Bennett et Lapid ont trouvé une excuse pour partir avant que les vrais problèmes économiques n’explosent

Économiquement, quand on ne voit que la tête de l’iceberg, l’État d’Israël n’est pas du tout dans une mauvaise passe : il y a une semaine on célébrait la réinitialisation du déficit, l’inflation en Israël fait l’envie de la plupart des pays avancés, et même la crise du logement le gouvernement montre qu’il a réussi à la résoudre en apparence.

Lorsque le navire coule, il est inutile de fantasmer sur ce qui se serait passé. Lorsque le navire coule, la seule pensée qui vient à l’esprit est de savoir quel est le meilleur moment pour le quitter et espérer survivre. Et comme c’est aussi le cas dans notre système politique bancal, il faut admettre qu’au moins économiquement, le Premier ministre Naftali Bennett savait probablement quand il valait mieux partir.
Économiquement, si on ne voit que la pointe de l’iceberg, l’État d’Israël n’est pas du tout en mauvaise posture. Il y a une semaine, nous avons célébré la réduction du déficit, bien que l’inflation en Israël dépasse l’objectif du gouvernement (1 % -3 %), avec 4,1 %, nous faisons l’envie de la plupart des pays avancés, et même dans le secteur du logement, le gouvernement affiche définitivement des recettes – près de 20 000 mises en chantier au cours des deux derniers trimestres, soit un rythme annuel de 80 000 appartements équivalent à l’époque où le ministre du Logement s’appelait Ariel Sharon et faisait ce qu’il voulait (83 500 mises en chantier en 1991). Dans le même temps, 79 060 permis de construire ont été délivrés l’année dernière, ce qui indique certainement que le système a commencé à bouger, et peut-être même que l’on changera de direction et que l’offre dépassera la demande.

Alors, pourquoi intervenir et démanteler ce que nous avons construit ? 

Parce qu’il s’agit principalement d’un support en roseaux cassés. Dans des données qui cachent l’horreur économique qui se trouve au fond de l’iceberg et qui peut faire couler le navire très facilement. Les revendications salariales croissantes dans l’ensemble de l’économie, s’élevant à 41 milliards de NIS, auxquelles il sera très difficile de dire non (certainement lorsque l’indice des prix à la consommation érodera les salaires des travailleurs et après que les travailleurs du secteur public aient accepté de geler leurs salaires au début de la covid). Le fait que l’inflation est susceptible de monter en flèche au cours des prochains mois d’été, notamment parce qu’un quart de notre panier de prix se compose de prix de location, de nombreux contrats arrivant bientôt à échéance (la CBS a déjà admis que les contrats renouvelés représentaient 5 % d’augmentation mensuelle en mai dernier).
Et que même dans l’immobilier résidentiel, l’offre impressionnante s’appuie actuellement sur l’impressionnant succès de l’année dernière, qui s’est soldé par la commercialisation historique de terrains pour 101 000 appartements, qui mûrissent désormais dans de nouvelles constructions à grande échelle.

Les problèmes sous-jacents n’ont pas été résolus

Mais ce sont de vieilles nouvelles. Pas plus tard que jeudi dernier, nous avons signalé que la comptable générale du ministère des Finances, Yahli Rotenberg, avait informé l’Autorité foncière d’Israël qu’elle était tenue de geler les marchés à venir, que le budget du ministère du Logement était épuisé (« il ne reste de l’argent que pour 3 100 autres appartements »). Un appartement coûte 30 000 NIS pour sa mise en construction. L’augmentation de l’offre s’est heurtée à un mur budgétaire, et il est utile de se précipiter pour fêter cela avant que quiconque ne remarque qu’il n’y a plus d’eau entrant dans le long tuyau.
Et même avant les hypothèses du comptable général, même dans les mondes de la planification, notre approvisionnement futur s’épuise rapidement. Les commissions d’urbanisme ont approuvé très peu de nouveaux logements ces derniers mois, le secteur agricole se bat contre tout plan censé mordre des terrains, et les maires seront beaucoup moins gentils dans la délivrance des permis, la rénovation urbaine et le logement en général, avec l’odeur de la campagne électorale (octobre 2023).

JForum – Globus

1 COMMENTAIRE

  1. Que D.ieu mette des hommes RESPONSABLES à la tête du pays, et AIMAINTS Israël.. Je crie à l’ Eternel pour vous tous..

    Psaume 142
    4 Quand mon esprit est abattu en moi, toi, tu connais mon sentier.
    6 Eternel, c’est à Toi que je crie. Je dis : « Tu es mon abri, ma part au pays des vivants. »
    7 Sois attentif à mes cris, car je suis bien faible !

    Israël, repens toi et cherche la face de l’ Eternel.. Tu t’en es éloigné, mais reviens à Lui..
    Quand un malheureux crie l’ Eternel entend. Demande Lui de la Sagesse, Il te la donnera.

    J’aime Israël, et je suis Triste de lire cet article. Il n’y a aucun jugement dans mon commentaire, car je vous chéris.. Je serai avec un Immense Plaisir, au milieu de vous, le mois prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.