Les coulisses du changement de Trump sur les implantations

2
559

Dans les coulisses du changement de Trump sur les implantations israéliennes

(LR) Pompeo, Netanyahu et Friedman visitent les tunnels du mur occidental à Jérusalem. Photo: Abir Sultan / AFP via Getty Images

L’ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, a plaidé en faveur d’un changement de position des États-Unis sur la légalité des implantations de peuplement israéliennes au début de l’administration Trump, mais l’ancien secrétaire d’État Rex Tillerson s’est opposé à cette initiative.

Dans les coulisses : Friedman, le principal responsable du grand changement de politique annoncé hier, a de nouveau soulevé la question lorsque le secrétaire d’État Mike Pompeo est arrivé. Cette fois, il a reçu le “feu vert”, me disent des responsables américains.

Les discussions au sein du département d’État sur le statut juridique des implantations israéliennes ont duré un an.

  • Une équipe spéciale a été formée, composée de Friedman et de juristes du département, dirigée par la conseillère juridique en chef du département d’État, Jennifer Newstead, qui est désormais l’avocate générale de Facebook.
  • Jennifer Newstead
  • Au cours de cette année, l’équipe américaine a tenu des consultations avec plusieurs responsables israéliens, dont Tal Becker, conseiller juridique du ministère israélien des Affaires étrangères.

Tal Becker

Alors que la Maison Blanche recevait des mises à jour occasionnelles, me disent des responsables, Pompeo et son équipe ont eu la main libre pour rédiger la nouvelle politique.

  • Il y a environ un mois, l’équipe juridique du département d’État a présenté à Pompeo une position juridique de 40 pages.
  • Pompeo l’a approuvé et voulait annoncer la nouvelle politique mardi dernier, mais l’ escalade à Gaza l’a amené à reporter l’annonce.

Au début de cette semaine, Friedman et d’autres responsables américains ont déclaré au bureau du Premier ministre israélien qu’ils souhaitaient annoncer la nouvelle politique prochainement.

  • Ils ont demandé si une telle annonce saboterait le cessez-le-feu à Gaza ou provoquerait une flambée de violence en Cisjordanie.
  • Les Israéliens ont déclaré ne pas avoir de telles inquiétudes et ont poussé les États-Unis à faire cette annonce.
  • Friedman a également informé Benny Gantz, qui tente actuellement de former un gouvernement pour remplacer le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Gantz n’a pas objecté.

Contexte: Selon les responsables américains, Pompeo et Friedman avaient pour principale motivation d’inverser la politique sur les implantations de Barack Obama.

  • À la fin du mandat d’Obama, en décembre 2016, les États-Unis se sont abstenus lors d’un vote au Conseil de sécurité des Nations unies qui a déterminé que les implantations de peuplement étaient illégales.
  • Quelques jours plus tard, le secrétaire d’État de l’époque, John Kerry, prononçait un discours dans lequel il déclarait que la politique des États-Unis était que les implantations constituaient une violation du droit international.

Ce qu’il faut retenir : Les responsables de l’administration Trump me disent que la nouvelle situation juridique ne doit pas être perçue comme un «feu vert» américain pour qu’Israël annexe des parties de la Cisjordanie ou commence à construire sans restrictions dans les implantations.

“Ce n’est pas illégal de fumer, mais ça ne veut pas dire que c’est une bonne chose à faire.”

– selon un fonctionnaire américain

2 COMMENTS

  1. 19Elie , vous dites ” occuper des territoires sans droits ” : La JUDEE SAMARIE n’a t-elle pas été occupée sans droits par la JORDANIE ? il me semble d’ailleurs que l’ ONU n’avait pas reconnue cette occupation mais elle a tout de même été nommée ” Cisjordanie” !!! Il n’y a qu’une réalité : l’ HISTOIRE et si les guerres font loi , la Cisjordanie a été reprise en 1967 !!!!

  2. C’est très bien venu alors que le Conseil Européen n’a pas trouvé mieux que de condamner seul Ysraël sur les 200 pays du monde qui occupent {contrairement à Ysrael} des territoires occupés sans droits !
    Ni titres !
    D’ailleurs, certains pays européens se rebiffent officiellement, car c’est une vraie honte antisiomite !
    L’Histoire témoignera à charge, pour les générations futures cette misérable infamie, et “europeen” sera alors sujet d’ opprobre, et d’imprécation..
    Et cela même s’ils font remords publiques…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.