Une étude israélienne désigne le Brésil en crise économique comme un réservoir de jeunes  juifs très attirés par Israël

La recherche, menée à l’Institut Samuel Neaman pour la recherche sur les politiques nationales au Technion, à Haïfa, s’est concentrée sur 12 villes avec une importante population de la diaspora juive. Ils sont situés au Brésil, en Argentine, au Mexique, en Afrique du Sud, en France, en Ukraine et en Russie. Sao Paulo et Rio de Janeiro au Brésil, qui abritent la plupart des Juifs du pays, sont les plus prometteuses en termes d’encouragement à l’émigration vers Israël, selon le journal.

Les Juifs vivant dans les deux villes brésiliennes « sont soudés, jeunes, connectés à Israël et moins assimilés [than other Jewish communities in the world], « selon l’étude de 55 pages, citée par Haaretz. « De plus, ces communautés comptent une proportion relativement élevée de professionnels, comme des experts en haute technologie et des médecins, dont les compétences sont très demandées en Israël. »

Au cours de la dernière décennie, les Juifs brésiliens ont été parmi les 10 premiers au monde les plus susceptibles de « faire leur alyah » – c’est-à-dire émigrer en Israël, l’un des principes du sionisme – bien que le nombre de Juifs dans des pays comme la Russie, l’Ukraine, la France et le Canada qui l’aient fait les ait éclipsés, selon les données de l’Agence juive pour Israël. Néanmoins, depuis 2015, il y a eu une forte augmentation de l’immigration brésilienne, d’environ 200 à 600 personnes par an. Même la pandémie n’a pas été un obstacle majeur, 522 Juifs ayant quitté le Brésil pour Israël en 2020.

La dure crise de Covid-19 au Brésil n’est pas mentionnée dans l’étude, qui était basée sur des données collectées entre 2018 et 2020. Mais les auteurs disent que la situation économique désastreuse et les inquiétudes pour la sécurité personnelle au milieu de la flambée des taux de criminalité et d’une augmentation des incidents antisémites ont laissé de nombreux Juifs s’interroger sur leur avenir dans leur pays d’origine.

« La communauté juive brésilienne devrait être considérée comme ayant un potentiel important pour l’aliya et devrait même être considérée comme la cible privilégiée d’une politique d’« aliya ciblée » », écrivent les auteurs, décrivant les changements de politique qui pourraient faciliter l’immigration en provenance du Brésil.

L’Argentine voisine, en revanche, n’a pas un potentiel élevé d’aliyah, selon l’étude. L’une des raisons est son taux beaucoup plus élevé de mariages mixtes par rapport au Brésil, où les Juifs ont tendance à se marier au sein de leur propre communauté.

Depuis sa création, Israël essaie d’attirer les migrations juives de la diaspora pour se renforcer avec à la fois des ressources et des talents. L’augmentation de l’immigration en provenance de communautés moins assimilées comme celle du Brésil a coïncidé avec la gouvernance de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Cela a cependant élargi le fossé entre Israël et les communautés juives de tendance libérale dans des pays comme les États-Unis. La recherche sur la façon de mieux canaliser les Juifs brésiliens vers Israël a été considérée par les critiques du pays.

L’étude n’incluait pas les États-Unis et le Canada parce que l’Agence juive pour Israël, qui est mandatée pour gérer l’aliya, a transféré les programmes de sensibilisation dans ces pays anglophones à une autre organisation à but non lucratif.

Par Gaspar Bazinet Modified 21 juin 2021 – 6:02

Source: news-24.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.