Daesh : Baghdadi a failli être tué par ses lieutenants

1
2071

Le chef de Daesh en fuite, objet d’une tentative de ses propres combattants pour le renverser

Exclusif: le groupe djihadiste offre une prime sur la tête d’un combattant étranger après un complot, selon des responsables du renseignement.

Les gardes du corps d'Abu Bakr al-Baghdadi auraient échangé des coups de feu avec des combattants étrangers au cours de la tentative de coup d'État.
 Les gardes du corps d’Abu Bakr al-Baghdadi auraient échangé des coups de feu avec des combattants étrangers au cours de la tentative de coup “d’État”. Une photographie: non crédité / AP

 

Le responsable de Daesh, Abu Bakr al-Baghdadi , a survécu à une tentative de coup “d’Etat” lancée le mois dernier par des combattants étrangers, dans son repaire syrien de l’est de l’Euphrate, selon des responsables du renseignement. Le groupe terroriste a depuis mis une prime à la tête du complot principal.

L’incident aurait eu lieu le 10 janvier dans un village proche de Hajin, dans la vallée de l’Euphrate, où le groupe djihadiste s’accroche à sa dernière parcelle de terre. Selon des responsables des services de renseignements régionaux, une action prévue contre Baghdadi a donné lieu à un échange de coups de feu opposant des combattants étrangers et les gardes du corps du chef du terroriste en fuite, qui l’ont emmené dans les déserts à proximité.

Isis a offert une récompense à quiconque tue Abu Muath al-Jazairi, supposé être un combattant étranger vétéran, l’un des quelque 500 combattants de Daesh soupçonnés de subsister dans la région. Bien que Daesh n’ait pas directement accusé Jazairi, mettre une prime sur la tête de l’un de ses membres les plus anciens est un geste inhabituel et les responsables des services de renseignements pensent qu’il était l’intrigant central de ces manigances.

“Ils en ont eu vent juste à temps”, a déclaré un responsable du renseignement. «Il y a eu un affrontement et deux personnes ont été tuées. C’était l’élément central des combattants étrangers, des individus parmi les plus dignes de confiance. »

Les responsables irakiens et leurs homologues britanniques et américains sont confiants dans le fait que Baghdadi a récemment consacré du temps pour préserver ce qu’il subsiste du soi-disant califat, où les membres assidus du groupe se sont regroupés après deux années de pertes constantes sur le champ de bataille pour ce qui a été largement annoncé comme son dernier combat (baroud).

Les hauts responsables et les hommes de rang des combattants étrangers, qui ont envahi la Syrie et l’Irak de 2013 à 2015, ont grossi les rangs de l’organisation extrémiste jusqu’à au moins 70 000 personnes. Aujourd’hui, il reste environ 500 djihadistes, ainsi que leurs familles, cernés par les forces kurdes soutenues par les États-Unis du côté syrien de la frontière irakienne et par les milices chiites soutenues par l’Iran de l’autre côté.

Alors que la zone de contrôle de Daesh s’est désintégrée et que ses dirigeants ont été anéantis, les déplacements de Baghdadi sont devenus une préoccupation croissante. Diabétique souffrant d’hypertension artérielle, qui a été blessé de façon permanente lors d’une frappe aérienne il y a quatre ans, Baghdadi est en fuite pour tenter d’échapper aux forces armées de quatre États-nations ainsi que de dizaines de milliers de milices depuis sa seule apparition publique où il s’est auto-proclamé calife à la mosquée al-Nuri à Mossoul à la mi-2014.

Bien que les rumeurs d’agitation au sein de l’organisation en déclin aient bouilloné au cours des derniers mois, on a disposé de peu d’informations – jusqu’à maintenant – suggérant une menace sérieuse de l’intérieur contre le leadership ou la vie de Baghdadi. Ceux qui sont restés près du leader extrémiste sont eux aussi des vétérans animés par une idéologie, dont la loyauté a été mise à l’épreuve de nombreuses années durant. Cependant, depuis trois semaines, des combattants de Daesh – parmi lesquels d’anciens guerriers intrépides – fuient chaque jour les zones assiégées. Plusieurs milliers de membres et leurs familles se sont rendus aux forces dirigées par les Kurdes près de Deir ez-Zor.

Combattants SDF
Pinterest
 Des combattants des Forces démocratiques syriennes soutenus par les États-Unis à proximité du dernier territoire contrôlé par Daesh. Photographie: Ivor Prickett / New York Times / Redux / eyevine

Parmi les nouveaux captifs se trouvent un grand nombre d’étrangers, dont certains affirment qu’ils ont été forcés de pénétrer plus avant sur les territoires en déclin du groupe après des mois d’attaques incessantes. Les forces kurdes estiment que les étrangers restent groupés autour des vestiges de la direction de Daesh. Parmi eux, plusieurs prisonniers, dont le journaliste britannique John Cantlie, était l’un des 25 étrangers détenus par Daesh à Raqqa.

Cantlie a été capturé par Daesh en Syrie en 2012 et a ensuite présenté une série de vidéos de propagande pour le groupe. On ne l’avait pas revu depuis la dernière publication de la dernière vidéo en 2016, mais au début de cette semaine, le ministre britannique de la Sécurité, Ben Wallace, lors d’un briefing avec des journalistes, a déclaré qu’il pensait que Cantlie était toujours en vie. Selon des reportages publiés jeudi, Daesh pourrait utiliser Cantlie et d’autres otages occidentaux toujours portés disparus comme monnaie d’échange pour négocier un passage en toute sécurité.

Les forces kurdes et les responsables des services de renseignements en Irak estiment que les vestiges du groupe disposent de suffisamment d’armes et de personnel pour survivre au moins un mois de plus, s’ils choisissent de rester fermes. Les combattants disposent d’une voie d’évasion vers les déserts, mais le régime syrien et les forces russes sont actifs au sud de cette zone, ce qui rend difficile toute tentative pour se lancer à travers les étendues de sable.

Les routes menant aux lignes de front restent parsemées des ruines des récents affrontements : des bâtiments percés de bombes et des champs de pétrole mis à sac. Les extrémistes qui se retiraient ont creusé des routes qui menaient à la frontière syrienne – même au plus profond de l’hiver – se livrant à de rudes actions d’arrière-garde.

Hôpital à Hajin
Pinterest
 L’hôpital municipal détruit à Hajin. Photographie: Ivor Prickett / New York Times / Redux / eyevine

Malgré les pertes de territoires de Daesh, il y a de plus en plus de signes d’une rébellion de faible intensité réapparaissant en Irak, près du lieu où le groupe a envahi Mossoul en juin 2014. Le nombre de bombes en bordure de route et d’exécutions sommaires a régulièrement augmenté au cours de l’année écoulée, disent les habitants du nord de l’Irak. On pense que Daesh a érigé son drapeau, même brièvement, dans certaines parties de Mossoul et des plaines voisines de Ninive.

theguardian.com

————————————

LES DIRIGEANTS DE L’ETAT ISLAMIQUE DANS LA VALLÉE DE L’EUPHRATE REFUSENT DE SE RENDRE, PROVOQUANT UNE NOUVELLE ATTAQUE DES FORCES SOUTENUES PAR LES ÉTATS-UNIS

La coalition dirigée par les Etats-Unis et les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont lancé leur dernière attaque sur le dernier territoire contrôlé par l’Etat islamique dans la vallée centrale de l’Euphrate, a annoncé le 6 février l’Observatoire syrien des droits de l’homme (SOHR).

Selon le groupe de surveillance situé en Grande-Bretagne, les dernières positions du groupe terroriste sont actuellement sous le bombardement. On peut également entendre le vacarme de lourds affrontements dans la région.

Les dirigeants de l'Etat islamique dans la vallée de l'Euphrate refusent de se rendre, provoquant une nouvelle attaque des forces soutenues par les États-Unis

Cliquez pour voir la carte en taille réelle

La décision de lancer l’attaque aurait été prise parce que les dirigeants de l’Etat islamique ont refusé de se rendre. La plupart d’entre eux essaient maintenant de fuir vers la campagne de l’est de Deir Ezzor ou la dernière poche du groupe dans le désert de Homs.

Plus de 37 000 personnes ont quitté la poche détenue par Daesh depuis décembre dernier. Ce nombre comprend 3 400 terroristes, principalement des étrangers, qui ont été capturés par les FDS.

Malgré le manque de main-d’œuvre et de ressources limitées, les combattants de Daesh restants semblent disposés à se battre jusqu’à la mort. Pour cette raison, la bataille finale peut durer plusieurs jours, voire quelques semaines.

JForum avec agences

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.