Chronique d’un drame évitable

Michèle Mazel

« Pour que le mal triomphe il suffit que les gens de bien ne fassent rien. » Cette citation attribuée à un philosophe anglais né il y a près de trois siècles résume bien la tragédie de Conflans-Sainte-Honorine.

Car enfin on reste confondu devant l’enchainement des événements qui ont culminé par l’assassinat de Samuel Paty. Ce professeur qui enseigne depuis cinq ans au Collège du Bois d’Aulne évoque la liberté d’expression devant ses élèves. Nous sommes le 5 octobre. Il parle des caricature de Mahomet. Pourquoi ? Et bien tout simplement parce que cinq ans après les attentats de 2015, et tout particulièrement des journalistes de Charlie Hebdo accusés « d’avoir insulté le prophète » pour avoir repris des caricatures publiées dans un journal danois, le procès se tient enfin.

Or ses élèves, aujourd’hui âgés de 13 à 14 ans, étaient trop jeunes à l’époque pour avoir suivi le drame. Raison supplémentaire, l’attaque qui vient de faire deux blessés devant les anciens locaux de l’hebdomadaire satirique. Dans la classe, il y quelques élèves de confession musulmane. Certains racontent à la maison ce qu’ils ont entendu ou vu. Comment ont-ils présenté les choses ? En tout cas des parents s’indignent.

Moins de deux jours plus tard l’un d’eux, dont la fille n’a pas assisté au cours va exprimer son indignation sur la nouvelle place publique, les réseaux exhortant, selon Le Figaro du 18 octobre,  ses lecteurs à écrire au collectif contre l’islamophobie en France, à l’inspection académique, au ministre de l’Education nationale ou au président de la république.

Le lendemain, il se présente au collège accompagné d’un individu (Abdelhakim Sefrioui) connu des services de renseignements, issu de la mouvance islamiste, pour porter plainte contre le professeur qu’il accuse de diffusion d’images pornographiques. Le soir même, il met en ligne la photo de l’enseignant. L’école publique est respectueuse des lois et une enquête est diligentée ; le professeur réplique en se rendant au commissariat de police , le 12 octobre, pour porter plainte pour diffamation. Le même jour, une nouvelle vidéo, plus virulente encore, est mise en ligne. C’est qu’entre temps les propos du président français sur le nécessaire combat contre le séparatisme et le terrorisme islamique ont déclenché les foudres des institutions islamiques.

Quel meilleur moyen pour enflammer davantage les fidèles que de montrer du doigt une nouvelle insulte faite au prophète ? Intitulée L’islam et le prophète insultés dans un collège public, la vidéo prétend que Emmanuel Macron a attisé la haine envers les musulmans.» Cette fois la police se réveille ; le père est convoqué le 14 au commissariat. Il n’y va pas.

Pendant ce temps les réseaux sociaux s’emballent et les vidéos tournent en boucle. Pourtant selon les informations du « Monde », une note récente du renseignement faisait état, après plusieurs jours de tension, d’un climat « apaisé » au collège du Bois-d’ Aulne… Au collège mais pas à l’extérieur. Le 16, un jeune musulman tchétchène de 18 ans, bénéficiant en France du statut de réfugié politique, sans aucun lien apparent avec le collège, venait assassiner sauvagement un homme qu’il ne connaissait qu’à travers les messages de haines de réseaux sociaux ; ensuite il a posté sur son compte twitter  une revendication explicite accompagnée de la photo de la tête de sa victime : Au nom d’Allah, le tout miséricordieux, le très miséricordieux, (…) à Macron, le dirigeant des infidèles, j’ai exécuté un de tes chiens de l’enfer qui a osé rabaisser Muhammad, calme ses semblables avant qu’on ne vous inflige un dur châtiment. »

Onze personnes seraient encore en garde-à-vue dans cette enquête ouverte pour « assassinat en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

Un peu tard tout de même.

Par ©Michèle Mazel

7 Commentaires

  1. Il est heureux que cet abruti ait été tué par la police.
    Sinon,il aurait été déclaré dérangé psychiquement,voir un peu fou,sous l’influence de produits tels que le canabis….
    Rappelons nous le meurtre de Sarah Halimi défendue becs et ongles par la ministre de la justice (Beloubet)

  2. Toute ma compassion, ma fraternité, mes sincères condoléances pour cette famille dont le mari a été assassiné , par des lâchetés multiples de haut en bas . J’ai honte pour la , ma France d’avoir laissé depuis aussi longtemps grandir « la bête », ce fascisme islamique .

  3. Il faut des actes répressifs contre cet aveuglement terroriste islamiste, cette idéologie n’a rien à y faire en France patrie de la laïcité , si ces derniers venus n’acceptent pas cette condition en France il faudra prévoir des retours dans leurs pays respectifs, déjà commençons par les 231 fichiers s que Darmanin a promis puis il y en a 3769 autres çà fera réfléchir les orgueilleux terroristes….,

  4. Ah, chère Michèle, que sert de discourir sur le sexe des anges ? On ne laisse point entrer dans la cité une entité hostile.
    Point.
    L’ algue verte conquiert le littoral…
    Les frelons asiatiques font de même et neutralisent les abeilles…
    La prédation suit son chemin, sans que les proies se rebellent réellement… Celles-là sont plus intéressées par le foot, les séries, pécho ici ou là, ou savourer son dernier smartphone voire son ordi gamer hyper hautes performances…
    En attendant, les prédateurs croissent et multiplient, et attendent leur tour pour que règnent les ténèbres…
    Parfois l’un d’entre eux ira plus vite que la musique, et on rappellera l’ordre, pour apaiser, rassurer, désinquiéter…
    Jusqu’à qu’il ne soit plus contrarié …
    Combien donc le Ciel a-t-Il à venger ?
    . J’ai reçu ça, et je le livre en bloc :

    Quand en 2012 Merah assassine deux militaires puis quatre personnes parce que juives dont trois enfants , on a dit qu’un cap a été franchi
    Quand en 2015 les frères Kouachi massacrent la rédaction de Charlie , on a dit qu’un cap indépassable a été franchi
    Puis quand le lendemain Coulibaly assassine une policière puis plusieurs personnes dans un Hypercacher , on a dit qu’un cap décisif a été franchi
    Quand en juin 2015 Yassin Salhi égorge son employeur , on a dit qu’un cap sans retour a été franchi.
    Quand le 13 novembre 2015 des massacres au Bataclan , aux abords du Stade de France et de plusieurs terrasses à Paris font 131 morts et 413 blessés, on a dit qu’un cap définitif a été franchi .
    Quand le 14 juillet à Nice un tunisien fonce dans la foule tuant 86 personnes et en blesse 448 , tout le monde dit que plus rien ne sera comme avant
    Quand le 26 juillet 2016 le père Hamel est égorgé dans son église à Saint-Etienne-du-Rouvray , on a dit que toutes les limites ont été franchies
    Quand en décembre 2018 un franco-algérien assassine au couteau 5 personnes sur le Marché de Noël à Strasbourg , on se dit que ça ne va plus du tout.
    Quand en décembre 2019 un informaticien du Service des Renseignements de la Préfecture de Police de Paris assassine quatre de ses collègues, on se dit que cela ne peut plus continuer comme ça .
    Quand en octobre 2020 un professeur d’Histoire-Géographie est décapité par un Tchétchène à Conflans-Sainte-Honorine, (la ville où Michel Rocard est resté son maire si longtemps) le Président de République est formel : « ils ne passeront pas »!
    .
    Opiniâtre à rester inactif.
    Que fait président macron, père de la nation ? Ne sont-ce ses enfants qu’on assassine ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.