**FILE** Bulldozers are working to clean the area from the oil link at the arava area. A crack in the Eilat-Ashkelon pipeline coused sever link that endangerd the Evrona natural reserved. On Dec 1, 2014. Photo by Chen Leopold/flash90

Le Qatar va verser 60 millions de dollars dans le nouveau gazoduc Israël-Gaza.

Le Qatar a promis 60 millions de dollars jeudi pour aider à construire un gazoduc de gaz naturel allant d’Israël à la bande de Gaza, a déclaré le gouvernement qatari, un projet qui vise à atténuer la crise énergétique qui a longtemps affligé l’enclave palestinienne.

La Méditerranée orientale est devenue l’une des principales zones de forage offshore du monde, avec des gisements de gaz lucratifs en eaux profondes récemment découverts dans les eaux territoriales israéliennes et le gaz naturel qui circule actuellement dans un gazoduc en Israël depuis la Méditerranée orientale sera transporté par une nouvelle extension dans la bande de Gaza. L’Union européenne a également promis plus de 24 448 800 dollars pour financer le gazoduc du côté de la frontière avec Gaza.

La déclaration ne donne pas de date pour l’achèvement du pipeline. Mais la confirmation officielle du financement après des semaines d’attente signale une percée diplomatique entre les nombreuses parties au projet : Européens, Israéliens, Palestiniens et Qatariens.

Gaza n’a qu’une seule centrale électrique et est confrontée à des coupures d’électricité fréquentes et généralisées.

Le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh a fait l’éloge du soutien qatari et européen, déclarant que le projet « résoudrait absolument le problème de l’électricité », selon la déclaration qatarie.

Le Qatar, petit pays du Golfe riche en énergie, est devenu un donateur majeur pour les Palestiniens, en fournissant 20 millions de dollars à Gaza chaque mois depuis 2018. Cet argent a permis de payer l’électricité dont la population a grandement besoin, d’aider le Hamas à couvrir les salaires de ses fonctionnaires et de fournir des allocations mensuelles de 100 millions de dollars à des dizaines de familles pauvres. Le Qatar a fourni des fonds supplémentaires pour le développement d’hôpitaux comme des routes et des hôpitaux.

Cette aide, fournie avec le consentement d’Israël, a apporté un certain soulagement à l’économie locale et est considérée comme un facteur permettant d’éviter que les tensions qui couvent entre Israël et le Hamas ne dégénèrent en un nouveau conflit.

Le Premier ministre palestinien et le réprésentant de l'UE ont particpé à cette réunion ainsi que le représentant qatari en visioconférence (photo : Site du Premier ministre palestinien)

Le Qatar et l’Union européenne se sont engagés à fournir respectivement 60 M$ (49,19 M€) et 20 M€ pour participer au financement d’un gazoduc reliant Israël à la centrale électrique de la Bande de Gaza.

Selon le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, ce projet permettra d’augmenter la capacité électrique et la régularité de l’approvisionnement en électricité dans la région.

Au cours de la réunion en visioconférence qui réunissait Mohammad Shtayyeh, Mohammad al-Emadie, président du Comité qatari pour la reconstruction de Gaza, et Sven Kühn von Burgsdorff, représentant de l’UE en Palestine, il a été précisé que le Qatar investira dans la partie du gazoduc se situant en Israël et l’UE dans celle comprise entre la frontière de Gaza et la centrale électrique.

La date de début des travaux de construction du gazoduc reste cependant tributaire d’un feu vert définitif d’Israël.

Résoudre le problème de l’électricité à Gaza

Le 21 février 2021, le ministre égyptien de l’Énergie rencontrait son homologue palestinien en présence de Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne. Un protocole d’accord avait été signé concernant ce projet « qui sera développé par l’Égypte et non par Israël« , a précisé Mohammad Shtayyeh le lendemain.

La Bande de Gaza a besoin de quelque 500 megawatts pour assurer 24 heures d’électricité alors que seulement la moitié est disponible. 120 megawatts sont importés d’Israël via dix lignes électriques. La centrale de Gaza, qui fonctionne au diesel, ne peut fournir que 60 mégawatts. Il faudra donc non seulement la développer, mais aussi la convertir au gaz.

Dans un message, publié sur son compte Twitter mercredi 24 février 2021, le premier ministre palestinien souligne « l’importance de ce projet visant à alimenter en gaz la centrale électrique pour résoudre le problème de l’électricité à Gaza« .

Econostrum

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.