Les États-Unis offrent 10 millions de dollars pour des informations sur le commandant du Hezbollah en Irak

Annonçant la récompense, le département d’État américain a déclaré que Kawtharani avait « repris une partie de la coordination politique des groupes paramilitaires alignés sur l’Iran », autrefois organisée par Soleimani.

Les mandataires de l'Iran, y compris le Hezbollah, sont autorisés dans tout le Moyen-Orient (crédit photo: REUTERS)
Les supplétifs de l’Iran, y compris le Hezbollah, circulent librement dans tout le Moyen-Orient
(crédit photo: REUTERS)

Vendredi, les États-Unis ont offert jusqu’à 10 millions de dollars pour des informations sur le cheikh Mohammad al-Kawtharani, un haut commandant militaire du groupe islamiste Hezbollah en Irak, qui était un associé et remplaçant du général iranien Qassem Soleimani.

 

Annonçant la récompense, le Département d’État américain a déclaré que Kawtharani avait « repris une partie de la coordination politique des groupes paramilitaires alignés sur l’Iran », autrefois organisée par Soleimani, un commandant des Gardiens de la révolution iranienne neutralisé lors d’une frappe de drones américains à Bagdad en janvier.
« En cette qualité, il facilite les actions de groupes opérant en dehors du contrôle du gouvernement irakien, qui ont violemment réprimé les manifestations, attaqué les missions diplomatiques étrangères et se sont livrés à des activités criminelles organisées à grande échelle », a-t-il déclaré dans un communiqué.
Le Département d’Etat a déclaré qu’il offrait la somme pour des informations sur les activités, les réseaux et les associés de Kawtharani dans le cadre d’un effort visant à perturber les « mécanismes financiers » du Hezbollah basé au Liban.
Kawtharani a été qualifié de terroriste mondial par les États-Unis en 2013, accusé d’avoir financé des groupes armés en Irak et d’avoir aidé à transporter des combattants irakiens en Syrie pour qu’ils se joignent aux efforts du président Bashar al-Assad pour réprimer une révolte contre son régime.
Reuters a rapporté en février que, selon deux sources irakiennes et un haut dirigeant musulman chiite irakien, Kawtharani était pour l’instant considéré comme le personnage le plus apte à diriger les milices irakiennes jusqu’à ce qu’un successeur iranien permanent puisse être choisi, bien qu’il n’ait pas l’influence de Soleimani.

« Kawtharani a des liens avec les milices », a déclaré un chef chiite. « Il avait la confiance de Soleimani, qui dépendait de lui pour l’organisation des priorités de ses séjours en Irak et l’appelait à l’aider dans les crises et lors des réunions à Bagdad. »

jpost.com/

Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.