Gaza : une opération massive avant les élections?

1
1409

Le jeu sécuritaire à la frontière se charge de nouvelles menaces, alors que le Hamas profite de la situation électorale afin d’extorquer de nouveaux fonds qataris au gouvernement. Le groupe terroriste islamiste, aître de la Bande et connaisseur des réseaux de contrebande du Sinaï, monnaie ses services aux renseignements égyptiens, en “balançant” ses anciens alliés de l’Etat Islamique, en l’échange d’une pression accrue contre l’Etat Juif. De l’autre côté, Netanyahu, ministre de la défense, en plus de se représenter pour un 5ème mandat, pourrait être tenté de jouer son va-tout contre le cartel des Généraux (Gantz, Ya’alon, Ashkenazi), de façon à démontrer son inventivité stratégique et diplomatique, face à une situation devenue inextricable à Gaza. Mais l’hypothèse paraît risquée, à seulement un mois de l’échéance, là où des coups de semonce peuvent suffire à rappeler au Hamas que sa survie politique ne tient qu’à un fil : quand il aura cessé d’être utile au Caire contre Daesh, qu’adviendra t-il de lui?

 

Des avions israéliens frappent une base navale du Hamas après un tir de mortier

qui a déclenché une contre-attaque de Dôme de Fer

Des avions israéliens ont  bombardé jeudi matin un poste naval du Hamas dans la bande de Gaza, quelques heures après le tir d’un obus de mortier de l’enclave palestinienne au sud d’Israël, a annoncé l’armée.

“Des avions de combat et des drones ont touché plusieurs cibles militaires dans un complexe du Hamas, dans le sud de la bande de Gaza”, a déclaré jeudi les forces de défense israéliennes dans un communiqué.

Les médias palestiniens ont rapporté que la cible était une base des commandos navals du Hamas. Une source de la sécurité palestinienne a confirmé qu’une base du Hamas avait été touchée, causant des dégâts mais sans faire de blessés. Le site d’informations Shehab lié au Hamas a indiqué que ce site était situé au nord-ouest de Khan Younis.

La frappe a eu lieu alors que le ministère de la Santé dirigé par le Hamas à Gaza a annoncé qu’un jeune garçon de 15 ans avait succombé aux blessures subies lors des affrontements avec les forces israéliennes à la barrière de sécurité mercredi soir.

L’armée a déclaré que la frappe, vers 1h30 du matin, faisait suite à un projectile tiré de l’enclave palestinienne et à des ballons chargés d’explosifs lancés contre Israël, mercredi soir.

Quelques heures auparavant, l’armée avait annoncé avoir tiré un missile de défense aérienne Dôme de Fer en réponse à un obus de mortier en provenance de la Bande.

Il n’était pas évident de savoir si le projectile de Gaza a été intercepté ou à quel endroit il a atterri. Aucun cas de blessure ou de dommage n’a été signalé.

Des violences de plus en plus accrues se sont produites dans la région frontalière ces derniers jours. Israël a lancé des frappes aériennes en réponse à des explosifs attachés à des ballons lancés depuis Gaza. Mercredi, trois engins explosifs attachés à des ballons ont été lancés depuis la bande de Gaza et ont explosé au-dessus des communautés de la région d’Eshkol.

Un groupe de ballons portant ce qui semble être une maquette en carton d’un drone lancé depuis la bande de Gaza atterrit dans le sud d’Israël le 20 février 2019. (Sécurité Eshkol)

Les explosions n’ont causé ni blessures ni dommages, a déclaré le Conseil régional d’Eshkol dans un communiqué.

Des affrontements ont également eu lieu de nuit entre les émeutiers palestiniens et les troupes le long de la barrière frontalière, y compris mercredi soir.

Le ministre de la Santé de Gaza a déclaré jeudi que Saif al Din Abou Zaid, 15 ans, “avait succombé aux blessures qu’il avait subies il y a quelques heures à la frontière à l’est de la ville de Gaza”.

Le porte-parole du ministère de la Santé, Ashraf al-Qudra, a déclaré qu’il avait été abattu lors d’affrontements survenus le long de la frontière mercredi dernier.

Une porte-parole de l’armée israélienne n’a pas commenté l’incident en question, mais a déclaré que des centaines d ‘émeutiers avaient lancé des pierres et des engins explosifs sur les troupes le long de la frontière, les soldats réagissant conformément aux “procédures opératoires standard”.

L’armée a déclaré que des sirènes devant signaler des roquettes avaient été déclenchées par accident dans la région de Shaar Hanéguev par des émeutiers qui avaient tenté de lancer un engin explosif sur les troupes de l’autre côté de la frontière.

Un Palestinien masqué tire un pneu en flammes lors d’une manifestation nocturne près de la clôture le long de la frontière avec Israël, à l’est de la ville de Gaza, le 11 février 2019. (Mahmud Hams / AFP)

Lors des manifestations nocturnes, dirigées par les soi-disant «unités chargées de semer la confusion», les participants ont généralement lancé des explosifs à forte intensité, brûlé des pneus et jeté des pierres sur les troupes israéliennes, de l’autre côté de la barrière de sécurité. Les soldats israéliens répondent généralement avec des gaz lacrymogènes et, dans certains cas, par des tirs réels.

Israël a accusé le Hamas, un groupe terroriste qui est le dirigeant de facto dans la bande de Gaza, d’encourager les émeutes et de les utiliser comme couverture pour des attaques plus sophistiquées. Les analystes estiment également que le Hamas pourrait utiliser ces manifestations pour accroître la pression sur Israël afin qu’il accepte un nouvel accord de cessez-le-feu prévoyant notamment le transfert de millions de dollars en aide.

Une délégation égyptienne s’est rendue à Gaza cette semaine dans le but de convaincre les dirigeants du Hamas de reprendre la maîtrise de la violence. Ils ont averti que “créer des tensions à la frontière en lançant des ballons incendiaires amènera Tsahal à lancer une large confrontation militaire dans la bande de Gaza”, selon un article du journal libanais Al-Akhbar, inféodé au Hezbollah et qui cite une source importante du Hamas.

Lundi, le chef du Hamas Ismail Haniyeh a accusé Israël d’avoir violé un précédent cessez-le-feu, qui a cédé la place à la reprise des combats.

AFP et JForum.

“Israël demande au Hamas de freiner la violence à la frontière ou de devoir faire face à une action militaire majeure”

Selon des médias de langue arabe, l’avertissement israélien est intervenu alors que de nouveaux pourparlers indirects sur le cessez-le-feu étaient négociés entre les deux parties, sous l’égide de médiateurs égyptiens, dans le but de mettre un terme à des mois de tension croissante.

Israël aurait averti l’organisation terroriste palestinienne Hamas qu’elle ferait face à une action militaire généralisée si elle ne réprimait pas la violence le long de la frontière avec la bande de Gaza, l’enclave côtière qu’elle contrôle.

Les deux parties sont au beau milieu de négociations indirectes menées par l’Egypte, dans le but de consolider un accord de cessez-le-feu après des mois de tensions croissantes entre les deux parties, a rapporté mercredi le journal londonien Asharq al-Awsat, de langue arabe.

Emeutes le long de la frontière entre Israël et Gaza (Photo: EPA)

Emeutes le long de la frontière entre Israël et Gaza (Photo: EPA)

 

Selon le journal libanais Al-Akhbar, Israël a déclaré que, bien que le gouvernement soit disposé à modifier les termes de l’accord conformément aux exigences du Hamas, si le groupe terroriste persiste dans la violence frontalière, une opération militaire de grande envergure dans la bande de Gaza serait inévitable.

L’avertissement israélien intervient au milieu d’une campagne électorale particulièrement serrée en Israël, qui amène la question de la sécurité au centre des préoccupations du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui tente de se faire réélire contre un parti dirigé par l’ancien chef de l’armée, Benny Gantz, qui semble être légèrement en  avance dans les sondages. Le Parti bleu et blanc de Gantz est également le foyer politique de ses anciens ex-chefs d’Etat-Major de Tsahal, Gabi Ashkenazi et Moshe Ya’alon (ex-Ministre de la Défense).

Dispositif explosif attaché à des ballons au-dessus d’Israël (ציול: עומר צדיקוביץ)

La délégation égyptienne – composée de responsables des services de renseignements – a négocié un possible accord de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas au cours des derniers mois. Les négociations se sont toutefois enlisées, en raison de la poursuite des manifestations violentes de la “Marche du retour” palestiniennes le long de la frontière de Gaza et du début de la campagne électorale israélienne. Toutefois, le chef adjoint des services de renseignement égyptiens s’est également joint à la délégation du pays lors de la dernière visite dans l’enclave côtière.

La publication basée à Londres a ajouté que comme condition préalable au transfert ultérieur des fonds qatari dans la bande de Gaza, Israël demande au Hamas de cesser toute violence à la frontière, y compris les émeutes près de la barrière de sécurité et le lancement de dispositifs incendiaires en vol, qui ont décimé des terres agricoles israéliennes près de la frontière.

Ces derniers jours, Tsahal a frappé plusieurs positions du Hamas à Gaza en réponse à des engins explosifs reliés à des ballons lancés sur le territoire israélien.

Elior Levy | Publié: 06. 03.19, 11:48

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.