Procès : Erdogan accuse les Kurdes de sionisme

2
1755

Erdogan organisera un procès-spectacle antisémite contre des Kurdes inculpés d’être des “agents terroristes américano-sionistes”

Le MIT turc a arrêté cette semaine Dawud Baghestani, président de l’association d’amitié israélo-kurde et rédacteur en chef du magazine israélo-kurde, avec au moins trois de ses collaborateurs, les accusant de relations secrètes avec le PKK (Parti des travailleurs kurdes) et les services de renseignements des Etats-Unis et d’Israël. En organisant un procès-spectacle de l’accusé, le président turc, Tayyip Erdogan, cherche à montrer que les services de renseignements américains et israéliens entretiennent des relations illicites avec des groupes terroristes en Syrie. Les sources du renseignement de DEBKAfile indiquent qu’il visera les entités qu’il tient pour responsable de ses desseins militaires sur la Syrie, les États-Unis, Israël et les Kurdes, faisant d’une pierre deux ou plusieurs coups.

Le président turc sait qu’il ne peut pas admettre que son projet militaire téméraire pour la prise de contrôle du nord de la Syrie a été bloqué, sans perdre la face chez lui. Il a donc inventé une distraction, une démonstration de la façon dont les services clandestins américains et israéliens saboteraient les intérêts nationaux de la Turquie.

Il y a deux ans, le Premier ministre Binyamin Netanyahu a déclaré qu’Israël était opposé au PKK en tant que groupe terroriste, en contraste frappant avec la Turquie qui soutient le Hamas palestinien. Israël, a déclaré le Premier ministre, s’oppose aux terroristes tout en “soutenant les aspirations légitimes du peuple kurde à créer son propre Etat”.

Le président américain Donald Trump et le président russe Vladimir Poutine ont averti Erdogan qu’ils ne toléreraient pas l’invasion de la Syrie par l’armée turque et sa prise de contrôle des régions kurdes dirigées par les Forces de défense syriennes, soutenues par les États-Unis, dont la majorité des membres appartiennent aux Milices YPG de protection du peuple kurde. Bien que Moscou soit tout aussi responsable que Washington d’avoir contrecarré ses projets, Erdogan n’ose pas toucher les Russes, sachant qu’ils le puniraient en frappant ses atouts et intérêts en Syrie.

Les services de renseignements turcs ont entre-temps mobilisé leur porte-parole, le Daily Sabah, qui a mené la danse au cours du scandale relatif à la mort du journaliste saoudien Jama Khashoggi, afin de maximiser le nombre de dossiers dirigés contre les détenus kurdes. Ils sont non seulement accusés de liens avec le PKK, mais également avec “plusieurs organisations terroristes” et les nomme : les communistes kurdes (qui s’appellent l’Union des communautés du Kurdistan ou KCK) et le Parti de l’Union démocratique kurde syrien ( PYD), qui, selon DEBKAfile, est le principal parti politique kurde syrien et est reconnu comme tel par Moscou et Washington, et même par le président syrien Bashar Assad, en tant que représentant officiel de la communauté. Le troisième groupe avec lequel les détenus sont accusés d’avoir formé un consortium est la branche iranienne du PKK, l’opposition armée kurde iranienne pour une Vie Libre au Kurdistan (PJAK).

Aucun des trois ne correspond à la description de «terroriste».

Les médias publiés à Irbil, capitale du Kurdistan irakien semi-autonome, ont annoncé que le procureur turc accuserait Baghestani et ses collègues de «diffusion de propagande terroriste» sur les médias sociaux en 2018, au nom de l’Association d’amitié kurde-israélienne. Cela placera Israël au premier plan de son procès.

Les accusés kurdes ont été arrêtés le samedi 2 février alors que le président turc accueillait les délégués des partis arabes israéliens, le député Ahmed Tibi, Talb Abu Ar’ar et Massoud Ganaim. Il leur a assuré qu’il n’hésiterait pas à défendre le peuple palestinien, Jérusalem et Al Aqsa. Ils ont également discuté de la «politique raciste» du gouvernement israélien à l’égard de sa minorité arabe.

debka.com

Adaptation: Marc Brzustowski

2 COMMENTS

  1. Tout juste Bonaparte. C’est encore un coup des sectes Judéo-Maçonnique. Maintenant les membres du PKK (croquemitaine en turque) fleurissent comme les jonquilles aux printemps. Une propagande aussi grossière date des années 30. Et s’il y a un rapprochement en les kurdes et les israéliens c’est surtout que les 2 communautés ont un réel respect pour les droits de l’Homme (et de la femme). Et de la vrai démocratie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.