“L’essentiel est de donner la charité aux véritables Tsadiqim et aux pauvres sincères.” (Rabbi Na’hman de Breslev, Liqouté Moharan I, 17)

Nous pensons souvent que le commandement de la tsédaqa (charité) consiste seulement à donner une partie de notre argent à une personne qui le demande (et qu’on pense être pauvre) ou à un organisme (d’enseignement, de charité…).

S’il est indéniable que donner l’argent dans ces conditions remplit l’aspect essentiel de notre obligation, cela ne veut pourtant pas dire que nous l’ayons remplie du mieux que nous pouvions. Ainsi, nous devons – idéalement – nous assurer que les personnes à qui nous donnons la tsédaqa en ont réellement besoin.

C’est pour cette raison que certaines personnes ne donnent pas la tsédaqa à des personnes – ou à des organismes – qu’elles ne connaissent pas. En sachant à qui l’on donne, nous prenons le maximum de garanties pour que notre respect de la mitswa de la tsédaqa soit optimisé.

David-Yits’haq Trauttman
www.davidtrauttman.comla

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires