Pass sanitaire : ce que vous devez savoir avant de partir en vacances dans l’UE et Israël

Pour voyager cet été, les touristes devront montrer patte blanche.

Alors que les vacances se profilent à l’horizon, de nombreux Français se demandent s’ils pourront partir librement en voyage à l’étranger. La réponse est oui mais en respectant un certain nombre de conditions. Au sein de l’Union européenne, c’est le pass sanitaire, aussi appelé certificat Covid numérique, qui prévaut. Ce dispositif repose sur un fonctionnement assez simple. Voyager hors UE s’avère en revanche bien plus compliqué.

Le pass sanitaire pour voyager librement dans l’UE

Pour rentrer dans un des pays membres de l’Union européenne, vous devrez à compter du 1er juillet présenter votre pass sanitaire. En France, ce dispositif repose sur l’application TousAntiCovid, disponible sur iOS et Android, qui vous permet de montrer une preuve de vaccination, une immunité acquise suite à une infection, ou encore un test PCR négatif réalisé il y a moins de 72 heures.

Pour rajouter une preuve de vaccination ou un test sur TousAnticovid, il suffit de scanner les QR Code sur votre smartphone. Il faut toutefois savoir qu’il existe de très sérieux risques de falsifications et d’usurpations, et que des pirates pourraient tenter de dérober vos données personnelles. Dès lors, il ne faut en aucun cas partager ces informations avec des tiers.

La question de la protection des données personnelles a également été prise en compte. La commission européenne indique ainsi : « Les certificats ne comporteront qu’un nombre limité d’informations nécessaires. Elles ne peuvent pas être conservées par les pays visités. Seules la validité et l’authenticité du certificat sont contrôlées, en vérifiant qui l’a délivré et signé. »

Bien sûr, le dispositif a été pensé pour ceux qui ne disposent pas de smartphones. Et il sera ainsi possible de présenter son certificat sous une forme papier aux autorités qui en feront la demande.

Notons que ce système est censé être provisoire. Une fois le gros de la crise sanitaire passée, l’idée est de revenir au principe de la libre circulation des personnes au sein de l’espace Schengen. Armé de ce précieux sésame, vos déplacements ne devraient en tout cas pas entraîner de problèmes administratifs supplémentaires. Attention toutefois, des mesures sanitaires supplémentaires comme un test ou une quarantaine pourront être décidées par certains États.

Vert, orange, rouge : le casse-tête des voyages hors Union européenne

Depuis le 9 juin dernier, les flux des voyageurs entre la France et les pays étrangers sont rouverts. Cette autorisation est toutefois assortie d’un nouveau système de classement où les modalités de voyages dépendent de la situation sanitaire des pays. Trois classifications ont été mises en place : vert, orange, et rouge.

Les pays en vert incluent tous les pays de l’Union européenne et certains autres, dont l’Australie et le Canada où l’épidémie est jugée maîtrisée. Dès lors, il est demandé aux voyageurs en provenance de ces destinations, un test PCR ou antigénique négatif de moins de 72h, ou une preuve de vaccination (comme présenté sur le pass sanitaire).

Il est toujours possible de se déplacer dans les pays en orange, où la circulation du virus est jugée toujours active « mais dans des proportions maîtrisée ». Il faut néanmoins justifier que le voyage est effectué pour un motif impérieux, sauf si l’on est vacciné. Il faut également prévoir selon les cas, des périodes de quarantaine.

Enfin, pour les pays en rouge, où circulent des variants préoccupants, les déplacements sont interdits à l’exception de ceux réalisés pour des motifs impérieux d’ordre personnel et familial.

Que faire avant un voyage vers Israël

Pour TOUS les voyageurs entrant en Israël (Israéliens et étrangers, y compris guéris et vaccinés)

  • Test PCR négatif fait dans les 72 h avant le vol / entrée en Israël (obligatoire pour entrer en Israël) , quel que soit l’âge, pour toute personne ayant séjourné 72 h ou plus à l’étranger. À présenter à la montée dans l’avion dans le pays de provenance.
  • Le résultat du test doit être en anglais et porter le numéro de passeport de la personne testée.
  • Les passagers se rendant en Israël qui ne peuvent pas effectuer un test PCR dans les 72 heures avant le départ vers Israël pour des raisons humanitaires, ou pour des besoins personnels particuliers, ou s’il est physiquement impossible d’accéder aux tests PCR à l’endroit d’où ils volent, peuvent demander une exemption à la Commission des exceptions.
  • Dans les 24 heures précédant le voyage vers Israël, remplir une Déclaration d’entrée en Israël en anglais –  en hébreu  (Voir explications ci-dessous)
    On reçoit juste après une autorisation d’entrée. Garder sur soi une copie imprimée et / ou numérique (mieux les 2) de l’autorisation d’entrée à présenter à la compagnie aérienne.
  • Test PCR à l’entrée en Israël. Depuis le 06.06.21, le coût du test s’applique au citoyen et n’est pas financé par l’État.
  • Prendre RDV et payer pour le test PCR à l’arrivée à Ben Gourion (prix 80 shekels mais 100 shekels sans RDV). Après le 15.6, ce sera sur le site Femi Premium. (faire d’abord la déclaration d’entrée)
  • Les personnes guéries et vaccinées qui détiennent un certificat de guérison ou de vaccination délivré par le ministère de la Santé en Israël et en vigueur et qui ne viennent pas d’un pays défini comme un niveau de risque maximal, ne seront pas tenues d’être isolées à leur entrée en Israël.
  • Les citoyens et résidents israéliens (y compris guéris et vaccinés) qui entrent en Israël depuis l’un des pays à risque maximum actuellement (15.6.21) : l’Argentine, le Brésil, l’Afrique du Sud, l’Inde, le Mexique et la Russie) devront également être isolés conformément aux procédures du ministère de la Santé. Cela ne s’applique pas à ceux qui sont restés au maximum 12 heures en escale dans l’aéroport. Isolement de 14 jours / ou 10 jours pour les voyageurs vaccinés ou guéris qui feront un 2e test PCR au 9e jour (procédure voir page Isolement-a-domicile).
    (Les citoyens étrangers qui entrent des pays ci-dessus devront être en isolement au lieu d’isolement désigné par l’État (hôtel = “mélonit”), mais  en principe l’entrée en Israël en provenance de ces pays sera interdite aux non-israéliens (sauf s’ils ont un visa A1 ou A5), sauf cas exceptionnels. (hébreu)
  • Ceux qui ne sont pas guéris ni vaccinés (y compris les enfants), devront être en isolement conformément aux exigences de l’obligation d’isolement.
    Soit pendant 10 jours, sous réserve de 2 tests PCR négatifs (test à l’atterrissage/entrée en Israël et test supplémentaire au jour 9 de l’isolement ).  Soit pendant 14 jours sous réserve d’un seul test PCR négatif (lors de l’atterrissage / de l’entrée en Israël, qui est obligatoire pour tous ceux qui entrent en Israël). Voir : https://www.sante.org.il/isolement-a-domicile/ (paragraphe 4. Personnes de retour de l’étranger)

Tous les occupants d’un avion entrant ou sortant d’Israël sont tenus de porter un masque.
De plus, les passagers entrant dans le pays, et devant être en isolement, sont tenus de porter un masque tout au long de leur séjour dans le terminal après avoir quitté l’avion, jusqu’à leur arrivée sur le site d’isolement (et pas seulement dans le terminal).

Ce qui précède est valable jusqu’au 27.06.21 et sera prolongé au besoin en fonction du niveau de morbidité dans chacun des pays. (annonce 15.6.21)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.