2 espions Iraniens en Argentine sous passeports israéliens

0
1918
Les agents de renseignement argentins ont arrêté deux ressortissants iraniens à Buenos Aires mardi dernier .
Sajjad Samiel Nserani, 27 ans et Mashoreh Sabzali, 30 ans, ont voyagé sur des passeports israéliens, sous les faux noms de Netanel et Rivka Toledano.

C’est une faute d’orthographe qui les a trahi , trouvez la c’est facile .

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit
L’image contient peut-être : 1 personne

Argentine: arrestation de deux Iraniens munis de faux passeports israéliens

Deux Iraniens soupçonnés de voyager avec de faux passeports israéliens ont été arrêtés par les autorités de Buenos Aires en Argentine, a rapporté le quotidien Clarin.

Les suspects, Sajjad Naserani, 27 ans, et Mahsoreh Sabzali, 30 ans, ont été soumis à une enquête pour activité terroriste présumée. Les antennes d’Interpol en Argentine, en Espagne et en Israël ont été mobilisées, précise Clarin.

Le couple iranien est entré sur le territoire argentin le 12 mars dernier, via un vol d’Air Europa en provenance d’Espagne, avec des passeports volés sous l’identité de Netanel et Rivka Toledano ; ils ont été interpellés quelques jours plus tard.

L’alerte a été déclenchée lorsqu’un agent de l’immigration en poste à l’aéroport international d’Ezeiza a découvert dans la base de données présentée par Israël, que les deux documents officiels avaient été dérobés.

Le même jour, le service de l’immigration qui dépend du ministère de l’Intérieur a adressé une demande à la division d’Interpol de Jérusalem pour l’informer de cette découverte et savoir si les véritables propriétaires des passeports étaient en possession de leurs documents d’identité.

En l’espace de quelques heures, l’agence israélienne a annoncé que les numéros des papiers ne correspondaient pas à l’identité des Iraniens mais à celles d’un couple franco-israélien, David et Brigitte Assouline.

Les empreintes digitales et les photos des deux suspects ont ensuite été identifiées et il s’est avéré qu’elles ne correspondaient pas non plus à celles des véritables détenteurs de ces passeports, visiblement volés.

Par ailleurs, il a été signalé que les noms des suspects ne figuraient pas dans la base de données et que les documents contenaient de nombreuses fautes en langue hébraïque, notamment le mot “Israël” mal orthographié.

Le 14 mars, le dossier a été remis au juge argentin Luis Rodríguez. Il a immédiatement ordonné l’intervention de la division antiterroriste de l’Agence fédérale des renseignements, qui a pris en charge l’enquête avec l’Unité antiterroriste de la police fédérale.

Joshua Davidovich@Josh_Davidovich

One of the fake Israeli passports used by an Iranian to get into Argentina. See if you can spot all the Hebrew spelling mistakes.

57 personnes parlent à ce sujet

D’autre part, Interpol Espagne a fourni des renseignements sur l’achat des billets avec les faux passeports.

Le 15 mars, le bureau espagnol a affirmé que les “citoyens israéliens présumés” avaient utilisé différents papiers d’identité jusqu’à leur arrivée à Ezeiza.

Jérusalem a par ailleurs confirmé que les passeports utilisés étaient “complètement faux”. Le juge Rodríguez a alors ordonné la localisation immédiate et l’arrestation du couple d’Iraniens. Naserani s’est présenté comme photographe et Sabzali, architecte et ingénieure.

Rodríguez a informé la ministre argentine de la Sécurité, Patricia Bullrich, des défaillances du contrôle de l’immigration, considérant que l’incident était suffisamment important pour élever le niveau d’alerte.

“Il est essentiel de renforcer toutes les mesures de sécurité et de prévention, en mobilisant tous les moyens techniques et les équipes”, a déclaré le juge.

Il a également demandé à ce que les chefs de la police fédérale, de la police de Buenos Aires, de la préfecture, de la gendarmerie et des responsables de la sécurité de l’aéroport soient informés.

Rodríguez a indiqué que les activités et les intentions des deux Iraniens n’avaient pas encore été déterminées. Il a toutefois averti que cela pourrait “entraîner un risque pour la sécurité de la population” en Argentine.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.