Carence en vitamine D liée à un risque accru de COVID-19

Le ministère de la Santé recommande la vitamine D depuis le début de la pandémie.

Pilules de vitamines (illustratif) (crédit photo: YOSSI ZAMIR / FLASH90)
Pilules de vitamines (illustratif) (crédit photo: YOSSI ZAMIR / FLASH90)

Une carence en vitamine D pourrait accroître un risque de contracter un coronavirus – et même à une mortalité accrue, selon un rapport publié lundi par le Coronavirus National Information and Knowledge Center.

Le rapport, qui a agrégé un certain nombre d’études de recherche récentes, a montré une relation circonstancielle (plutôt que causale) entre le niveau de vitamine D et le coronavirus. Néanmoins, à la lumière des avantages potentiels de la prise de vitamine D, le centre a recommandé que «des mesures soient prises» pour s’assurer que les Israéliens maintiennent un niveau normal de vitamine.

Le centre a recommandé une campagne de communication pour informer le public des bienfaits de la vitamine D et comment l’obtenir, y compris passer au moins 20 minutes par jour au soleil entre 11 h et 16 h ou prendre un supplément de 800 à 1000 UI par jour pour les personnes de poids normal et plus pour celles en surpoids ou obèses.

Le ministère de la Santé recommande la vitamine D depuis le début de la pandémie.

Plus tôt ce mois-ci, lorsque le président américain Donald Trump a contracté le virus, il a été signalé que, entre autres suppléments, il prenait une dose quotidienne de vitamine D.

En juillet, le Jerusalem Post a publié un rapport sur ce qui était alors une nouvelle étude des services de soins de santé Leumit et de la faculté de médecine Azrieli de l’Université Bar-Ilan, qui a révélé que de faibles niveaux de vitamine D pouvaient exposer les personnes à un risque de développer le COVID-19.

«La principale constatation de notre étude était l’association significative d’un faible taux plasmatique de vitamine D avec la probabilité d’infection au COVID-19 chez les patients testés pour le COVID-19, même après ajustement pour l’âge, le sexe, le statut socio-économique et chronique, mental et troubles physiques », a déclaré le Dr Eugene Merzon, chef du département de soins gérés de Leumit et son principal chercheur, au cours de l’été. «De plus, un faible taux de vitamine D était associé au risque d’hospitalisation dû à une infection au COVID-19, bien que cette association ne soit pas significative après ajustement pour d’autres facteurs de confusion.»

https://www.jpost.com/health-science/vitamin-d-deficiency-linked-to-increased-risk-for-covid-19-645459

Cette vitamine qui aurait un effet protecteur en cas d’infection

Faut-il prendre une cure de soleil et consommer des produits d’origine animale riches en vitamine D pour se protéger en partie du coronavirus? C’est en tout cas ce qu’avancent des chercheurs de l’Université de Boston.

le 26.09.2020 mis à jour le 12.10.2020
Selon les études, la vitamine protège en partie contre une aggravation soudaine et rapide de l'état des patients atteints, et réduit donc le risque de succomber à la maladie

Selon les études, la vitamine D protège en partie contre une aggravation soudaine et rapide de l’état des patients atteints, et réduit donc le risque de succomber à la maladie

Les études se suivent et indiquent toutes un résultat similaire. La vitamine D aurait bel et bien un effet protecteur en cas d’infection au coronavirus.

La dernière en date a été réalisée par l’université de Boston. Elle montre que le risque de mourir du Covid-19 diminue de 52% chez les patients qui ont suffisamment de vitamine D.

Sans aller jusqu’à la considérer comme un remède, l’Académie de médecine française avait déjà communiqué sur l’impact positif de cette vitamine.

«La vitamine D ne peut être considérée comme un traitement préventif ou curatif de l’infection due au coronavirus, mais en atténuant la tempête inflammatoire et ses conséquences, elle pourrait être considérée comme un adjuvant à toute forme de thérapie».

Viandes, poissons, œufs et soleil

En clair, la vitamine protège en partie contre une aggravation soudaine et rapide de l’état des patients atteints, et réduit donc le risque de succomber à la maladie. Une réalité qui ne concerne pas que le coronavirus.

Ainsi, une synthèse de trois études parues il y a trois ans montrait qu’un supplément de vitamine D protégeait de l’apparition des infections respiratoires.

Pour mémoire, la vitamine D provient essentiellement des rayons UV et de l’alimentation, à travers les produits gras et d’origine animale.

De quoi motiver une cure de viande et poisson et des séjours au soleil en automne et en hiver?

https://www.20min.ch/fr/story/la-vitamine-qui-aurait-un-effet-protecteur-en-cas-dinfection-180333114867

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.