Des djihadistes mystérieux menacent de faire exploser les avions iraniens qui se posent à Beyrouth

Masked men calling themselves Sheikh Ahmad al-Assir Brigades threaten Iran and Hezbollah. (YouTube)

BEYROUTH –Un groupe de djihadistes sunnites qui se désignent comme les Brigades du Cheikh Ahmad al-Assir a menacé de prendre pour cibles les avions-cargo iraniens « transportant de l’équipement militaire » sur l’Aéroport international Rafik Hariri de Beyrouth.

Dans une vidéo diffusée mercredi, ce groupe totalement inconnu jusqu’à présent – qui porte le nom d’un cheikh sunnite emprisonné au Liban – a menacé de « propager le djihad à partir de n’importe où, depuis les cieux, la mer et la terre, contre les mercenaires [du Hezbollah] et leurs maîtres [iraniens] ».

Les trois hommes armés et masqués de la vidéo protestent contre le fait que les ports maritimes libanais et l’Aéroprt international Rafic Hariri « se sont transformés en campas militaires iraniens manoeuvrés par les mercenaires du Hezbollah ».

118. Cheikh Ahmad el-Assir vs Sayyed Hassan Nasrallah

« Qu’ils sachent que tout avion iranien transportant de l’équipement militaire vers le Liban sera pris pour cible » ont déclaré ces Sunnites rebelles dans leur discours belliqueux, qui a été tourné devant un drapeau djihadiste de « l’étendard noir ».

« Nous vous promettons que nous continuerons le djihad pour le Liban et pour chaque partie et chaque centimètre de ce pays et que nous verserons chaque goutte de notre sang pour le libérer du parti du démon », a ajouté ce groupe dans un langage fleuri et grandiloquent.

La vidéo de mercredi – diffusée peu de temps avant midi heure locale à Beyrouth – est la première mention publique de ces Brigades du Sheikh Ahmad Al-Assir, nommées ainsi en l’honneur  du prédicateur sunnite djihadiste dont le groupe de fidèles a combattu durant plus de 30 heures les Forces de l’armée libanaise (FAL), en juin 2013, tuant 18 soldats libanais.

Assir demeure dans une prison libanaise, alors que son procès se déroule désormais devant le tribunal militaire du pays,  à la suite de sa capture, alors qu’il tentait de fuir le Liban en août 2015.

Ce prédicateur – qui était l’imam de la mosquée Bilal Bin Rabah du quartier d’Abra à Sidon – est devenu prédominant en 2012, quand il a osé élever sa rhétorique féroce contre le Hezbollah. 

Rédacteur en chedf de Now Lebanon :  Albin Szakola (@AlbinSzakola). Amin Nasr a traduit les documents en arabe. 

now.mmedia.me

Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.