Explosion des actes antisémites en 2018: Goldnadel clashe le CRIF

7
883

L’avocat Gilles-William Goldnadel a dénoncé samedi la diabolisation des partisans du contrôle des flux migratoires.

“Pas de surprise en effet, mais il eut été plus avisé d’appréhender à temps les effets tellement prévisibles d’une immigration illégale plutôt que de diaboliser ceux qui voulaient contrôler les flux migratoires par la stricte application des lois républicaines. Il est tard”, a-t-il déploré en partageant un tweet du président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), après l’annonce par le Premier ministre d’une augmentation de plus de 69% des actes antisémites.

G-William Goldnadel

@GWGoldnadel

Pas de surprise en effet , mais il eut été plus avisé d’appréhender à temps les effets tellement prévisibles d’une immigration illégale plutôt que de diaboliser ceux qui voulaient contrôler les flux migratoires par la stricte application des lois républicaines. Il est tard .

Francis Kalifat

@FrancisKalifat

Aucune surprise à l’annonce @EPhilippePM de l’explosion des chiffres de l’antisémitisme (+69%) nous le constatons au quotidien. Négationnismes, haine et délégitimation d’Israël, islamisme radical, inondent les réseaux sociaux.
Nous attendons actes forts.

287 personnes parlent à ce sujet

“Nous sommes très loin d’en avoir fini avec l’antisémitisme.” Le Premier ministre Edouard Philippe alerte sur la montée des actes antisémites, dans une tribune publiée ce vendredi 9 novembre sur Facebook.

Après deux années consécutives de baisse, le nombre d’actes antisémites a connu une forte poussée au cours des neuf premiers mois de 2018 : +69%, indique le chef du gouvernement.

Edouard Philippe s’exprime 80 ans jour pour jour après la nuit de Cristal, un pogrom organisé dans l’Allemagne nazie contre les juifs et leurs lieux de culte, dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938.

“Pourquoi rappeler, en 2018, un aussi pénible souvenir”, demande Edouard Philippe ? Car “chaque agression perpétrée contre un de nos concitoyens parce qu’il est juif résonne comme un nouveau bris de cristal.”

“De plan en plan”

Ces chiffres ne sont “pas une surprise”, a réagi le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Francis Kalifat, interrogé sur LCI.

“L’antisémitisme est profondément ancré dans notre pays […] Nous atteignons des niveaux qui vont devenir insupportables”, a-t-il estimé, en appelant à traiter ce phénomène de manière spécifique.

“On ne peut plus aller de plan en plan pour lutter contre l’antisémitisme, parce que nous constatons que ces plans qui se succèdent n’arrivent pas à résorber ce cancer qui gangrène notre société”, a-t-il déploré.

Il a appelé les autorités à traiter “l’antisémitisme de façon individuelle, […] pas comme la lutte contre l’ensemble des haines”. “L’antisémitisme ne répond pas aux mêmes ressorts que les autres haines”, a-t-il affirmé.

Décrue en 2016 et 2017

Après une année 2015 record, les actes antisémites avaient nettement reculé en 2016 (-58%).

La décrue s’était poursuivie en 2017 (-7%), avec 311 actes répertoriés, même si elle masquait une augmentation des actes violents visant les juifs.

Après l’attentat antisémite de Pittsburgh aux Etats-Unis fin octobre, Edouard Philippe avait redit sa détermination à “ne rien laisser passer” en matière d’antisémitisme en France.

Citant le rescapé des camps nazis Elie Wiesel pour avertir du “danger” de “l’indifférence”, le Premier ministre assure que “le gouvernement a précisément choisi de ne pas rester indifférent”, en rappelant des décisions prises ces derniers mois.

Le gouvernement prépare notamment pour 2019 une modification de la loi afin de renforcer la lutte contre la cyberhaine, en mettant la pression sur les opérateurs du Net.

“Dès la mi-novembre”, une équipe nationale sera mobilisable “en permanence” au ministère de l’Education nationale pour intervenir dans les établissements scolaires en appui de tout enseignant confronté à l’antisémitisme, précise-t-il. Mais, ajoute-t-il :

“Il appartient aussi à chaque Français de se mobiliser.”

Le récent plan du Premier ministre contre le racisme et l’antisémitisme prévoit l’expérimentation d'”un réseau d’enquêteurs et de magistrats spécifiquement formés à la lutte contre les actes haineux”, qui pourrait être étendu au niveau national, ainsi qu’un dispositif de pré-plainte en ligne afin de favoriser les signalements.

(avec AFP)

 

Il y a tout juste 80 ans, le 9 novembre, survenait la nuit de Cristal. À l’échelle de l’Allemagne et de l’Autriche, des groupes nazis avaient incendié des centaines de synagogues, attaqué et arrêté massivement des Juifs et détruit des milliers de magasins qu’ils détenaient. Ces prochains jours, des commémorations sont prévues pour rappeler les atrocités du passé, mais aussi pour les faire résonner avec le présent.

euronews consacre plusieurs reportages à l’antisémitisme, au racisme, à travers l’Europe et notamment en France où notre reporter Cyril Fourneris est allé à la rencontre de la communauté juive.

La France compte la plus grande communauté juive d’Europe : environ 550.000 personnes. Ces dernières décennies, bon nombre de juifs disent ne plus être en sécurité dans leur pays.

Nous nous rendons dans le XVIIe arrondissement de Paris, un quartier où de plus en plus de personnes de la communauté juive s’installent et où près d’une centaine de restaurants kasher ont ouvert ces dix dernières années d’après le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme.

“Ils nous ont ficelés tous les trois dans la chambre…”

La famille Pinto a choisi de quitter la Seine-Saint-Denis. L’an dernier, trois hommes l’ont séquestrée plusieurs heures dans leur maison qu’ils avaient “ciblée” en raison de leur religion. Aujourd’hui, les auteurs présumés sont en prison.

“Ils nous ont dit : Vous êtes juifs, donc vous avez de l’argent,” raconte le père de famille, Roger Pinto. “Ils ont ficelé mon fils et ils ont esquinté ma femme à coups de pieds, surtout dans les côtes et moi, on m’a assommé,” précise-t-il avant d’ajouter : “Ils nous ont ficelés tous les trois dans notre chambre, ils nous ont assis sur le lit, ils nous on dit : Ne bougez pas ; si vous bougez, on vous tue. Quand ils voyaient qu’ils ne nous impressionnaient pas beaucoup,” poursuit-il, “ils ont sorti un très gros tournevis et c’est là que c’était grave, ils m’ont mis le tournevis comme ça” [ndlr : sous la gorge].

“Des militaires dans mon école”

Face à une autre menace, celle du terrorisme, les synagogues françaises sont protégées tout comme les écoles juives. Un groupe scolaire du XIIe arrondissement de Paris nous ouvre ses portes. Par mesure de sécurité, on nous demande de ne pas donner le nom de l’établissement et de ne pas filmer les élèves.

Il y a 39 ans, à sa création, ce groupe scolaire se voulait ouvert sur la cité. Mais le chef d’établissement a vu la situation se détériorer.

“On a eu quand même ici une période où on avait huit soldats qui étaient en armes, chez nous,” souligne Henri Cohen Solal. “Pour les enfants, c’est toujours une question : pourquoi moi, enfant juif, ai-je besoin d’avoir des militaires dans mon école ?” fait-il remarquer.

Les militaires sont partis. Un gardien, la police et un groupe de “parents protecteurs” ont pris le relais.

“D’accord, les familles vont se sentir suffisamment sécurisées, mais c’est une sécurité qui se fait au prix d’un repli sur soi,” regrette le directeur de l’école.

Lien avec la situation au Proche-Orient

Le nombre d’actes antisémites en France a explosé dans les années 2000 en lien avec la situation au Proche-Orient.

Pour mieux appréhender le phénomène, nous rencontrons Nonna Mayer, directrice de recherche au CNRS.

“On était tombés sous la barre des 50 [ndlr : actes antisémites] au milieu des années 1990,” indique-t-elle.

“Il y a eu une montée spectaculaire de ces actions et de ces menaces à partir de 2000 avec la seconde Intifada …” explique la spécialiste.

“Très souvent, on ne connaît pas précisément le profil des auteurs, mais on sait que c’est plutôt des jeunes hommes, souvent issus de l’immigration – alors qu’avant, c’étaient surtout des membres de l’extrême droite qui étaient les auteurs de ces actes – et qui ont du ressentiment contre une communauté qui apparaît comme privilégiée,” précise-t-elle.

Le sentiment de peur est l’un des facteurs de départ. On estime que 3000 juifs quittent chaque année la France, principalement pour rejoindre Israël.

euronews

7 COMMENTS

  1. Ceux qui déclare que l’antisémitisme disparaît puis réapparaît sont des naifs !

    Bon, il y a beaucoup et encore plus que beaucoup de désertion dans les églises catholiques, mais uniquement afin de nourrir l’antisémitisme maladif des nations occidentales et anciennement chrétiennes catholiques, “ils” (les restes de ce pouvoir psychopathe et depuis ouvertement pédophile) ont décidés de remplacé la haine des juifs en faisant venir en masse des musulmans humiliés par les nombreuses défaites face à Tsahal, mais ça ne marchera pas, d’ici peu, les musulmans vont s’allier avec Israël, ils n’ont rien à voir avec cette affaire, les juifs et les musulmans ont vécus des siècles en bonne intelligence et cela sera à nouveau le cas !

    Voilà pourquoi l’Europe soutient aussi ardemment les derniers bastions antisémites musulmans, soit l’Iran et ses amis frérots !

  2. J ai 75 ans , et grace a dieu en bonne santé , mais malgré cela je n ai aucune chance d etre accepter com olim . Mais vous les jeunes il ne faut pas trop attendre , votre vie et votre securité , vous ne la retrouverai qu en Israel .

    • Montez un dossier, Salomon. Si vous avez une retraite, même petite, ce serait un plus.
      Pourquoi ne pas tenter d’y aller vivant ?
      Beaucoup ne font aucune démarche, et s’excluent, intuitivement.
      Ce n’est pas comme ça que ça marche. Et puis bien sur, viser les “Champs-Élysées” de Yeroushalaïm ou Tel aviv comme point de chute, c’est un peu compliqué.
      Abaisser la barre, et de nombreuses opportunités se présentent. Tant que le pieds touche bien le sol du pays, tout est bon à prendre. Même une petite location.

  3. Selon les chiffres du ministère de l’intérieur une augmentation de 69 % des actions antisémites correspond à une augmentation de 20 actions (soit un total de 50 en neuf mois). La comparaison avec la nuit de Cristal (3500 morts, 30 000 déportations) est simplement indécente.

  4. Un peu fort de café, le sieur Philippe…
    On ne peut pas jouer au pompier pyromane et se lamenter que la forêt brûle !
    La France, à travers ses résolutions, à l’Onu, l’Unesco avec sa perverse habitude à depouiller les Juifs de leur héritage biblique, inventant des “contre le droit international”, le service public, avec ses “reportages” partisans, tout comme Arte, sans même inviter à un débat équilibré ou un droit de réponse, ajoutons les manifs ” à mort aux juifs” , les sites débridés, les territoires perdus sous la charia , et la flaskitude à laisser faire…
    Et le gars vient dire : ” on n’en a pas encore fini avec l’antisemitisme…”
    Il est kon ou il fait exprès ?
    Avec le dernier écart macaroniste admiratopeténé, tout est archi claire. La France est bien la même que sous l’occupe, elle rêve de piller les Juifs, et les massacrer dans ses actes manqués comme dans ses lapsus. Notre amis Meyer s’epuise pour rien, et les rares Justes ont fini leur merveilleux boulot. Plus rien ne reste d’honneur ici.
    Enlevons des deux youd des 2 “n”, il ne reste que l’horreur.

  5. l’antisémitisme vient en grande majorité des musulmans , plus il y en a et plus il grandit,faut arrêter de faire l’autruche..

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.