ELouL, les SeLiHoT: le temps de se retrouver

Caroline Elishéva REBOUH le 25.08.2020
Les Selihoth ont commencé dans les communautés séfarades.
En ces temps troublés où rien ne ressemble à rien, où toutes les habitudes s’évanouissent, où l’on s’interroge sur le futur très proche : est-ce que demain ressemblera à hier même si déjà hier ne ressemblait pas à avant-hier.
Mais à tout sûr, demain ne ressemble en rien à aujourd’hui… que demain nous abandonnions les masques, les gels, que demain nous puissions nous embrasser et ainsi exprimer notre amour ou notre affection à nos très proches ou même à nos proches seulement…..

Dans quelques semaines, le peuple recevra une « convocation sainte » à l’occasion des deux jours de Rosh Hashana, puis, la gravité des jours « redoutables » progressant vers un summum qui est le Jour de Kippour (Yom Kippour) le peuple, comme un seul homme, se tiendra debout, jeûnant et se mortifiant, devant le Créateur pour implorer Son Pardon pour les fautes commises, pour les manquements à Sa Loi, pour ne pas avoir su consacrer autant de temps ni autant d’amour à la prière ou à l’étude, ni autant de miséricorde que LUI en consacre à Ses Créatures…

Avons-nous seulement conscience du fait qu’en agissant de manière que nous croyons réfléchie et qui ne l’est pas toujours, nous Le courrouçons ?

Eloignés les uns des autres de 2 mètres, dans le cadre de la Nature, nous prions aujourd’hui… Chacun a son rôle. Chacun est important. Chacun se concentre. Le principal est de faire un pas vers HaShem, IL fera le reste. Parler avec Lui. Il écoute et entend tout le monde et dans toutes les langues. Si l’homme (ou la femme) fait un pas vers Lui, vers Sa Loi, IL fera le reste.

Le mois de selihoth, ELOUL est un serment d’Amour : Ani Ledodi Vedodi Li (je suis à mon bien-aimé et mon bien-aimé est à moi) mais aussi Eth Levavekha Veeth Levav zar’âkha (ton cœur et celui de ta descendance). Il y a encore une autre acception ELAV Lehitpalel (Vers Lui nous prions).

Le Gaon de Vilna rapproche un verset de la Meguilat Esther de la situation du Juif au mois d’Eloul, juste avant les jours redoutables lorsque se joue le destin de chacun : les jeunes-filles candidates au mariage avec Assuérus reçurent des soins spéciaux avant même d’être présentées au roi : elles devaient être enduites d’huile de myrrhe pendant 6 mois et être parfumées pendant 6 autres mois. C’est seulement alors qu’elles pouvaient prétendre à la présentation….

Le jour de Kippour, moyennant un sincère repentir et une prière sincère assortie d’une réelle volonté de « changer », nous nous parfumerons du parfum délectable du repentir. HaShem fera en sorte d’aider l’homme à tenir parole à condition de ne pas recommencer les mêmes fautes. C’est-à-dire en d’autres termes, que d’année en année, l’homme est en « sursis » prières et actions en attesteront devant le tribunal, prières et actions seront les « témoins ».

Le mot « témoin » se dit « ED » en hébreu. Il s’écrit au moyen des lettres ayin-daleth. « ED » comme dans la profession de foi du juif qui proclame quotidiennement à 3 reprises : SHEMA ISRAEL HASHEM ELOKENOU HASHEM EHAD cet acte, nous dit ce grand sage de Vilna, équivaut à « couronner » solennellement notre Roi. HaGra cite le Zohar selon lequel il est de notoriété publique que l’homme a une inclinaison naturelle vers les choses frivoles, inutiles (moutaroth).

Aussi, commente-t-il, est-il bon que l’homme fasse l’effort de se couper de toutes ces choses superflues qui nous entourent. Ainsi, après avoir supplié les Cieux de pardonner nos faiblesses et le fait que nous ayons succombé au matériel pendant les 10 jours de pénitence, nous allons immédiatement consacrer nos efforts à construire la soucca dans laquelle nous séjournerons 7 jours et qui est de caractère provisoire et fragile pour nous rappeler que nous aussi sommes fragiles et que notre existence ne tient qu’à très peu de choses.

En conclusion il faudrait souligner ceci c’est que plus on se rend « proche » d’HaShem et plus on s’éloigne de ce qu’on qualifie de défauts : cesser le fait d’être veule, envieux, trop matériel etc… et plus on se rapproche de ce qu’enseignent les Pirké Avoth : Fais Sa volonté tienne pour que tes désirs soient les Siens – עשה רצונו כרצונך כדי שרצונך יהיה רצונו.

On a coutume de croire que le propre de l’homme est sa pensée mais, en réalité, l’homme a pour devoir de prier et, de cette façon il accomplit une infinité de mitsvoth.

Caroline Elishéva REBOUH
MA Hebrew and Judaic Studies
Administrative Director of Eden Ohaley Yaacov

1 COMMENTAIRE

  1. les Slihot, tot le matin, a l’ appel de nos devoués rabanim, dont Julot Smadja, le fils de Rebbi Braïtou du kouttab Kisraoui
    j’ en ai parfois parlé avec ton frère (ZAL) le mari de la cousine Annie D.

    les Smadja furent , a Belleville nos « jésuites  » infatigables et Rebbi Braïtou notre Mathieu Ricci, si j’ ose dire
    le Bellevile des années 60 qui sera notre Kaï feng disparu……..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.