En Israël, les centres de tests ferment

Si le pays était le premier à se lancer dans une campagne de vaccination massive en 2020, il considère aujourd’hui que le coronavirus n’est plus une menace. À tel point, que les centres de tests gratuits – installés un peu partout dans le pays – ferment leurs portes.

« L’utilité de ces centres a diminué. De manière générale, l’État d’Israël dit : on a passé un cap. Les chiffres sont assez stables. On suit surtout des indicateurs comme le nombre de malades graves dans les hôpitaux qui est toujours entre 100 et 150. Et ça fait plusieurs mois. Donc, pour nous, aujourd’hui, il n’y a pas urgence à tester toute la population », souligne le professeur Cyrille Cohen, directeur du laboratoire d’immunothérapie à l’université de Bar-Ilan, l’un des spécialistes du coronavirus dans le pays.

Dès le 31 janvier, le Covid sera donc considéré comme un virus épidémique semblable à la grippe.

Dans ce contexte, les individus positifs ne seront plus obligés de s’isoler.

Une « excellente nouvelle »

Pour le Dr Kierzek, ces deux annonces représentent « une excellente nouvelle ».

« C’est un exemple que tout le monde devrait suivre, même l’OMS. Il faut « banaliser » le Covid-19. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aura plus de décès, ni qu’il ne doit plus y avoir de surveillance épidémiologique. Mais il faut sortir d’une gestion exceptionnelle et d’une gestion par la peur », assure le directeur médical de Doctissimo.

A ce sujet, les avis divergent. A Davos notamment, où se déroulait ces jours-ci le forum économique mondial, les experts ont rappelé que la pandémie liée au Covid-19 constituait « toujours un risque important et ne semblait pas derrière nous ».

C’est pourquoi Michelle Williams, doyenne de faculté à la Harvard Chan School of Public Health, a tenu à rappeler l’importance de la vaccination et des gestes barrières.

Dr Gérald Kierzek  www.doctissimo.fr
Directeur médical de Doctissimo

Sources
DailyMail, FranceInfo – janvier 2023
Entretien avec le Dr Gérald Kierzek, médecin urgentiste et directeur médical de Doctissimo

 

Covid : alerte des Anglais sur un nouveau variant

Covid : alerte des Anglais sur un nouveau variantLes Anglais signalent un nouveau variant, contagieux, et plus grave. © Adobe stock

Autre nom, autre mutation et nouvelle alerte: les Anglais signalent le variant CH.1.1 comme plus dangereux. En cause : une mutation appelée P681R qui permet au virus d’attaquer les cellules. On vous en dit plus.

Omicron et Delta réunis

Les Anglais lancent l’alerte d’un nouveau variant nommé CH.1.1, surnommé Orthos. Il s’agit d’une référence mythologique à un chien à deux têtes. En effet, Orthos est une combinaison du sous-variant Omicron et d’une mutation de Delta. Cette mutation, présente dans le variant Delta, est appelée P681R. Elle permet au virus d’attaquer les cellules humaines plus agressivement ce qui provoque une forme plus grave de la maladie.

1 cas sur 5 au Royaume-Uni

Le variant Orthos a été détecté en novembre 2022 au Royaume-Uni. Ce variant est très contagieux puisqu’il représente déjà 23,3 % des nouvelles contaminations soit un cas sur cinq, selon le média espagnol 20minutos. D’ailleurs, Orthos est aussi présent en Espagne selon le même média.

Quels sont les symptômes d’Orthos ?

Les symptômes d’Orthos rapportés par les autorités sanitaires britanniques sont ceux des autres variants : fièvre, nez qui coule, mal de tête, douleurs musculaires, fatigue, maux de gorge. Orthos n’a pas été ajouté à la liste des variants «préoccupants» par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Quelle est la situation du Covid en France ?

La situation sanitaire en France est plus calme. Santé publique France a recensé 4.475 nouveaux cas de Covid au 20 janvier 2023. Un chiffre en baisse de plus de 28 % sur les sept derniers jours. Les épidémies de bronchiolite et de grippe sont aussi en baisse.

Michel Coladon  lasanteauquotidien.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.