soit un gouvernement dirigé par Netanyahou, soit une cinquième élection».

Le Dr Ben-Artzi continue ses paroles fermes à l’égard de Naftali Bennett: «Toutes ses déclarations tournent en dérision. Il y a eu une sorte de primaires à droite avec trois candidats, Netanyahou Saar et Bennett. Bibi en a reçu quatre fois plus. Le public a voté. Un leader a besoin d’un peu d’humilité. Il en était de même pour Moïse et le roi David aussi. Il voulait être Premier ministre et c’est bien et je l’ai même soutenu, mais quand le public dit le contraire, il aurait dû s’engager avec Netanyahou».

Ben Artzi n’accepte pas l’idée qu’il y ait un point dans le gouvernement de la Fraternité quand il accepte les débuts à la direction. «Bennett avait déjà admis par erreur et nous lui avons pardonné. Je mentionne qu’Effie Eitam s’est évaporé de la politique après avoir accompagné Lapid l’Ancien et laissé les ultra-orthodoxes à l’écart de la politique, mais maintenant il est parti de la politique depuis près de dix ans, et il ne peut pas être aussi stupide. Il n’y a aucune possibilité qu’un tel gouvernement voit le jour. Leur objectif est de l’évincer et d’aller a nouveau aux urnes sans Bibi sur la photo. Bibi travaille jour et nuit pour convaincre Saar de sortir de son abominable boycott».

Mais est ce que les paroles de Ben-Artzi à l’égard de Bennett découlent du lien personnel familial avec Netanyahou?

Peut-être ce lien lui rend-il difficile d’examiner la réalité d’un point de vue objectif?

Ben Artzi répond: «Pendant 25 ans, depuis l’accord d’Hébron, j’ai été le critique le plus assidu et le plus systématique de Bibi. Au-delà de cela, une partie de la tension familiale où ma sœur est en colère contre moi et Bibi est aussi en colère contre moi parce que j’ai soutenu Bennett et j’ai dit à Bibi que son traitement de Bennett était injuste».

Dr Hagaï Ben-Artzi, frère de Sarah Netanyahou, épouse du Premier ministre Netanyahou

Si tel est le cas, alors peut-être que Netanyahou avait raison quand il a critiqué Bennett dans le passé?

«Je suis également autorisé à admettre une erreur, alors j’ai pleuré toute la nuit», dit le Dr Ben-Artzi. «Bennett n’est probablement pas ce que nous pensions. Nous devrons attendre un autre roi David. Nous avons pensé que nous devrions préparer quelqu’un pour le lendemain de Bibi, quelqu’un qui aurait le soutien du public, alors j’ai essayé d’aider Bennett en tant que leader qui pourrait diriger non seulement le sionisme religieux, mais tout le camp national grâce à ses qualités spéciales. Nous y avons fondé tous nos espoirs, mais sa trahison brise les électeurs. «Pas un pour cent des électeurs de Bennett pense qu’un gouvernement avec Méretz et Avoda qui repose sur les Arabes vaut plus qu’un spectacle conçu pour éliminer Bibi».

Il a déclaré aussi en substance: «Bennett devrait tout mettre de côté, annoncer qu’il n’y a pas de négociations avec Lapid, je fais un effort pour faire venir Saar et peut-être même Gantz. Il serait alors possible de former un gouvernement de quatre-vingts sièges avec un large dénominateur commun qui ne repose pas sur des Arabes ou des gens qui ne rêvent que de déraciner les enclaves juives de Beit El, Hébron et Shilo. Il faut reconnaitre que Méretz et les travaillistes sont dans le deuxième camp, le camp de l’abandon. Ce sont deux groupes qui ont un abîme entre eux.

JForum ‒ Infos Israel-news

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.