La haine de Netanyahou fait que l’on donne le pays aux Arabes.

La haine de certains Israéliens à l’égard de Netanyahou et la seule et unique justification d’une coalition qui accumule, pour garantir sa survie, toutes les concessions même les plus mortelles, aux Arabes. Cette semaine a été un exemple de ce que les membres de cette coalition peuvent faire, pour assurer leur survie politique. Mais au-delà, une grande partie de la population reste dans cette détestation puisque le dernier sondage d’hier, montre que si cette coalition ne serait plus majoritaire en cas d’élections, les partis de droite avec le Likoud, n’arrivent pas à la majorité absolue.

Retour sur une semaine calamiteuse. 

La coalition se déchaine, – le parti RAAM dicte sa loi, – Bennett entre en éruption : la semaine dernière fut orageuse à la Knesset.

La loi sur l’électricité approuvée cette semaine à la Knesset a révélé la principale faiblesse du gouvernement. Le parti RAAM a fixé l’ordre du jour au Parlement, le membre arabe de la Knesset Taha a tenté de défier l’institution, le Premier ministre a présenté un spectacle étrange et à Israël Béiténou  malgré un avenir périlleux on tente de légitimer la coalition bien que l’on sache que la Knesset a fait une erreur.

Il y a deux semaines et demie, Mansour Abbas a participé à la Conférence d’affaires de Globes Israël, reconnaissant l’État d’Israël comme l’État du peuple juif . Ce fut un moment enivrant pour les hauts fonctionnaires du gouvernement. Les membres de la coalition de droite, qui ont endossé ce partenariat avec beaucoup de contrariétés, se sont sentis mieux dans leur peau. Cette semaine, ils sont revenus sur terre, face à la question du prix qu’ils devaient payer. Il ne s’agit pas seulement de donner les terres de la nation, mais aussi de subordonner l’agenda du parlement à celui du parti RAAM.

De quoi parle-t-on ? Un grand nombre de constructions illégales de maisons arabes sur des terres appartenant à Israël ne sont pas raccordées au réseau électrique. La loi sur leur raccordement, présentée par le parti travailliste, légalise de facto ces constructions, mais aussi la rétrocession de ces terres qui appartiennent à l’État d’Israël.

Avant même la question de la position du parti RAAM en cas de guerre, il s’avère que ce partenariat a des prix au niveau du fonctionnement quotidien de la Knesset.

Bennett lui a sauté dessus.

Une loi du parti travailliste, destinée à approuver la poursuite des travaux du comité spécial d’urbanisme de la ville, a été prise en otage, de même que la loi sur le recrutement que Ganz cherchait à promouvoir. Ganz espère que dans les mois à venir, le parti RAAM approuvera un vote sur des lois supplémentaires du Commandement de la défense, une fois que le reste des membres de la coalition auront rempli leur engagement d’adopter la loi sur l’électricité. A chaque loi nouvelle le parti arabe RAAM cherche une compensation, qui a un coût élevé.

Chez Yamina, ils ont voulu passer en force une loi sur le développement des villes, et ne se sont pas contentés d’utiliser l’article 98 pour abréger la procédure. Mais dans la pratique, l’allongement des débats généré par des membres de la Knesset Lazimi et Pinto a donné à Taha ( membre arabe ) l’occasion de faire campagne depuis la tribune de la Knesset, avec Mansour Abbas à ses côtés. Taha a prononcé un discours de deux heures, principalement en hébreu, mais lorsqu’il est passé à l’arabe, des députés de l’opposition et de la coalition se sont élevés contre lui.

Étonnamment, la plupart des membres israéliens de la Knesset ne parlent pas arabe, alors Taha s’est adressé à la rue arabe depuis la Knesset. Malheureusement, la Knesset n’est pas une arène de campagne et il est obligé de parler à ses collègues pour qu’ils le comprennent et puissent répondre. Ce n’est pas par hasard que le membre de la Knesset Dichter, qui était l’un des rares à comprendre, lui a dit : « Si tu étais honnête, tu traduirais tes paroles en hébreu. » Taha a répondu : « Votre problème est que vous n’avez pas appris l’arabe.  » Rappelons que l’État d’Israël a commis l’erreur d’avoir deux langues officielles, l’hébreu et l’arabe.

Même s’il y a en partie raison dans sa prétention, le résultat ne change rien. Tant qu’il n’y a pas d’interprète à la Knesset et que les membres de la Knesset ne se sont pas inscrits au cours en arabe, il doit leur parler pour qu’ils le comprennent. Les députés parlent parfois en arabe et certains pimentent les choses en parlant en yiddish, mais cette fois, la performance était inhabituelle, car il s’agissait d’une loi controversée et Taha voulait défier l’institution et il y a réussi. Sa performance a été aussi dans l’explosion surprise de Bennett.

La formation du gouvernement a des prix politiques et Bennett était prêt à tout payer, mais l’alliance avec le parti RAAM semble être le point faible le plus pesant d’où le spectacle bizarre de ce jour-là offert par le Premier ministre.

« Bennett lui a sauté dessus », a dit un haut responsable du gouvernement après que Bennett ait fait un pas rageur et furieux vers les bancs de l’opposition. La plupart des députés de l’opposition interrogés n’ont même pas pu dire ce que Bennett criait. Le masque qu’il portait et les cris qui l’entouraient rendaient son spectacle inaudible.

Puis Bennett « lui a sauté dessus » à nouveau, quand ce fut au tour de la députée Orit Sitruck de lui répondre. Sitruck se tenait derrière Bennett et lui a proposé l’abandon des implantations.

La personne qui a regardé la situation avec étonnement était le ministre de la Défense Benny Gantz, qui a regardé la scène de son côté. Gantz, qui se présente comme un indépendant dans cette coalition, et le troisième partenaire de droite avec un vice-ministre Avir Kara. Contrairement aux membres de son parti, Kara a une base d’électeurs fidèles qui lui fait confiance depuis la formation du gouvernement.

Un gouvernement en détresse

Le gouvernement a longtemps détesté les conseils juridiques de la Knesset, et en particulier la chef du département de conseil juridique, l’avocate Sagit Afik. Cela s’est poursuivi cette semaine lorsque Afik a exprimé son opinion professionnelle contre l’activation de l’article 98 (raccourcissement des procédures procédurales) en bloc. Dans une coalition qui a promis le changement, ils ont prouvé une fois de plus que les conseillers juridiques et la primauté du droit ne sont respectés que s’ils sont contre Netanyahu.

Afik n’a rien changé contrairement à ses engagements. Néanmoins, la coalition, en particulier Yesh Atid et Israël Beiteinu, s’efforcent de la délégitimer Yariv Levin comme président de la Knesset sur la base du fait qu’il a été élu avant la formation de la coalition.

La 61e Coalition est en détresse quotidienne. Elle a besoin d’accords avec l’opposition pour poursuivre son activité hebdomadaire, mais essaie désespérément d’utiliser les différents outils pour la priver du pouvoir dont elle dispose. Les chefs de coalition n’ont aucune patience pour travailler ensemble, alors que c’est la pierre angulaire du parlement. Au lieu de s’asseoir à une table avec le centre de l’opposition, ils usent d’outils réservés aux extrêmes, et lorsqu’un avis juridique avertit les gêne alors ils cherchent à le faire taire. C’est nouveau gouvernement avec d’anciennes méthodes.

Le public perd confiance

Ce n’est pas pour rien que l’homme qui est considéré comme le marqueur équilibré de la coalition, le député Eitan Ginzburg, a refusé de présider la réunion de la commission de la Knesset, au cours de laquelle ils ont cherché à approuver l’article 98, après s’être rendu compte qu’aucune tentative n’avait été faite pour parvenir à un accord, la polémique qui a été menée contre lui par une centaine de réserves seulement et non des milliers, est surtout révélatrice des difficultés de gestion interne de ces dirigeants.

L’indice de confiance publié par l’Israël Democracy Institute, aujourd’hui, classe la confiance des Israéliens dans le système politique :

  • le gouvernement n’a que seulement 27 % de confiance,
  • la Knesset a 21 %
  • et les partis ont 10 %.

Quelle est la situation des élus dans la conscience israélienne ?

69% des personnes interrogées n’étaient pas d’accord avec l’affirmation selon laquelle les députés « font totalement leur travail », il s’agit du taux de confiance le plus bas de l’indice de l’institut depuis 2011. Pour regagner une partie de la confiance perdue envers les membres de la Knesset pour travailler et ne pas produire de scènes de théâtre quotidiennes pour les spectateurs, le gouvernement doit autoriser la liberté de vote à la Knesset, et la Cour suprême doit restaurer une partie de son indépendance. Mais plus encore c’est l’électeur israélien qui est responsable en premier lieu de cette catastrophe.

JForum

9 Commentaires

  1. Inutile de venir pleurnicher sur les réseaux sociaux, car c’est le peuple qui a élu ces pieds nickelés. Donc ce gouvernement est la copie conforme du peuple donc chaque citoyen vote pour sa gueule et avec des tranches de 4 ou 5 députés par parti politique, le pays ne va jamais s’en, sortir sans la prise de pouvoir par UN VRAI PARTI DE DROITE MAJORITAIRE. Si les français sont des veaux selon degaulle, les Israéliens n’ont rien à leur envier.

  2. DANS 15 ANS? on parle arabe déjà a la Knesset , pour dire aux juifs qu’on n’a pas à parler leur langue.

    La naiveté et la bêtise du gouvernement qui croit qu’en lâchant tout, ils vont avoir une attitude conciliante de RAAM pour les prochains votes FAIT PEUR

  3. « Bennett donne la Terre d’Israël pour garder son poste »

    FOUTEZ-LE DEHORS! MANIFESTEZ PAR MILLIERS! NOIRCISSEZ LES RUES PAR VOTRE PRESENCE – MONTREZ QUE VOUS EXISTEZ ENCORE MALGRÉ LA SHOAH – DEVANT LA KNESSET ET DEVANT CHEZ LUI!! NE LAISSEZ ENTRER PERSONNE ET ENCORE MOINS CE PARTI ARABE qui a lu culot de demander que les Israéliens apprennent l’arabe et eux n’ont pas l’obliga<tion de s'exprimer ni d'apprendre l'Hébreu!?

    REPRENEZ-VOUS CAR VOUS ALLEZ À VOTRE PERTE!

  4. La KNESSET serait sous les désidératas du parti arabe RAAM ? Mais que viennent faire ces arabes à la Knesset?

    ISARéLIENS Qu’attendez-vous pour vous réveiller et mettre un terme à ce gouvernement fantoche de ce Bennet !LA MAJORITé DE JUIFS QUI A VOTé POUR CES TRAITRES Â ISRAËL DEVRAIENT AVOIR HONTE! Theodor Herzl doit se retourner dans sa tombe pour avoir combattu afin que les Juifs aient leur terre et voir que si vous continuez dans cette débâcle, il aura combayttu pour les arabes et non pour les Juifs! HONTE À VOUS! QUITTEZ ISRAËL! vous n’en êtes pas dignes!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.