Après le boycott de Ben & Jerrys, Bennett s’est entretenu avec le PDG d’Unilever Global : « Nous agirons contre vous » . Mais qui est « ce vous » ? Ben & Jerrys Israël ? ou Ben & Jerrys dans le monde ?

Le Premier ministre s’est entretenu avec le PDG de la société propriétaire de Ben & Jerrys et a précisé que la décision de boycott a des conséquences juridiques dans l’État d’Israël. Le vice-président de Ben & Jerrys Israël dans une interview avec 103FM .

Le Premier ministre Naftali Bennett s’est entretenu aujourd’hui (mardi) avec le PDG de la société mondiale Unilever détenue par Ben & Jerrys, et s’est opposé à la décision de la société d’arrêter de vendre « dans les territoires palestiniens occupés ». « C’est une décision de boycotter Israël », ajoutant qu’il s’agit d’une « mesure anti-israélienne claire ».

Bennett a souligné à Joep qu’Israël agirait contre l’entreprise à la suite de cette mesure inhabituelle. Israël agira « Contre tout acte de boycott dirigé contre ses citoyens », dit Bennett.

APPEL AU BOYCOTT DE BEN & JERRYS

Dans le même temps, le vice-président israélien Ben & Jerry a déclaré aujourd’hui dans une interview avec 103FM que la direction de l’entreprise mondiale était en pourparlers avec l’ organisation BDS au cours desquelles  l’organisation a présenté une fausse image d’Israël à ses hauts dirigeants.
« L’organisation fait diverses pressions sur  la direction, à la fois par des menaces et par des réunions et par toutes sortes comportant des demi-vérités, » a déclaré le Scal Uri Kandler. « Pour ma part, j’ai eu affaire à un des dirigeants les plus âgés de Ben Jerry’s qui m’a montré la preuve qu’une femme qui buvait de l’eau d’une flaque d’eau et qui m’a dit que c’était à cause de notre usine à Kiryat Malachi. Allez lui expliquer ce que cela n’a à voir avec la réalité et la vérité. Mais pour lui, c’est la vérité. »

Kendler a déclaré : « Il est important que le public en Israël le sache, nous nous séparons de la société américaine et nous sommes un franchisé israélien qui a une usine à Kiryat Malachi. Nous employons environ 160 travailleurs, travaillons en Israël depuis 30 ans et nous achetons notre produisons localement et nous sommes indépendants. Nous avons été désolés d’entendre l’annonce de Ben « Et pendant de nombreux mois nous nous y sommes opposé et leur expliquons qu’ils ne doivent pas prendre une position politique qu’ils ne comprennent pas. »

Réunion du gouvernement à la Knesset le 19 juillet 2021. Amos Ben Gershom, Service de presse du gouvernement

Bennett, hier (Photo : Bureau de presse du gouvernement, Amos Ben Gershom)

Il a dit : « La pression s’est exercée depuis des années, mais ils nous ont toujours soutenue et ont dit que nous étions une société fonctionnant correctement en Israël, et ont séparé nos activités des activités politiques en Israël. Ils ont compris que c’était complexe. Ils ont pris parti unilatéralement et c’est nous qui nous en supportons maintenant les conséquences. »

Kendler a précisé que la société n’avait pas l’intention d’agir conformément aux déclarations de Ben & Jerry : « Nous ne sommes pas prêts à violer la loi israélienne et à boycotter des territoires ou des zones à l’intérieur du pays. Certains responsables du pays étaient impliqués, toujours impliqués, et nous espérons qu’ils peuvent changer leur décision. »  Le vice-président de la société a indiqué qu’ils avaient l’intention de continuer à distribuer la crème glacée dans tout le pays : « Nous continuerons à travailler et à produire. « Si le consommateur israélien ne nous boycotte pas et nous soutient , alors il n’y aura aucun danger de licenciement et nous nous débrouillerons. »

Rami Levy, le propriétaire majoritaire de la chaîne de supermarchés « Rami Levy Sycamore Marketing », a appelé dans une interview accordée à 103FM à ne pas boycotter le franchisé israélien. « Je pense que tout ce message du gouvernement est un message populiste. Si on regarde en profondeur, on comprendra qu’Unilever est aussi le propriétaire de Strauss et personne n’en parle. Ils contrôlent quand même près de 50% du marché, je veux renforcer l’entreprise  dans le pays et je dis – produisez-la de la crème glacée ». « Si ce boycott se développe, je pense que le consommateur sera suffisamment intelligent pour comprendre ce qui doit être fait », a-t-il déclaré.

JForum

Une autre entreprise qui sombre dans le BDS.

Ben & Jerry’s est une marque américaine, fondée en 1978 par Ben Cohen et Jerry Greenfield qui commercialise des crèmes glacées et des sorbets. L’entreprise a son siège social à South Burlington dans l’État du Vermont aux États-Unis et appartient au groupe Unilever depuis 2000.

Le ministre des Affaires étrangères Lapid a violemment attaqué la société américaine de crème glacée, qui a décidé d’arrêter de vendre ses produits « dans les Territoires palestiniens occupés » (sic).

  • Netanyahou: « Maintenant nous, Israéliens, savons quelle glace ne pas acheter »!
  • Chalom Archav / La paix maintenant: «Le monde fait clairement la distinction entre Israël souverain et les territoires occupés». (sic).

La décision de la société de crème glacée Ben & Jerry’s d’arrêter de vendre ses produits « dans les Territoires de Judee-Samarie » a fait grand bruit en Israël, et a suscité une large vague de réactions de tous les coins de l’échiquier politique.

«Cette décision est une capitulation honteuse à l’antisémitisme, au BDS et à tout ce qui va avec le discours anti-israélien et anti-juif», a déclaré le ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapid, ajoutant: «Nous ne resterons pas silencieux. Plus de 30 États ‒ aux États-Unis ‒ ont des lois anti-BDS qui ont été adoptées ces dernières années. Je vais y aller un par un et exiger qu’ils appliquent ces lois contre Ben & Jerrys, car ils ne nous traiteront pas de cette manière sans rencontrer de réponse».

Le chef de l’opposition, Benyamin Netanyahou, a choisi de répondre en anglais à la décision de la société américaine. « Maintenant, nous, Israéliens, savons quelle glace ne pas acheter », a-t-il tweeté sur son compte Twitter. Il a été rejoint par la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked, qui a réagi avec désinvolture: « Nous nous débrouillerons sans vous. Votre glace est incompatible avec notre goût ».

Le député Miki Zohar (Likoud) était plus laconique, écrivant: «Ben & Jerry’s ne manquera pas en Israël. Ben & Jerrys manquera à Israël. » Une réaction similaire dans son esprit a été ajoutée par l’ancien ministre de la diaspora Omar Yankelevich, lorsqu’elle a tweeté que « La colonisation en Judée-Samarie vaut bien plus que de la crème glacée, et nous n’abandonnerons certainement pas notre dignité et notre héritage à cause de Ben & Jerrys. « Des milliers d’années après que notre ancêtre Abraham s’est installé dans le pays, nous nous installerons toujours ici ».

Shai Alon, chef du conseil de Beit El, était également cynique: «Il vaudrait mieux que Ben & Jerrys se concentre sur la fabrication de glaces et non sur la prédication de la moralité. Il est douteux qu’ils sachent même où se trouvent les territoires dont ils parlent sur la carte. Ces territoires valent plus qu’un boycott de crème glacée ».

D’autre part, Eli Shabirou, le maire d’Ariel, a qualifié le boycott de « décision malheureuse » de la société de crème glacée. «Un mouvement populiste et sombre», a-t-il dit, «qui découle d’une vision étroite qui ne connaît pas la réalité sur le terrain, [ni la réalité historique] dans laquelle Israéliens et Palestiniens coopèrent dans un large éventail de domaines. Nous nous opposons aux boycotts, et j’appelle la direction de la société de venir, sur place, dans la région et de voir la coopération fructueuse.

Le Conseil Yesha [de Judée-Samarie] a également commenté l’aspect de la décision, mais sa réponse a été plus nette: «Malheureusement, la société de crème glacée a décidé de boycotter la Judée, la Samarie et la vallée du Jourdain, et ainsi provoquer le licenciement de centaines d’ouvriers Citoyens d’Israël, à cause de l’endroit où ils ont choisi de vivre.

Publicité de Ben & Jerry’s pour leurs produits de crèmes glacées.

«Nous renforçons les positions de la société israélienne, qui a refusé de boycotter un nombre important de citoyens israéliens, et espérons que Ben & Jerry’s reviendra bientôt sur cette décision discriminatoire, qui amène un mauvais esprit dans un domaine si doux durant les chaudes journées d’été, nous recommandons aux Israéliens de tout le pays de manger de la crème glacée de firmes israéliennes qui n’incluent pas le licenciement de centaines de travailleurs israéliens».

D’un autre côté, comme prévu, le mouvement Chalom Archav / la Paix maintenant s’est rangé du côté de la décision: «La décision de Ben & Jerry clarifie que même si les « colons de droite » continuent d’essayer de gommer la Ligne verte, le monde distingue clairement Israël souverain et les territoires occupés. Les entreprises internationales sont intéressées à faire des affaires avec Israël. « Elles ne sont pas prêtes à accepter le contrôle militaire continu de millions de Palestiniens et l’entreprise de colonisation. Le changement de gouvernement comprend parfaitement les dommages énormes que l’entreprise de colonisation inflige à Israël. Quiconque veut renforcer l’économie israélienne et éviter les boycotts et les critiques internationales contribueront à mettre fin à l’occupation ». [Fin de citation].

Adi Avital, le propriétaire de la chaîne de crème glacée israélienne « Golda », a également rejoint la série de commentaires. « Nous sommes fiers de notre entité israélienne et du droit de vendre des glaces à des milliers d’Israéliens à travers le pays ».

Le député Simcha Rotman (Sionisme religieux) a adressé sa réponse à Unilever, le propriétaire de Ben & Jerry’s Global. Ils possèdent de nombreuses marques en Israël, dont Telma, Strauss, Bagel Bagel et d’autres. «Ceux qui sont censés gérer une grande entreprise internationale qui boycotte la Judée-Samarie sont le ministre des Affaires étrangères et le Premier ministre, ainsi que le ministre des Finances, qui sont censés utiliser les outils à leur disposition, notamment en supprimant Unilever de tous les appels d’offres du gouvernement jusqu’à ce que cette décision soit renversée.

Une réponse plus inattendue mais décisive du côté politique religieux, le député Moshe Arbel (Shas) a publié: «La décision mondiale d’Unilever de boycotter la colonie juive en Judée-Samarie et d’empêcher la commercialisation de la crème glacée Ben & Jerry’s est une honte. J’ai immédiatement contacté un certain nombre d’organismes kasher, leur demandant d’annoncer la suppression de ces produits Unilever de la liste des produits kasher commercialisés dans le pays. On s’attend à  ce que tous les organismes kasher qui délivrent un certificat kasher pour les produits Unilever n’autorisent pas le boycott des Juifs vivant en Judée-Samarie.

Israel Ganz, chef du Conseil Binyamin: «Le boycott des colons de Judée et de Samarie par Unilever nécessite un traitement de la part du gouvernement israélien. Le gouvernement ne peut pas tolérer une situation dans laquelle une grande entreprise commerciale internationale boycotte environ un demi-million de citoyens de l’État et des régions de la Terre d’Israël. Le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères doivent agir immédiatement sur la question, et fixer les prix et les réponses économiques envers une grande entreprise liée aux grandes entreprises en Israël. Je renforce les positions de la société de crème glacée israélienne, qui a refusé de coopérer avec le boycott des citoyens du pays».

JForum ‒ Israel Hayom

6 Commentaires

  1. Quand est ce que nos dirigeants Israëliens ainsi que les médias juifs lanceront-ils à la face du monde que les (palestiniens ) ont déjà un territoire ;la Jordanie où ils représentent plus de 80% de la population. Combien de temps vat-on entretenir cette illusion que la Judee-Samarie est le territoire occupé par les juifs.

  2. Pourquoi il n’y a pas de boycott contre la Turquie qui occupe Chypre du nord ou contre la Chine qui occupe le Tibet ?etc..,parce que bds veut la destruction d’Israël et offre un exutoire à tous les antijuifs ignorants ou haineux primaires

  3. L’expression colons en Judée Samarie est inappropriée expression reprise par l’AFP
    Qu’on le sache à qui veut bien l’entendre nous sommes chez nous et pas des colons il faudra dire pour les nuls citoyens israeliens de Yéhouda et de Chomron

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.