Yotam Ovadia z’l tué au couteau dans le Yishouv Adam©

1
1025

Le nom de la victime d’une attaque terroriste en Judée-Samarie dévoilé : il s’agit de Yotam Ovadia

L’armée pourrait entrer dans le village de Mohammad Tareq Yousef, qui s’est infiltré dans l’implantation d’Adam et a poignardé trois personnes, tuant un d’entre elles.

Le jeune terroriste Mohammad Tareq Yousef a dû étudier la barrière électronique avant son attaque, car il a été capable de grimper sans déclencher les capteurs qui auraient lancé une alarme.

Les forces de Tsahal ont été alertées et se sont précipitées sur les lieux avec des médecins pour soigner les blessés. Les équipes de Magen Adom ont tenté de réanimer Yotam Ovadia, la première victime, avant de l’envoyer à l’hôpital Hadassah du mont Scopus, où des chirurgiens ont travaillé pendant des heures pour lui sauver la vie, avant de le déclarer mort. Les deux autres victimes ont été hospitalisées et un membre de la communauté Adam, une femme, a été traité en état de choc.

Le Chef du Commandement Central de Tsahal, le général Nadav Padan et le chef de la brigade de Binyamin, Le Brigadier-Général Sharon Asman, sont arrivés  sur le site avec les premières troupes. L’emplacement a été ratissé pour découvrir s’il y avait d’autres terroristes dans la clandestinité. Les membres de la communauté ont été invités à rester à l’intérieur et à fermer leurs portes et leurs fenêtres pendant que les soldats effectuaient des fouilles de maison en maison dans les communautés voisines du district de Binyamin. Kobar et d’autres villages palestiniens dans le voisinage ont été bouclés.

Kobar porte une lourde histoire. Il y a presque exactement un an, le 21 juillet, un Palestinien de 19 ans du même village s’est introduit dans une maison de la communauté de Halamish dans la région de Binyamin, où la famille Salomon célébrait la naissance d’un petit-enfant. Il a massacré cinq membres de la famille. La mère du nouveau-né a réussi à se cacher avec ses autres enfants dans une pièce à l’étage jusqu’à l’arrivée des secours. A Halamish aussi, une barrière de sécurité électronique ne s’est pas avéré à l’épreuve d’une attaque terroriste. Un gardien en service avait attribué l’alarme à un animal intrus.

Suite à l’attaque d’Adam, Tsahal envoyé d’autres troupes dans le district de Binyamin en cas d’incidents terroristes palestiniens supplémentaires ce vendredi. Jeudi soir, le négociateur du président Donald Trump au Moyen-Orient, Jason Greenblatt, a publié cette déclaration: “Encore une autre attaque barbare ce soir. Quand le président Abbas et les dirigeants palestiniens condamneront-ils la violence? Nos pensées et nos prières accompagnent les victimes et leurs familles ce soir. “

Palestinian youth on a stabbing rampage murders an Israeli man, injures two

Les forces de sécurité israéliennes sur les lieux d'une attaque à l'arme blanche dans la colonie d'Adam en Cisjordanie, le 26 juillet 2018. (Hadas Parush / Flash90)

Les forces de sécurité israéliennes sur les lieux d’une attaque à l’arme blanche dans l’implantation d’Adam en Judée-Samarie, le 26 juillet 2018. (Hadas Parush / Flash90)

L’homme israélien poignardé à mort dans une attaque terroriste dans une implantation de Judée-Samarie jeudi soir a été nommé vendredi matin comme s’appelant Yotam Ovadia, âgé de 31 ans.

Ses funérailles auront lieu vendredi à 13h au cimetière de Givat Shaul à Jérusalem.

Ovadia était père d’un enfant de 2 ans et d’un bébé de 7 mois. La compagnie de sécurité Brinks a annoncé sur sa page Facebook qu’il travaillait pour eux en tant que technicien.

Selon les autorités israéliennes, le suspect Mohammad Tareq Yousef a escaladé la barrière de sécurité de l’implantation d’Adam en Cisjordanie avant 21 heures jeudi. Il a marché en s’enfonçant plus profondément dans l’implantation, traversant une aire de jeux, où il a rencontré Ovadia, et l’a poignardé à plusieurs reprises dans le haut du torse.

Un deuxième résident, 58 ans, a également été poignardé après être arrivé sur les lieux. Il a été transporté à l’hôpital dans un état grave mais cet état s’est amélioré pour atteindre une situation modérée, après que les médecins ont réussi à le stabiliser.

Des officiers de Tsahal près d’une attaque à l’arme blanche dans l’implantation d’Adam en Judée-Samarie, le 26 juillet 2018 (porte-parole des FDI)

Un troisième résident, Assaf Raviv, 41 ans, est sorti pour enquêter sur le désordre qu’il avait entendu et, réalisant qu’une attaque était en cours, a tiré sur le terroriste palestinien à trois reprises, le tuant.

Il a été poignardé et légèrement blessé au cours de l’incident, et vendredi matin, on a annoncé qu’il avait été libéré de l’hôpital.

Le comité de l’implantation a publié vendredi une déclaration faisant l’éloge du courage de Raviv.

“L’événement était insupportable mais aurait pu coûter beaucoup plus cher sans l’héroïsme d’Assaf Raviv, qui, malgré sa blessure, a réussi à vaincre le terroriste, à le repousser et à l’abattre, mettant ainsi fin à sa campagne meurtrière”, a déclaré Vanunu, chef du comité.

L’armée israélienne a déclaré qu’elle renforcerait la présence des troupes en Judée-Samarie et qu’elle devrait mener des raids nocturnes après qu’un assaillant palestinien se soit infiltré dans une colonie en Cisjordanie et a poignardé trois personnes, tuant une personne.

Un porte-parole des Forces de défense israéliennes a déclaré jeudi dernier qu’il envoyait deux autres brigades en Judée-Samarie à la suite de l’attaque meurtrière à Adam. Le mouvement intervient alors qu’Israël a relevé son niveau d’alerte militaire dans le Golan et le long de la frontière de Gaza au milieu des flambées de violence.

L’armée a déclaré que les troupes opéreraient dans les villages palestiniens, sans donner de détails.

L’annonce est intervenue alors que l’armée continuait de rechercher la possibilité qu’un complice de l’attaque à l’arme blanche soit resté en liberté. Des témoins oculaires d’Adam ont rapporté avoir vu un véhicule suspect quitter la localité peu de temps après l’attaque.

On s’attendait à ce que l’armée israélienne entre dans la ville de Kobar, d’où est originaire le suspect Youssef, lors de raids nocturnes.

L’attaque de jeudi a brisé des mois de calme relatif en Judée-Samarie, qui n’a connu que des affrontements sporadiques entre Palestiniens et troupes, et une diminution marquée des attaques terroristes.

Le vice-ministre de la Défense, Eli Dahan, a déclaré à la radio israélienne Reshet Bet que les autorités travaillaient pour empêcher une série d’attaques.

“Nous assistons à des tentatives de démarrage d’une vague [d’attaques terroristes] mais elles ne réussissent pas. Au bout du compte, sur cette affaire d’Adam, le service de sécurité a échoué à détecter les intentions de ce terroriste. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour l’empêcher, mais il n’y a pas de sécurité à 100%. “

La dernière attaque à l’arme blanche en Judée-Samarie a eu lieu en avril 2018, lorsqu’un Palestinien a tenté de poignarder un Israélien avec un tournevis près d’une station-service dans une zone industrielle reliée à l’implantation de Maale Adumim à l’est de Jérusalem.

Kobar, au nord de Ramallah et à quelque 18 kilomètres (11 miles) d’Adam, était également la maison d’Omar al-Abed, qui a mené une attaque similaire dans l’implantation de Halamish en juillet 2017 dans laquelle trois Israéliens ont été tués.

L’armée israélienne a déclaré qu’elle enquêtait sur un lien possible entre eux, bien que le maire de Kobar ait déclaré ne pas savoir que les deux hommes étaient liés.

Les autorités enquêtent sur des messages que Yousef a publiés sur ses intentions sur Facebook avant l’attaque, condamnant les actions israéliennes à Gaza et en Judée-Samarie, et déclarant que “le moment est venu pour une grande révolte”.

Une enquête de Shin Bet se concentrera probablement sur la question de savoir si Yousef a obtenu de l’aide pour planifier ou mener l’attaque, et si les autres étaient au courant de sa conspiration, exécutée seul.

Des manifestants palestiniens se heurtent à des soldats israéliens, tandis qu’un bulldozer de l’armée ferme la route principale avec de la terre pendant leur opération pour fouiller et mesurer la maison familiale d’Omar al-Abed, 20, 22 juillet 2017. (AP Photo / Nasser Nasser)

Tsahal effectue souvent des descentes dans les maisons des suspects à la suite d’attaques et arrêtent parfois des proches pour les interroger. L’armée commence également le processus de préparation de la maison pour la démolition, dans le cadre d’une mesure controversée destinée à prévenir les attaques.

Il n’y a eu aucun commentaire immédiat de la part de Tsahal concernant des raids d’arrestations au lendemain en Judée-Samarie.

De violents affrontements ont éclaté à Kobar l’année dernière lors des raids d’arrestation qui ont suivi l’attaque de Halamish.

JForum avec agences, dont ynetnews.com

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.