Le séisme du paysage politique israélien promis par Avi Gabbaï au moment de son élection à la tête du Parti travailliste risque fort de se transformer tout simplement en implosion du Camp sioniste.

Alors que les sondages d’intention de vote pour le parti ne sont plus aussi réjouissants qu’au lendemain de son élection, Avi Gabbaï est actuellement en processus d’affrontement avec Tsipi Livni avec à la clé une possible fin de l’alliance conclue entre cette dernière et cItshak Herzog avant les dernières élections.

Comme tout chef de parti nouvellement élu, Avi Gabbaï tient à marquer la formation de son empreinte en introduisant des réformes dans son organisation et son fonctionnement. Récemment déjà, Avi Gabbaï avait fait savoir qu’il compte procéder à une véritable révolution dans les statuts lors de la prochaine convention, en renforçant son pouvoir de manière significative, notamment par la suppression du poste de secrétaire-général du parti ou encore en obtenant le droit de placer deux candidats de son choix pour chaque dizaine dans la liste pour les élections.

C’est là déjà que Tsipi Livni avait haussé les sourcils, craignant que ces deux places ne seraient pas réservées à des membres de son mouvement Ha-Tenoua mais à des « vedettes » extérieures susceptibles de ramener des voix au parti.

Mais ce qui a mis Tsipi Livni hors d’elle, c’est le fait qu’Avi Gabbaï aurait l’intention de modifier l’accord d’alliance qu’elle avait conclu à l’époque avec Itshak Herzog. Histoire sans doute de la « remercier » d’avoir soutenu l’ancien présdient du parti lors des dernières primaires. Actuellement n°2 du Camp Sioniste, Tsipi Livni se verrait non seulement reléguée à la 4e ou à la 5e place, mais elle serait la seule de son parti Ha-Tenoua à être insérée dans la liste pour les élections. Proposition que l’ancienne ministre ne pourrait accepter.

Les tensions entre Avi Gabbaï et Tsipi Livni étaient restées en sourdine jusqu’à récemment, même si cette dernière avait déjà fait comprendre avant les primaires qu’elle pourrait quitter le parti si Itshak Herzog était battu. Mais dernièrement, un incident a fait publiquement éclater l’exaspération de Tsipi Livni. Alors qu’elle arrivait au siège du Camp Sioniste, elle constatait que des hommes à Avi Gabbaï avaient pris possession de son bureau. Très en colère, elle en avait fait part au nouveau président qui lui avait donné une réponse vague et laconique, ce qui ne lui avait pas plu du tout. Elle avait alors sommé les amis d’Avi Gabbaï de quitter le bureau sans délai.

Pourtant et malgré tout cela, les deux intéressés refusent de confirmer toute crise et indiquent chacun de leur côté que « tout va bien » et que « les relations sont excellentes »…

Photo Avishag Shaar Yashouv / Flash 90

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.