En finir avec le passif d’Obama©

2
790
LAS VEGAS, NV - FEBRUARY 23: Republican presidential candidate Donald Trump speaks at a caucus night watch party at the Treasure Island Hotel & Casino on February 23, 2016 in Las Vegas, Nevada. The New York businessman won his third state victory in a row in the "first in the West" caucuses. Ethan Miller/Getty Images/AFP

Tandis qu’Obama décidait, alors que son administration tirait à sa fin, de ne pas opposer son veto à la résolution du Conseil de sécurité condamnant les implantations israéliennes, son successeur n’a pas hésité à prendre position contre la position rigide et traditionnelle de la plupart des membres du Conseil sur le statut de Jérusalem.
Sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël symbolisait non seulement son profond attachement aux «relations spéciales» entre les États-Unis et Israël, mais aussi son approche qui veut combattre les cadres et les organisations qui ont permis à Israël de devenir une cible régulière de critique et de condamnation.
Cela contraste fortement avec Obama, qui a tout mis en œuvre pour mener une politique étrangère américaine basée sur le multi-nationalisme et la coopération avec la plupart de ses acteurs sur la scène internationale.
Un autre signe de dé-obamazation est la décision de quitter l’UNESCO, qu’Israël a maintenant suivie.
Compte tenu de l’unilatéralité flagrante de l’organisation et de l’hostilité envers Israël, elle a montré, avec une longue série de résolutions (y compris la déclaration que le caveau des Patriarches est un site du patrimoine palestinien et le déni exaspérant des liens juifs avec le Mont du Temple).

Pas étonnant que les deux alliés aient officiellement décidé de quitter cette branche des Nations Unies.

La décision des États-Unis de reconnaître Israël comme la capitale d’Israël contrastait fortement avec les termes employés par   l’UNESCO qualifiant Israël de «force d’occupation à Jérusalem».

Bien que les États-Unis aient perdu leur vote à l’UNESCO quand Obama était président, c’est le Congrès qui a fait pression sur la Maison Blanche – qui s’est vigoureusement opposée à l’initiative – pour qu’elle arrête de transférer des fonds à l’organisation. L’initiative du Congrès est venue en réponse à la décision de l’UNESCO d’accepter l’Autorité palestinienne en tant que membre à part entière.

La décision du procureur général américain Jeff Sessions de lancer une enquête suite aux rapports dramatiques publiés la semaine dernière affirmant que l’administration Obama avait pris des mesures pour contrecarrer l’opération Cassandra, un projet visant à porter un coup aux opérations de contrebande de drogue et de blanchiment du Hezbollah. Un autre aspect des tentatives de cette administration pour effacer l’ère Obama ou du moins la présenter sous un jour plus critique.

Il y a certainement matière à enquête pour savoir si, dans leur impatience à signer l’accord nucléaire iranien de 2015, «tous les hommes du président» ont délibérément pris des mesures pour torpiller l’opération contre le principal supplétif iranien et ainsi mettre en péril la sécurité nationale.

Prof. Abraham Ben-Zvi Israël Hayom  TraduuForum

2 COMMENTS

  1. Hussein Obama alias le Squatter de la M.B. : “Une Taupe du hezbollah à la Maison Blanche”.
    Le Comité Nobel va statuer pour retirer le Nobel de la paix à ce pourri.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.