Le tribunal correctionnel de Paris a rendu jeudi son jugement dans le procès de l’affaire Clearstream. L’ex-Premier ministre a été relaxé de dénonciation calomnieuse et assure vouloir désormais “tourner la page”. Nicolas Sarkozy prend acte de cette décision et ne fera pas appel. Imad Lahoud et Jean-Louis Gergorin écopent de prison ferme.
Sur le même sujet

* L’heure du jugement dans l’affaire Clearstream

L’audience a débuté à 10h30 précises. Comme prévu. Le tribunal correctionnel de Paris a pendant plus de deux heures lu les quelques 300 pages du jugement du procès de l’affaire Clearstream.

Le principal prévenu, Dominique de Villepin, a été relaxé des charges de recel et de dénonciation calomnieuse qui pesaient contre lui. Le tribunal a estimé qu’il n’y a pas eu de preuve certaine qu’il ait donné des instructions pour dénoncer Nicolas Sarkozy. En clair, il n’est pas démontré que l’ancien Premier ministre savait que les listings étaient des faux.

“Mon innocence a été reconnue. Je pense à cet instant à ma famille qui a connu jour après jour la rumeur et la suspicion. Je suis fier d’être le citoyen d’un pays, la France, où l’esprit d’indépendance reste vivant. Je n’ai aucune rancoeur, aucune rancune. Je veux tourner la page. C’est vers l’avenir que je veux me tourner pour servir les Français et contribuer, dans un esprit de rassemblement, au redressement de la France”, a déclaré Dominique de Villepin à la sortie du tribunal.

Le procureur de Paris avait requis contre lui 18 mois de prison avec sursis et 45.000 euros d’amende. Il avait estimé que l’ancien Premier ministre s’était rendu “complice” de dénonciation calomnieuse “en cautionnant par son silence les agissements de Jean-Louis Gergorin”.

Jean-Louis Gergorin a été reconnu coupable de dénonciation calomnieuse, de délit de recel et d’abus de confiance. Il écope de 3 ans de prison dont 15 mois ferme. C’est contre lui, ancien vice-président d’EADS, qu’avaient été prononcées les plus lourdes réquisitions, trois ans de prison, pour avoir remis les faux listings au juge Renaud Van Ruymbeke en avril 2004. Dans le jugement, les magistrats pointent du doigt une “volonté de manipulation”. Il va faire appel.

Imad Lahoud a également été reconnu coupable de complicité de dénonciation calomnieuse, de faux, de recel et d’abus de confiance. Il a été qualifié de “second couteau” par le procureur de la République. Il écope de 3 ans de prison dont 18 mois ferme. Son avocat a indiqué que lui et son client allaient réfléchir à l’opportunité de faire appel.

En réaction à ce jugement, Nicolas Sarkozy a déclaré, via un communiqué, prendre “acte” de cette relaxe. Il précise qu’il ne fera pas appel. (Source Europe 1)

http://info.sfr.fr/faits-divers/articles/Dominique-de-Villepin-a-ete-relaxe,129124/?sfrintid=HPA_actu_MEA1_portail

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.