Attaque de la base aérienne de Shayrat du régime syrien : des photos révèlent des dégâts massifs

La piste pulvérisée (cratérisée) ralentira la capacité de l’Iran à transporter des armes vers la Syrie et le Hezbollah.

Attaque en Syrie le 25 août 2019. (crédit photo: ARAB MEDIA)
Attaque en Syrie le 25 août 2019. (crédit photo: ARAB MEDIA)

Des images satellite ont révélé des dommages à une base aérienne centrale du régime syrien le 8 avril. Le site a été touché le 31 mars.

ImageSat International, qui a publié les images, a noté qu’elles révèlent «des preuves d’une frappe massive dans la base aérienne de Shayrat, située dans la province de Homs, en Syrie». Aucun pays n’a revendiqué la responsabilité. Les médias d’État syriens, comme l’agence officielle SANA ont accusé Israël et ont prétendu, comme à leur habitude, que la défense aérienne syrienne avait abattu de nombreux missiles entrants la nuit de l’ attaque. Cela s’avère, une fois de plus, totalement faux.

ImageSat Intl.@ImageSatIntl

effect: Bombing Syrian airbase temporarily delays shipments from Iran.

View image on Twitter
53 people are talking about this

ImageSat International dit que leur rapport “montre 6 à 7 coups puissants sur la piste et les voies d’accès et deux autres sur les systèmes de navigation.” [Ce qui correspond bien au décompte annoncé de 8 à 10 missiles que Sana a prétendu que l’armée syrienne aurait “intercepté”] Les Syriens ou leurs alliés qui pourraient utiliser la piste la réparent déjà. Les images ont été produites le 8 avril et publiées le lendemain.

Les frappes aériennes étaient probablement destinées à clôturer les opérations de la base aérienne de Shayran, note l’ISI. Cela interdirait les transferts d’armes de l’Iran à la Syrie. L’Iran approvisionne le régime syrien et les forces alliées en Syrie, ainsi que le Hezbollah.

Ces dernières années, Israël a mis en garde contre le retranchement iranien en Syrie. Il y a eu de nombreux incidents entre Israël et l’Iran ainsi qu’en Syrie, comme un drone iranien qui avait décollé de la base aérienne de Tiyas pour tenter de traverser l’espace aérien israélien en février 2018. Il avait été abattu au bout d’une minute trente par un hélicoptère Apache. En outre, des agents du Hezbollah ont tenté de lancer des «drones tueurs» de la Syrie vers Israël en août 2019.

L’attaque de Shayrat pourrait contribuer à empêcher l’utilisation de cette base pour les transferts d’armes, note le rapport de la Société d’Imagerie Satellite. L’aéroport est aménagé avec deux pistes en angles en forme de «V» géant et les deux semblent cratérisées.

Shayrat a souffert dans le passé. C’est, suppose t-on, d’où les avions syriens ont décollé pour mener des attaques aux armes chimiques en 2017. En réponse, les États-Unis ont bombardé la base aérienne en avril 2017. Quelque 59 missiles de croisière ont percuté des bunkers renforcés d’avions autour de la base aérienne. Plus tard, une mystérieuse explosion a secoué la base en août 2019, tuant encore plus de personnel. Entre les attaques et les explosions de 2017 et 2019, plus de 100 personnes ont été tuées sur la base, pour la plupart des Syriens.

SANA a déclaré que la frappe du 31 mars avait commencé après huit heures du soir. Les rumeurs du 31 mars indiquaient qu’au moins un officier iranien du CGRI avait été tué lors des frappes aériennes. Des rapports ultérieurs ont mis en doute le niveau de responsabilité de cet officier ou son existence.

L’Iran utilise la Syrie pour transférer des munitions à guidage de précision au Hezbollah. Il soutient également le régime syrien dans sa bataille contre les rebelles syriens soutenus par la Turquie. La base aérienne de Shayrat est importante pour le régime.

La base est située à environ 140 km au nord de Damas et à environ 150 km au sud de l’importante base aérienne russe de Khmeimim à Lattaquié. C’est près de la frontière libanaise et de la ville de Qusayr où le Hezbollah a aidé le régime syrien en 2012. Elle se trouve à moins de 100 km d’une autre installation syrienne sensible à Masyaf qui a été touchée par des frappes aériennes en 2017, qu’on a exposé comme une zone de recherche sur les armes chimiques et d’autres installations. Elle se trouve également au sud d’une installation d’armes en construction près de Baniyas. Cela place Shayrat dans une position sensible entre toute une série de bases, d’installations et de zones sensibles importantes.

Le régime syrien a défendu sans succès ses bases contre les frappes aériennes en mars et dans le passé. L’Iran a tenté de déplacer son système défense aérienne, le 3e Khordad en Syrie en avril 2018 vers la base de Tiyas pour aider à se défendre contre les attaques visant ses transferts d’armes. Le système aurait été bombardé avant de pouvoir être déballé. La Russie a fourni au régime des S-300 en septembre 2018, mais le régime ne semble pas avoir déployé ce système de défense aérienne. Il a utilisé des S-200, l’utilisant sauvagement dans le passé, en abattant un avion de surveillance et de haute technologie russe Illiouchine et en tirant un autre vers Chypre.

La base de Shayrat est un emplacement stratégique et pour les transferts d’armes de l’Iran, c’est un moyen facile de rapprocher les armes des lignes de front à Idlib ou de les déplacer via les postes du Hezbollah à Qusayr dans la vallée de la Beka’a. Désormais, le régime syrien et ses alliés iraniens devront réparer les pistes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.