Les campements de migrants à Paris grossissent

4
300
Des migrants dans des tentes igloo qui se multiplient le 27 octobre 2016 à Paris Photo PHILIPPE LOPEZ. AFP
Dans le nord de Paris, les campements de migrants ont déjà été vidés à maintes reprises. Mais depuis plusieurs jours, les tentes igloo se multiplient, au moment où, à 300 kilomètres de là, la “Jungle” de Calais est démantelée.

Avenue de Flandres, place Jean-Jaurès, place Stalingrad, les files devant les marmites des distributions de repas s’étirent inexorablement.

“Il y a trois jours, on distribuait 700 à 800 repas. Aujourd’hui, on est à plus de mille. Je ne sais pas comment on va faire”, confie Charles Drane, un coordinateur de l’ONG Adventist Development and Relief Agency (Adra) qui distribue des repas le midi sur l’avenue de Flandres (XIXe arrondissement).

Dommage collatéral du démantèlement de la “Jungle” de Calais?

La ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, l’a assuré vendredi sur la chaîne Public Sénat: “Il n’y a pas d’arrivée massive de Calais sur Paris”. “Beaucoup de migrants vont à Paris” en bus, par train ou en voiture, affirme au contraire à l’AFP une source de la police aux frontières du Nord: “Certains sont récupérés directement par des voitures venues de Paris”.

“Difficile de dire d’où ils viennent mais une chose est sûre: ça grandit de manière inquiétante. Et il y a désormais des familles avec des enfants, parfois de quelques mois”, souligne Violette Baranda, élue du XIXe arrondissement qui visite régulièrement ce “triangle des migrants” du nord parisien.

Les tentes, isolées à la hâte avec des bâches ou des couvertures de survie, s’entassent désormais sur plus de 700 mètres sur le terre-plein de l’avenue de Flandres, du linge sèche sur des fils tendus entre deux arbres, on discute sur une chaise de bureau à roulettes ou un fauteuil défoncé.

Sous le métro aérien place Stalingrad, une grande partie de l’espace a été grillagé après une évacuation policière mi-septembre. Mais le moindre bout de trottoir accessible est recouvert de dizaines de tentes.

Quelques mètres plus loin, près de la station Jaurès, les tentes s’alignent le long du quai de Jemmapes, point de ralliement des Afghans.

La police attendue 

“La police va venir bientôt?”, interroge Wahidullah Karimi, 26 ans, ancien ingénieur dans l’énergie. A Paris depuis un mois, il attend impatiemment avec quelques camarades une évacuation “pour pouvoir dormir au chaud, qu’on nous sauve de cette situation”.

Comme eux, un ex-soldat de l’armée libyenne de 25 ans, qui veut rester anonyme, rêve d’un lit et d’un toit, “même dans une petite chambre avec trois ou quatre autres personnes”. “La vie est difficile ici. Il fait froid, on mange et on s’habille avec ce qu’on nous donne, on se lave dans des douches publiques quand on peut… On ne veut pas passer notre vie comme ça, dans la rue”, explique-t-il dans un français correct.

Une évacuation aura lieu “dans les jours qui viennent”, affirme-t-on à la Ville Paris. Cette opération ouvrira la voie à l’ouverture du premier centre d’accueil humanitaire pour les migrants de la capitale, d’une capacité initiale de 400 lits.

Soudanais, Somaliens, Ethiopiens, Erythréens, Syriens, Libyens, Afghans… “Il y a tous les malheurs du monde ici”, sourit Ibrahim Zakaria, originaire du Darfour soudanais

Aucun des migrants interrogés par l’AFP n’a eu vent d’arrivées depuis la “Jungle” ces derniers jours. Même si plusieurs y sont déjà passés, comme Bokaloi, revenu il y a un mois après y avoir passé vingt jours. “A Calais, c’était pas bon, il y avait beaucoup de mafias. Ici, il n’y a pas de violence mais c’est quand même dur”, confie cet Algérien, emmitouflé dans un sac de couchage sur un matelas, sa capuche enfoncée sur la tête.

Un peu plus loin, un homme a mis son rêve par écrit sur l’arrière d’une tente: “No place like home” (rien de mieux que sa maison).

La Libre 

4 COMMENTS

  1. Un peu d’histoire à tous ces gens qui sont prêt à voter pour ne pas avoir de perte de mémoire Le problème des migrants a commencé au débuts des années 1990 et là c’était le gouvernement de gauche qui était en place en France de 1981 à 1988 premier septénat de François Mittérand, et Mittérand c’était la gauche, et au deuxième septénat de 1988 à 1995, c’était encore la gauche toujours avec François Mitterrand et, le problème des migrends est un problème que la gauche n’a su ni géré,ni réglé et ça c’est encore vrai aujourd’hui
    Sarko n’a été président qu’en 2007, et le chômage à commencé dans les années 1980 et là c’était la gauche qui était au pouvoir Et de 1974 à 1980 Valérie Giscard d’Estaing avait remplit toutes les caisse et il n’y avait pratiquement pas de chômage
    Et de 1981 à 1988 François Mittérand ( la gauche ) les a vidées les caisse, alors que la droite venait de les remplir, et moi je constate aujourd’hui que la droite à toujours tout fait pour remplir les caisses et la gauche c’est toujours empressé de les vider
    Les caisses ont été vidées de 1981 à 1995 sous le gouvernement de la gauche, sous le gouvernement de Mittérand, Chirac est arrivé à un septénat de 1995 à 2002, puis sous un quinquénat de 2002 à 2007.
    De 2007 à 2012 : Nicolas Sarkosy à pris le pouvoir et le pays été déjà dans cette faillite financière, car avant 2002 la droite n’avait pas été élue, donc cette faillite c’est la gauche qui l’a faite, sans compter que Sarko a eu affaire à une très crise financière qui à été pour ainsi dire mondiale, crise qui est venue des Etats-Unis dans les années 1880, et heureusement que Sarko était la pour réinjecter de l’argent dans les banques, n’oubliez pas que la première crise financière à commencé en 1893 et que la France était déjà dépendante de la Réserve Fédérale Américaine. Pour en revenir aux migrands : Ce problème aurait dut être réglé dans les années 1990 sous le régime de la gauche et, qu’ils ont laissé le problème s’empirer parce qu’ils n’ont été capable ni de le gérer, ni de le régler et pendant 12 ANNEES, 1 x 7 ans et 1 x 5 ans ils n’ont pas su régler le problème et aujourd’hui on voudrait mettre ça sur le dos de la droite, car quand on n’a fait partir la droite en 1981, avec l’affaire des diamant de Bocassa, rappelez-vous, c’était le plus gros mensonge de l’histoire de ce siècle mais, je vous rappel quand même que les caisses étaient pleines ( et là je parle de toutes les caisses ) et Giscard d’Estaing avait même prévu de prendre les trop perçus pour pouvoir lancer des crédits, donc la gauche à vider les caisses et creuser les déficits et, aujourd’hui on payent encore les conneries de la gauche qui a vidée les caisses, et aujourd’hui on veut dire, ou nous faire croire que c’est d’la faute à Sarko, alors oui la crise financière à commencé en 2007, quand la droite à été élue, mais ne vous y trompez pas, c’est pas la droite qui a vidée les caisses et creuser le déficit, c’est le gouvernement d’AVANT Sarko, c’est à dire la gauche, car en 2006 et bien avant, et depuis 1988 la crise était là, alors quand Sarko, la droite est arrivée en 2002 la gauche a du être très très heureuse, et elle c’est dit JE N’AI PLUS A REPONDRE DE MES CONNERIES, car maintenant je peux dire c’est d’la faute à la droite !!!
    Je n’aurai pas assez de place pour tout dire, mais avant d’aller voter, et ce serait dommage de ne pas le faire,
    renseignez-vous bien sur ce qui c’est réellement passé, et pourquoi on en est là. alors bien sûr mon but est de vous faire réagir, car sinon,vous comme moi on va ce faire enfler par la gauche. Et pour réagir ils pourront toujours dire BLA…BLA…BLA… mais quoi qu’il arrive les faits sont là.

  2. Le camp de Calais est démantelé, mais ils l’ont transféré à Paris, donc le problème est déplacé, mais pas réglé, patientez encore un peu et les mafia s’installeront à Paris, tout comme celles qui ce sont installés à Calais, alors s’occuper des migrants c’est bien, mais combien de gens crèvent de faim déjà ici, en France ne serait-il pas plus sage de s’occuper déjà de ceux-là, puisque Hollande et sa clic veut acceuillir tant de migrants, pourquoi ne les acceuille- t-il pas chez lui, il y’a de la place à l’Élysée il y’a de belles chambres au parlement, et en plus y’a de la place, parce que maintenant qu’ils ont tout cassé à Calais, ils vont à nouveau tout cassé à Paris, alors qui va payer les réparations???Parce que il faut s’attendre à ce qu’ils volent et à ce qu’ils détruisent et pillent les maisons tout comme il l’ont fait à Calais. Voilà la réalité, mais le problème c’est que ces beaux messieurs au gouvernement ne vivent pas dans la réalité, nous on a les pieds dans la merde pas EUX, eux quoi qu’il arrive ils vivent toujours sur leur petit nuage malgré leurs beaux discours, en plus ils viennent comme des très très pauvres, comme des clochards, mais dans leurs pays ils sont au moins dix fois plus riche que nous. et comme par hasard chez les migrands il n’y’a que des musulmans, et dans peu de temps ce seront eux-même qui ce révolteront contre nous, je ne suis pas raciste du tout, mais ça ne m’empêche pas de ne pas ignorer les faits

  3. Dommage qu’il n’y ai pas de charter entre les palestiniens et Paris…Hollandouille pourrait gagner avec seulement une dizaine de millions de MUZ en plus des 10 à 18 qu’il a déjà….en France…ensuite ils demanderaient l reconnaissance de la ville de Paris comme grande ville musulman antique ..et l’UNESCO…pourrait même faire un vote sur la non présence de français a PARIS du temps de Mohamed…qui a surement du faire un ou deux voyages nocturnes de la Mecque a PARIS ….tout le monde sait bien que c’est absurde mais a ce jeu ; les MUZ fortunés peuvent finir par gagner….d’ailleurs PARIS et PALESTINE excepté le R c’est un peu pareil….une commission d’expert de l’Islam n’aurait aucun mal a voir le lien évident entre Barbes et Ramallah et a demander le départ des “françous” qui leur vole leur terre ancestrale…lol ça, çà serait drôle nouvelle variante MUZ de l’arroseur arrosé…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.