Explosions signalées près de Téhéran, alors que l’Irak arrête des chefs de milices soutenues par l’Iran et confisque des missiles

Des vidéos et des photos publiées sur les réseaux sociaux et récupérées par les médias locaux ont montré une possible explosion avec un flash orange vif suivi d’un grand panache de fumée.

Une torche de gaz sur une plate-forme de production de pétrole dans les champs pétroliers de Soroush est vue aux côtés d'un drapeau iranien dans le golfe Persique, Iran, 25 juillet 2005 (crédit photo: RAHEB HOMAVANDI / REUTERS)
Une torche de gaz sur une plate-forme de production de pétrole dans les champs pétroliers de Soroush est perçue aux côtés d’un drapeau iranien dans le golfe Persique, Iran, 25 juillet 2005 (crédit photo: RAHEB HOMAVANDI / REUTERS)
Une explosion s’est produite dans une installation de stockage de gaz iranienne, dans une zone qui abrite un site militaire sensible près de la capitale Téhéran, a déclaré vendredi à la télévision d’Etat un porte-parole du ministère de la Défense.
L’explosion a eu lieu dans la “zone publique” de Parchin, a déclaré le porte-parole, Davoud Abdi, par opposition au site militaire, où les services de sécurité occidentaux pensent que Téhéran a effectué des tests concernant les détonations de bombes nucléaires, il y a plus de dix ans. L’Iran a nié ces actions.

À peu près au même moment, la moitié de la ville iranienne de Shiraz a été noircie par une explosion dans la centrale électrique locale. Les deux incidents – tous deux faisant l’objet d’une enquête – ont suscité une inquiétude panique sur les médias sociaux d’une éventuelle attaque contre le pays.

L’Observatoire nucléaire (AIEA) s’est vu refuser pendant des années l’accès à l’installation militaire de Parchin pour enquêter sur les allégations antérieures selon lesquelles il avait été utilisé avant 2004 pour les tests secrets de composants hautement explosifs d’une ogive nucléaire, ce que Téhéran a toujours démenti.

Par la suite, le 30 avril 2018, des archives saisies par Israël à Téhéran ont révélé que le site de Parchin était un élément clé du programme de recherche et de développement d’armes nucléaires de l’Iran. Ces archives contenaient des preuves documentaires qu’en 2003, l’Iran mettait en œuvre un programme d’armes nucléaires, baptisé nom de plan AMAD, qui visait à construire cinq armes nucléaires et à préparer un site d’essai nucléaire souterrain. Parchin était un élément clé de ce programme, utilisé pour un initiateur de neutrons spécialisé, difficile à développer, pour démarrer la réaction en chaîne dans une explosion nucléaire. Certains équipements seraient prêts à être utilisés ultérieurement, potentiellement à l’expiration de l’accord nucléaire iranien de 2015 avec les six puissances mondiales.

La semaine dernière, l’Agence internationale de l’énergie atomique a déclaré que ses inspecteurs n’avaient toujours pas accès à deux sites soupçonnés d’activités nucléaires au motif que les installations militaires iraniennes étaient interdites à l’inspection externe.

https://twitter.com/i/status/1276269323527639041
Abdi a déclaré que l’incendie avait été maîtrisé et qu’il n’y avait eu aucune victime. Il n’a donné aucune information sur la cause de l’explosion.
Des vidéos et des photos publiées sur les réseaux sociaux et captées par les médias locaux ont montré une explosion avec un flash orange vif, suivie d’un grand panache de fumée.
Iran: une grosse explosion à l'est de Téhéran Iran: Grande explosion à l’est de Téhéran (Photo: capture d’écran Twitter)

L’agence de presse iranienne ISNA, un organe médiatique sous contrôle des autorités iraniennes, a indiqué que la source de l’explosion intense était l’accumulation de gaz industriel dans un complexe appartenant au ministère de la Défense.

Les experts de l’Iran disent que Parchin est en fait une usine de fabrication d’explosifs. Cela a constitué une pierre achoppement dans le passé, lorsque des rapports étrangers disent qu’Israël a démontré dans les archives nucléaires iraniennes que le Mossad a exfiltrées, des images d’une cellule métallique construite pour des expériences de “haute explosivité” à Parchin.

Pendant ce temps, les forces de sécurité irakiennes ont effectué une descente dans un quartier général appartenant à une puissante milice soutenue par l’Iran dans le sud de Bagdad tard jeudi, ont saisi des roquettes et arrêté trois commandants du groupe, ont déclaré deux responsables du gouvernement irakien.
Les responsables ont déclaré que le groupe de milices visé était le Kataib Hezbollah soutenu par l’Iran, que les responsables américains ont accusé d’avoir tiré des roquettes sur des bases abritant des troupes américaines et d’autres installations en Irak.
C’était le raid le plus osé depuis des années par les forces de sécurité irakiennes contre un puissant groupe paramilitaire soutenu par Téhéran, dont les milices par procuration ont développé une forme de domination militaire, politique et économique en Irak.
Le nouveau Premier ministre irakien, Mustafa al-Kadhimi, a indiqué qu’il serait sévère avec les milices qui ciblent les installations américaines. Le raid, qui a eu lieu après minuit, est le premier signe que Kadhimi mettra en oeuvre son discours dur.
Elle a eu lieu après un certain nombre d’attaques à la roquette près de l’ambassade américaine à Bagdad et d’autres sites militaires américains dans le pays ces dernières semaines.
Il n’y a eu aucun commentaire immédiat des milices irakiennes ou de l’Iran. Téhéran et Washington ont soutenu Kadhimi qui est devenu Premier ministre en mai.
L’un des responsables du gouvernement a déclaré à Reuters que l’un des trois commandants arrêtés lors du raid était un Iranien. Les forces spéciales irakiennes du Service de lutte contre le terrorisme ont mené le raid, a-t-il dit.
Un porte-parole de la coalition dirigée par les États-Unis en Irak et des sources paramilitaires irakiennes ont démenti une déclaration antérieure d’un des responsables du gouvernement selon laquelle les commandants détenus avaient été remis à l’armée américaine.
Un responsable avait déclaré que les trois commandants détenus avaient été remis à l’armée américaine. Le responsable irakien a déclaré qu’au moins 20 autres combattants avaient été arrêtés lors du raid.
Les tensions entre Washington et Téhéran, en particulier sur le sol irakien, sont élevées depuis au moins un an.
Il s’est presque propagé au conflit régional en janvier après que les États-Unis ont tué le cerveau militaire iranien Qassem Soleimani et le chef paramilitaire irakien Abu Mahdi al-Muhandis lors d’une frappe de drones à l’aéroport de Bagdad.
Adaptation : Marc Brzustowski

4 Commentaires

  1. Le plus incroyable est la capture de plusieurs ingénieurs nucléaires iraniens d’un coup par les USA ? Impossible à réaliser, jamais les ingénieurs ne se seraient groupés pour sortir d’Iran, leur sortie en groupe leur aurait valu la mort.
    Par contre la réception par les USA est crédible !

    Les ingénieurs nucléaires iraniens ont beaucoup à donner aux USA.
    Eliminons dont la capture et les hazards disparaissent tous…

    Pour un oui, pour un non, ils risquaient la mort pour eux et leur famille, la chasse aux sorcières des Ayatollah est terrible…

    Ils ont donc marchandé les deux explosions en contre-partie de leur départ pour eux et leur famille aux USA.
    Ils se sont donnés le temps matériel de se rendre dans la base US la plus proche, les explosions devant se produire lorsqu’ils seraient tous en lieu sûr…

    Le reste venant des informateurs iraniens qui répètent les contes des Ayatollah.

  2. Quelqu’un pourrait me dire , pourquoi pas une ligne, ni meme une info dans les medias mainstream ?

    c’est pas juste un simple feu d’artifice !!!

    vraiment bizarre ce silence total….

  3. Terrible le hazard…,
    Une immense explosion dans la ville de Parchin dans un endroit où les iraniens ont tout débarrassé, preuve, il n’y a eu aucun mort, aucun blessé, c’est donc vrai que tout avait été débarrassé.

    Mais hazard extraordinaire… sans doute les iraniens ont-ils oublié des tonneaux de poudre lorsqu’ils ont débarrassé, une étincelle due à un orage, l’étincelle est tombée sur un tonneau de poudre, ensuite l’orage s’est déplacé trente kilomètres plus loin, vers la ville de Schiraz, et, chose encore plus extraordinaire encore, une autre étincelle tombée sur un autre tonneau, a fait bruler l’usine à gaz.
    Sans doute était-ce de la gaze pour les pharmacies de la ville puisque la fumée s’est étalé sur toute les maisons.
    Bizarre, bizarre le noir de fumée, çà a brûlé si vite que la fumée a couvert toute la ville… mystère.

    Cà suit de près la menace des iraniens contre Israël qui a détruit des cibles syriennes et iraniennes. Donc Israël serait impliqué ? Une sorte de Stuxnet ?

    Or le même jour des Irakiens ont arrêté des ingénieurs iraniens qu’ils on livré aux Américains ! Bizarre, des Irakiens qui découvrent des scientifiques iraniens qu’ils livrent aux Yankees ? Que faisaient ces ingénieurs nucléaires iraniens àcet endroit ?
    Le hazard on vous dit…

    Comment des irakiens ont-ils pu arrêter des ingénieurs iraniens pour les livrer aux Yankees ? Bizarre ! Il fallait être informé de tout… ce qui désigne Israël…

    Impossible tout ceci est un hazard, on peut même ajouter la menace de Bibi qui rappelle le même jour qu’il ne laissera jamais l’iran avoir la bombe, mais c’est vrai, seul le hazard peut faire toutes ces choses le même jour.
    Israël n’est pas concerné !

    Les Américains non plus, ne sont pas concernés !
    Le hazard, on vous dit…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.