L’Australie a déclaré Jérusalem-Ouest capitale d’Israël, samedi, par la voix du Premier ministre Scott Morrison, une décision qui marque un tournant dans sa politique étrangère que certains en Israël considèrent pourtant comme trop léger, se disant déçu que l’Australie n’ai parcouru que « la moitié du chemin ».

En outre, Morrison a déclaré que l’Australie ne déplacerait son ambassade à Jérusalem-Ouest que lorsque le statut final de la ville sera déterminé, en d’autres termes, jusqu’à ce qu’un accord de paix soit signé…

« L’Australie reconnaît Jérusalem-Ouest, siège de la Knesset et de nombreuses institutions gouvernementales, comme capitale d’Israël », a déclaré Morrison lors d’une conférence de presse en soulignant quand même que l’Australie maintiendra sa mission diplomatique à Tel-Aviv tant qu’un accord de paix n’aura pas été conclu entre Israël et l’Autorité palestinienne.

Mais il a aussi précisé que son gouvernement créerait un bureau chargé de la sécurité et du commerce à Jérusalem.

Le Président de la Knesset, Yuli Edelstein, s’est dit « surpris » d’apprendre que l’Australie n’avait reconnu que la moitié occidentale de la ville  comme la capitale d’Israël: « Je suis surpris par la décision australienne de ne reconnaitre que l’ouest de Jérusalem comme capitale d’Israël,  nous continuerons d’insister sur ce point: le Grand Jérusalem est notre capitale pour toujours, et pas seulement une partie », a déclaré Edelstein.

Déjà l’annonce en octobre dernier de l’intention australienne avait provoqué la colère des voisins indonésiens et malaisiens, à majorité musulmane. Les deux Etats ne reconnaissent pas à Israël le droit d’exister.

La Malaisie a déclaré ce dimanche qu’elle « s’opposait fermement » à la décision australienne. La Jordanie a, elle aussi, condamné samedi la décision de l’Australie: « Cette décision constitue une violation du droit international et des résolutions de légitimité internationale » a précisé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué cité par le Jordan Times. 

Cette décision a évidement aussi été critiquée par l’Autorité palestinienne. Un porte-parole de son cabinet, Yusuf al-Mahmoud, a déclaré que la décision du gouvernement australien de reconnaître Jérusalem-Ouest comme capitale était un « faux pas » et montrait une incompréhension  de la réalité politique et des décisions de la communauté internationale.

Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité Palestinienne, a appelé les autres pays à ne pas relocaliser leurs ambassades à Jérusalem et à reconnaître la ville arabe d’Al-Qods comme la capitale naturelle de « l’État de Palestine », conformément aux résolutions de l’ONU qui ont établi que « la Cisjordanie et Jérusalem-Est font partie intégrante » des terres palestiniennes occupées par Israël en 1967”.

Abbas a souligné que tout État qui transfère son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem ou reconnaît Jérusalem-Ouest ou les deux parties de la ville comme la capitale de « l’État occupant » viole le droit international et  « attaque le peuple palestinien et la nation arabe et islamique toute entière ».

Notons aussi que quelques heures après l’annonce du Premier ministre australien Scott Morrison, la Ligue Arabe a publié une déclaration furieuse dénonçant la décision « irresponsable et partiale » jugée « contraire au droit international ».

Pour terminer, une bonne nouvelle, curieusement la décision australienne a été plutôt bien accueillie par le Bahreïn dont le ministre des Affaires étrangères, Khalid bin Ahmed Al Khalifa, s’est opposé aux « déclarations irresponsables » de la Ligue arabe, tweetant que la position de l’Australie n’entravait pas les revendications légitimes des Palestiniens » avant d’ajouter: « Cela ne contredit pas non plus l’Initiative de paix arabe ».

Tel-Avivre –

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.