États-Unis. Des médecins souhaitent avertir des « effets secondaires difficiles » des vaccins

Alors que les vaccins contre le Covid-19 seront prochainement prêts pour la distribution aux États-Unis, des médecins américains souhaitent que les autorités compétentes alertent sur les « effets secondaires difficiles » du vaccin.

Un flacon représentant le futur vaccin produit par le laboratoire Pfizer (photo d’illustration).
Un flacon représentant le futur vaccin produit par le laboratoire Pfizer (photo d’illustration). | AFP/JOEL SAGET

En décembre, les États-Unis prévoient de débuter la distribution de millions de doses du vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19. Des médecins demandent aux responsables de la santé publique de prévenir des effets secondaires des vaccins qui ne seront pas « une promenade de santé ».

Lors d’une réunion avec des conseillers des CDC, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies américains, qui s’est tenue le 23 novembre, des médecins ont déclaré que les responsables de la santé publique ainsi les fabricants de médicaments doivent avertir les gens que les vaccins contre les coronavirus peuvent avoir des « effets secondaires difficiles » à supporter.

« Ils doivent revenir pour la deuxième dose »

Ces médecins souhaitent que la population soit avertie afin de s’y préparer et de ne pas avoir peur de la deuxième dose, rapporte CNBS. En effet, la docteure Sandra Fryhofer, membre de l’American Medical Association, a rappelé lors de cette réunion que « les vaccins Covid-19 de Pfizer et de Moderna nécessitent deux doses à des intervalles variables ».

Selon CNBS la docteure a insisté : « Nous devons vraiment sensibiliser au fait qu’il ne s’agira pas d’une promenade de santé », avant d’ajouter : « Ils vont savoir qu’ils ont eu un vaccin. Ils ne vont probablement pas se sentir très bien. Mais ils doivent revenir pour la deuxième dose ».

ouest-france.fr

3 Commentaires

  1. On a surtout compris que le rédacteur de Ouest-France n’aime pas les vaccins, et outrepasse son rôle d’informateur. D’ailleurs un sondage vient de publier 53% d’opposition au vaccin, en France.
    Étonnant pour le pays plus grand consommateur de médocs par habitant !
    Visiblement, on ne lit pas les notices en France ! Le simple doliprane devrait dissuader toute personne normalement constituée d’en prendre.
    Entre les réactions secondaires, les risques avérés, allergies etc, doliprença, le vaccin anti covid est de la « gnognotte » homéopathique…
    On attend la mise au point, très urgente, du vaccin antikonnery ©, celle-ci, par sa virulence, en pleine expansion. Gageons que sa distribution nationale, urbi et orbi, sauvera beaucoup de gens !

    • On peut rédiger sans être personnellement impliqué et ce serait même le standard moyen de l’informateur. Ce sont, ici les médecins qui disent que tout n’est pas si simple et qu’il faudra bien prendre sa deuxième dose sans rechigner.

  2. IL serait interressant de vacciner en tout premier lieu l Onu, l’Unesco et l OMS; de façon a
    s ‘assurer de la parfaite inocuité du produit.Et au moins ils auraient servi a quelque chose d’utile pour la planete

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.