Des policiers palestiniens fidèles au Hamas gardent l’extérieur des quartiers-généraux de l’Agence d’aide pour le Travail des Nations Unies au cours d’une manifestation réclamant des aides supplémentaires pour les « réfugiés » à Gaza City, 15 avril 2013. (photo by REUTERS/Mohammed Salem)

<div= »info »>

 

Le dirigeant centriste israélien Yaïr Lapid se retrouve tout seul à se battre contre l’Agence de l’ONU aux méthodes frauduleuses. 

Au cours de ces dernières semaines, des rapports sont arrivés en Israël, disant que le gouvernement canadien prévoit de renouveler son soutien à l’Agence des Nations-Unies de Secours et de Travaux. L’UNRWA aide uniquement les réfugiés palestiniens à travers tout le Moyen-Orient, en faisant porter un accent très particulier (des privilèges)  sur ceux présents dans les camps de réfugiés de Judée-Samarie et de la Bande de Gaza. Durant le mandat du Premier Ministre Stephen Harper, qui était un partisan exceptionnel d’Israël, les Canadiens ont suspendu leur soutien à l’UNRWA. Jérusalem vient d’apprendre que le Canada est sur le point de restaurer son aide financière à l’Agence de l’ONU, même si c’est avec des mesures de précaution, en aidant à financer des projets spéciaux plutôt que de fournie un soutien régulier et permanent à cette organisation dans son ensemble.

Dans une interview avec Al-Monitor, le dirigeant de Yesh Atid, Yaïr Lapid a exprimé sa surprise de découvrir que son gouvernement, pourtant réputé de droite, coopère avec cette Agence corrompue de l’ONU, l’UNRWA, alors que le reste de l’appareil politique israélien est réticent à interrompre l’aide qui maintient Gaza à flots. 

 

L’ancien Ministre des Finances Yaïr Lapid, le président de Yesh Atid, s’est montré exaspéré par ces nouvelles. Cet homme que certains considèrent comme un des candidats les plus forts pour, un jour, succéder au Premier Ministre Benjamin Netanyahu mène une guerre totale contre l’UNRWA et diverses autres organisations et institutions d’aide. Il désigne l’UNRWA comme un organisation antisémite et affirme, en étayant ses propos, qu’elle a provoqué de profond dommages contre Israël.

« Ses équipes », déclare Yaïr Lapid aual-Monitor dans cette interview, « comprend un sacré paquet de membres du Hamas et ses écoles ainsi que ses maternelles sont utilisées à entreposer des roquettes Qassam et des obus de mortiers. Cet organisme fabrique des réfugiés, tout en rendant une contribution décisive à la perpétuation du phénomène dit des « réfugiés palestiniens ».

Lapid a décidé de combattre ce mouvement et il tente actuellement de persuader les Canadiens de ne pas modifier leur politique actuelle. Il a lancé un certain nombre d’appels à certains dirigeants juifs du Canada et leur a demandé de faire pression sur leurs représentants au Parlement et au gouvernement, mais quand ils sont revenus vers lui quelques jours plus tard, ils lui ont communiqué des informations surprenantes.  Ils ont commencé à envoyer des ballons d’essai, mais on leur a fait comprendre que le gouvernement canadien s’était déjà consulté avec l’Ambassade israélienne et que l’ambassadeur lui-même, s’exprimant pour Jérusalem, les a informé que le gouvernement israélien ne s’oppose pas à un soutien à l’UNRWA. En fait, c’est peut-être l’opposé qui est vrai.

Al-Monitor a alors enquêté sur cette affaire, qui lui a été confirmée par des responsables importants du Ministère des Affaires étrangères. Le porte-(parole Emmanuel Nachson a déclaré à Al-Monitor : « C’est vrai, Israël travaille avec l’UNRWA et ne s’oppose pas aux contributions apportées par des nations donataires à cette organisation ».

Lapid a alors été furieux d’apprendre qu’il se trouvait pratiquement être la seule personnalité de l’appareil politique israélien à se débattre afin de s’opposer à l’UNRWA. « C’est complètement absurde! », a t-il fait comprendre à Al-Monitor. « C’est à cause de l’UNRWA que les Palestiniens sont le seul peuple au monde dont le statut de réfugié se transmet par héritage de génération en générationPar le passé, Israël a officiellement tenté de combattre le fonctionnement de l’UNRWA et a même connu quelques succès. Aujourd’hui, il s’avère que nous sommes, en réalité, plutôt en train de soutenir nous-mêmes tout cet édifice de l’UNRWA! ».

Se dissimulant derrière ce raisonnement spécifique, on trouve un débat bien plus vaste qui se fonde sur les principes. Sur cette question particulière, Lapid représente une opinion minoritaire. Presque toutes les sources officielles israéliennes, dont les cercles dirigeants eux-mêmes, dirigés par Netanyahu et le Ministre de la Défense Avigdor Lieberman, serrent les dents et travaillent avec l’UNRWA simplement parce qu’Israël n’a pas d’autre choix. Lapid est presque seul dans l’autre camp (offensif). Il y a, cependant, une autre personne qui l’accompagne : l’ancienne membre de la Knesset, Einat Wilf, qui travaille actuellement sur un livre à propos de l’UNRWA. Par le passé Wilf appelait à ce qu’Israël “dénonce le bluff de l’UNRWA.” Sur ce dossier particulier, Lapid qui se positionne, habituellement à la gauche du gouvernement de droite de Netanyahu, se retrouve à déborder ce gouvernement dans la direction opposée (à « la droite de la droite »). 

ShowImage (55)

Einat Wilf, elle-même « à droite de la droite » sur le dossier de l’UNWRA, ex-député du parti centriste Indépendance.  Son mari, Richard Gutjahr, journaliste bavarois indépendant, est « soupçonné » par les sites complotistes des Frères Musulmans, Panamza ou Agoravox, d’avoir été témoin direct des attentats de Nice (14 juillet 2016) et de Munich (22 juillet). 

« C’est une question compliquée », déclare un officier de haut-rang au sein du Bureau de Tsahal pour la Coordination des Activités du Gouvernement dans les Territoires (COGAT). Parlant sous condition d’anonymat, il a dit à Al-Monitor : « Nous travaillons avec l’UNRWA, qui prend soin des centaines de milliers de « réfugiés », nourrit environ la moitié de la population de Gaza et tend au bien-être et à l’éducation minimale de ses enfants ». Il a ajouté que l’UNRWA coopère avec Israël et coordonne toutes ses opérations avec le Coordinateur des Activités du Gouvernement dans les Territoires.

« L’alternative serait bien pire », souligne cette source dans Tsahal. « L’UNRWA est l’une des rares adresses vers laquelle nous puissions nous tourner dans la Bande de Gaza ». Cette ressource pousse Israël à fermer les yeux et négliger le fait que les employés de l’UNRWA appartiennent tous ou presque, au Hamas. Cela permet au gouvernement de feindre d’ignorer les innombrables exemples où le Hamas se sert des installations de l’UNRWA pour tirer des roquettes et des obus de mortiers oupour entreposer ses armes.

Au cours de l’Opération Bordure Protectrice, trois soldats de Maglan, – une unité d’élite commando spécialisée dans les opérations derrière les lignes ennemies, dont l’existence n’a été rendue publique qu’en 2006,- ont trouvé la mort, en plein coeur d’une clinique médicale de l’UNRWA qui avait entièrement été piégée à l’explosif, quand l’une des bombes a sauté. « Les équipes de l’UNRWA tentent de s’assurer que ce genre de choses ne se produisent pas », déclare un homme politique important à Al Monitor. « Nous recevons un rapport à chaque fois qu’il y a des tentatives sont faites pour exploiter l’UNRWA pour mener des objectifs terroristes.

Yaïr Lapid n’en est pas convaincu du tout. « Je n’ai aucun problème avec l’éducation ou le fait d’offrir une assistance humanitaire au peuple de Gaza », dit-il à Al-Monitor. « Je soutiens la construction d’un port maritime à Gaza, tout comme je le soutenais déjà lorsque j’étais ministre au sein du cabinet. Le problème est que la communauté internationale ne pose aucune condition minimale quant à la façon dont son argent doit être utilisé. 

”Ils subtilisent simplement l’argent aux organisations de l’ONU sans la moindre supervision et ces organisations font l’objet d’une emprise hostile de la part des Palestiniens. Officiellement, Israël choisit d’ignorer les conséquences de tout cela et préfère des solutions faciles. La même chose s’est produite après l’Opération Bordure Protectrice. Nous avons permis à la commission donatrice d’approuver des milliards de dollars soi-disant afin de réhabiliter Gaza, mais sans émettre la moindre précondition, comme la démilitarisation. Moins d’un milliard de dollars sont, au bout du compte, parvenus à Gaza, mais même ensuite, un part importante de cet argent a été englouti dans l’aide à la reconstruction de l’infrastructure paramilitaire du Hamas, à ses tunnels et au terrorisme [NDLR : il n’y a, actuellement, et 2 ans après les événements, à peine 300 maisons qui ont été reconstruites par les Gazaouïs. Le Hamas s’empare de l’essentiel].

Lapid pense qu’Israël devrait se joindre à lui et interférer dans ces jeux troubles de l’ONU et du Hamas, en faisant pression sur les organismes comme l’UNRWA pour qu’il rentre dans « le droit et étroit chemin ». Il poursuit : « Rendre l’argent dont l’organisme dispose conditionnel à un comportement approprié, ce qui permettrait de modifier de fond en comble le tableau général. Comme en ce qui concerne les Canadiens – et le soutien américain également – J’ai été en contact régulier avec les législateurs américains et canadiens. J’ai parlé  à un nombre considérable d’ambassadeurs européens, également. Avant que nous restaurions son soutien financier à l’UNRWA, cela tombe sous le sens que nous exigions que des caméras en circuit fermé soient installées dans les cliniques et les écoles, afin d’empêcher les armes du Hamas d’y être installées. Il nous incombe aussi d’exiger que les documents incendiaires et antisémites soient retirés des manuels scolaires. Ces demandes sont totalement raisonnables, elles tombent sous le sens. Le seul problème, c’est que personne ne soulève du tout ces exigences minimales. Nous ne sommes tout simplement pas présents sur la surface de jeu » [là où les choses se jouent].

Auteur:  

Posté le 10 Août 2016

Traducteur Danny Wool
Adpatation française : Marc Brzustowski

Source : al-monitor.com

2 Commentaires

  1. Kol Hakavod à Mr Lapid qui a le courage de dire tout haut, et tout seul parmi le monde politique, ces vérités ! Cette situation devient intolérable, et les autres décideurs feraient bien de s’en préoccuper si ils ne veulent pas perdre leurs élécteurs qui eux s’en soucient

  2. Lapide a raison, on ce laisse deborder de tous les cotes par nos ennemis sans reagire cette situation devient intolerable. le gouvernement ne fait pas asser pour contourner toutes ces derives qui nous portent prejudis a cour therme. il faut agire vite et bien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.