L’Iran est dans la situation la plus critique de toute son histoire moderne

( Photo: EPA )
Quelques mois avant l’élection présidentielle américaine, l’administration Trump prévoit d’intensifier la pression qu’elle impose à l’Iran et aux superpuissances qui se voient toujours attachées à l’accord nucléaire de 2015. Washington a l’intention d’initier une situation de crise dans l’arène juridique et internationale qui forcera l’Iran et les pouvoirs à rouvrir les discussions sur l’ancien accord nucléaire, à corriger ses défauts et ses lacunes et à rédiger un nouveau règlement.

Trump à la Maison Blanche

Essayer de changer l’Iran sans confrontation directe. Atout
( Photo: EPA )

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo

Se battre pour l’embargo sur les armes. Secrétaire d’État Pompeo
( Photo: AFP )
Selon les critiques de l’ancien accord nucléaire, dirigé par Israël, les États-Unis et les pays arabes du Golfe, l’ancien accord nucléaire est fondamentalement vicié car il donne à l’Iran une légitimité internationale pour établir un système de développement et de production de matières fissiles (uranium enrichi et plutonium) qui lui permettra de commencer à produire des armes nucléaires dans cinq ans.

En outre, l’ancien accord et la résolution 2231 du Conseil de sécurité, qui lui ont donné effet, sont ouverts à l’interprétation que l’Iran utilise pour développer et fabriquer des missiles, et à partir d’octobre, les Iraniens pourront également acheter et exporter des armes de manière illimitée. Les Etats-Unis et Israël sont également déterminés à obstruer ces deux échappatoires.

Un autre défaut grave de l’accord de 2015 selon les États-Unis, Israël et des pays du Golfe est qu’il n’oblige pas l’Iran à restreindre son activité subversive par et pour les éléments extrémistes chiites qui sapent la stabilité au Moyen-Orient.
Par conséquent, il y a quelques années, une décision a été prise à Jérusalem de faire échouer l’accord nucléaire en étroite coopération avec les États-Unis.

Le président russe Vladimir Poutine avec le président chinois Xi Jinping

Ils souhaitent supprimer l’embargo sur les armes imposé à l’Iran. Poutine et le président chinois Xi Jinping
( Photo: Reuters )

Incendie du bâtiment de l'installation nucléaire iranienne

Un message dissuasif aux Iraniens. L’explosion à Natanz
( Photo: AP )
La décision de Trump de se retirer de l’accord sur le nucléaire de 2018 a été la première étape visible que cet effort a engendrée, mais de nouvelles mesures ont été prises. Par exemple, le matériel provenant des archives nucléaires iraniennes que le Mossad a exfiltré de Téhéran et qu’il a transmis dans son intégralité à l’Agence des Nations Unies pour l’énergie atomique, et sur la base de violations de l’accord nucléaire officiellement déclaré.

Mais l’aide au renseignement n’est qu’un canal parmi d’autres. Sur le plan diplomatique, Israël s’emploie à persuader les membres du Conseil de sécurité d’empêcher la fin de l’embargo sur les armes imposé à l’Iran, qui expire en octobre de cette année. Selon certaines informations, même dans le domaine des opérations, Israël et les États-Unis sont constamment soucieux d’empêcher l’Iran de faire une percée rapide vers le nucléaire. Il est possible que, selon des publications étrangères, l’explosion à Natanz ait été un tel événement opérationnel qui était également destiné à envoyer un message dissuasif aux Iraniens.

Cependant, la “pression maximale” que les États-Unis exercent sur les ayatollahs et l’assistance active d’Israël dans les domaines du renseignement, des opérations et de la diplomatie n’ont jusqu’à présent pas produit les résultats prometteurs qu’annonçanet les anctions américaines.
Mais même si la direction conservatrice de Téhéran a été contrainte de réprimer mortellement les émeutes qui ont éclaté contre elle, elle refuse entre-temps de modifier sa politique en matière d’armes nucléaires et d’hégémonie régionale. Même le président iranien, réputé “pragmatique”, Rouhani a refusé de s’asseoir avec les représentants américains avant que Washington abroge les sanctions désormais imposées à son pays.
Au lieu de cela, les Iraniens, avec le soutien et l’accord de l’UE, de la Russie et de la Chine (qui ont signé et se sont engagés dans l’accord nucléaire), attendent l’élection présidentielle américaine en novembre, en espérant de nouvelles négociations dans des conditions plus favorables. Que ce soit parce qu’un nouveau président est élu ou parce que Trump, libéré de la pression électorale, décide de faire preuve de souplesse.
Mais Trump et son secrétaire d’État, réputé faire partie des Faucons, Mike Pompeo ne vont pas se croiser les bras et attendre. Il en va de même pour le ministère des Affaires étrangères à Jérusalem. La raison en est que l’embargo sur l’exportation et l’achat par l’Iran d’armes et de matériel de combat doit expirer le 18 octobre. Depuis des années, l’Iran viole l’embargo, livre des roquettes et des missiles de précision au Liban, ou les envoie sous forme de drones et de missiles de croisière aux Houthis au Yémen.
Mais pendant quelques semaines de plus, elle a pu, sans aucune restriction, acheter des armes de toutes sortes en Russie et en Chine, y compris des programmes lourds tels que des avions, des chars et des sous-marins modernes. Il est assez clair de savoir pourquoi les États-Unis, Israël et le Golfe arabe veulent que le Conseil de sécurité prolonge l’embargo.
Les résultats des discussions à cet égard aux Nations Unies ont abouti à une impasse en faveur des Iraniens. Mais les États-Unis, après coordination avec les responsables politiques et diplomatiques de Jérusalem, ont décidé de créer une crise qui mettra également les Européens, la Russie et la Chine face à un dilemme difficile à résoudre.
Pompeo a déclaré que si l’ONU ne prolongeait pas l’embargo sur l’Iran, les États-Unis profiteraient d’une clause dans un accord qui permettrait à tout État qui l’a signé de supprimer cet accord. C’est à travers la section qui permet à chacun des signataires de déclarer «l’abrogation» de l’accord. Dans une telle situation, non seulement l’ensemble du traité est nul et non avenu, mais les sanctions européennes, russes et chinoises sont également rétablies.
Cette décision implique un risque considérable. Jusqu’à présent, l’Iran s’est abstenu d’annoncer officiellement qu’il se retirait de l’accord pour empêcher que les Européens, la Chine et la Russie ne rejoignent Trump et se retirent avec lui. Téhéran a intérêt à ne pas faire en sorte de réunir les superpuissances dans un même cercle d’hostilité à son encontre, les obligeant à adhérer aux sanctions américaines qui lui sont déjà  imposées. C’est aussi pourquoi les Iraniens veillent à ne pas trop tirer sur la corde car ils violent déjà certaines clauses de l’accord nucléaire.
Mais si Trump et Pompeo inversent la situation, l’Iran désespéré aura également les mains libres en ne subissant plus certaines restrictions et pourrait multiplier les provocations pour dissuader les Européens de revenir aux sanctions qui étaient antérieures à juillet 2015. Il existe également une possibilité raisonnable que les Européens, la Russie et la Chine décident eux-mêmes de la clause “adossée” à l’accord avec l’Iran. Dans une telle situation, ils violent le droit international et les règles auxquelles adhère la communauté internationale.
Il est inutile de se plonger dans ce complexe juridico-diplomatique pour découvrir que l’État d’Israël, son ministère des Affaires étrangères et sa communauté du renseignement ont joué un rôle important dans la création de ce processus. Il suffit de savoir qu’il s’agit d’une nouvelle phase et de crises initiées par les États-Unis et Israël pour accroître la pression sur l’Iran et la communauté internationale afin de briser le statu quo.
L’objectif est de parvenir à un nouvel accord entre l’Iran et les puissances nucléaires, sur le développement de missiles et les actions subversives iraniennes, et de poursuivre l’embargo même au-delà du 18 octobre. Un haut responsable diplomatique à Jérusalem a estimé que l’Iran ne casserait pas les outils en place et éviterait de graves provocations en réponse à la décision américaine de septembre.
Les ayatollahs continueront d’attendre patiemment les élections de novembre, puis reconsidéreront leur stratégie. Il est également possible que la Russie, la Chine et les Européens parviennent à un compromis avec l’administration Trump sur l’embargo avant la fin septembre, mais pour l’instant il n’y a aucun signe que la question progresse. Il semble que ce soit l’épidémie qui attire toute l’attention du monde, sept semaines après le début de ce regain de tensions au Moyen-Orient.
Par Ron Ben- Yishaï, le 10/07/2020
Adapté de l’hébreu : Marc Brzustowski

2 Commentaires

  1. La russie et la Chine entendent toujours l’Iran dire qu’il veut la destruction d’Israël mais ils n’en n’ont rien à cirer . Je ne comprends pas leur attachement exacerbé à tout ce qui est anti-israélien. Ils ne font preuve d’aucune compassion ni compréhension pour israel . A lonu ils votent toujours pour les résolutions antiisraeliennes .
    Lamentable . Israël doit limiter ses coopérations avec ces 2 pays .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.