VIOL D’UNE FILLETTE JUIVE À COURBEVOIE : DE NOUVEAUX RASSEMBLEMENTS PRÉVUS DANS TOUTE LA FRANCE

Ce vendredi à 11h, l’édile de Courbevoie (Hauts-de-Seine), Jacques Kossowski, prendra la parole devant la mairie pour apporter son soutien à la famille de la fillette de 12 ans, injuriée et frappée en raison de sa religion juive, avant d’être violée par trois mineurs, samedi 15 juin.

 

Six jours après le drame, les habitants de Courbevoie sont sidérés. Ce vendredi, à 11h, un rassemblement est organisé par la mairie de la commune des Hauts-de-Seine pour soutenir la jeune adolescente de 12 ans, victime d’une agression et d’un viol à caractères antisémites dans une crèche désaffectée de sa ville par trois mineurs âgés de 12 et 13 ans, samedi 15 juin.

«C’est important de montrer qu’ici, à Courbevoie, nous sommes capables de vivre tous ensemble. J’espère qu’il y aura le plus de monde possible», a témoigné un Courbevoisien à CNEWS. «Qu’une petite fille de 12 ans se fasse insulter, violer, agresser et qu’en plus, on tienne des propos antisémites, ce n’est juste pas possible», a assuré à CNEWS une habitante de la commune, choquée par l’âge des agresseurs de la victime.

Au cours de ce rassemblement, qui ne devrait durer qu’une vingtaine de minutes, seul le maire de Courbevoie, Jacques Kossowski, prendra la parole. Plusieurs élus sont notamment attendus sur la place de la mairie.

VAGUE D’ÉMOTION EN FRANCE

Pour rappel, samedi 15 juin dernier, la jeune fille de 12 ans a été victime d’une agression et d’un viol à caractères antisémites par deux adolescents de 13 ans, en plus d’un troisième, âgé de 12 ans. Les deux premiers ont été placés en examen puis écroués mardi 18 juin dernier. Le troisième suspect a été placé sous statut de témoin assisté pour viol et a été mis en examen, en plus de faire l’objet d’une mesure éducative provisoire, a précisé le parquet de Nanterre.

En soutien à la jeune victime mais aussi contre la haine des Juifs, un rassemblement est organisé à Toulouse ce vendredi, à midi, après l’appel de plusieurs organisations, dont le Crif Toulouse-Occitanie, l’Association du culte israélite de Toulouse (Acit) et le Fonds social juif unifié.

À Nice, le maire, Christian Estrosi, a appelé à un grand rassemblement contre l’antisémitisme ce vendredi, dès 16h, devant la mairie. «Je suis anéanti par le calvaire qu’a pu subir cette jeune fille», a témoigné l’édile de la ville des Alpes-Maritimes, ce vendredi dans La Grande Interview, sur CNEWS.

Mercredi 19 juin, le collectif «Nous Vivrons», né au lendemain de l’attaque terroriste du Hamas contre Israël le 7 octobre 2023, a appelé sur les réseaux à manifester pour «condamner le viol antisémite de cette jeune fille». À 18h30, plusieurs centaines de manifestants s’étaient réunis au niveau du parvis de l’Hôtel de ville, à Paris.

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées, ce mercredi 19 juin sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris, à l’initiative du collectif «Nous Vivrons», pour dénoncer le viol en réunion dont a été victime une jeune fille juive de 12 ans.

«Violée à 12 ans parce que juive», «L’antisémitisme n’est pas résiduel», pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants, réunis sur le parvis de l’hôtel de ville à l’appel du collectif «Nous Vivrons», en présence du ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, d’anciens ministres, d’élus, du président du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) Yonathan Arfi et de l’imam de Drancy Hassen Chalghoumi.

«Ce viol antisémite s’inscrit dans le prolongement d’un climat hostile aux juifs, notamment alimenté par des déclarations politiques irresponsables, visant à souffler sur les braises et à attiser la haine des juifs depuis plusieurs mois», a accusé dans un communiqué Nous vivrons, fondé au lendemain de l’attaque sanglante du Hamas le 7 octobre.

« Que les irresponsables politiques cessent d’attiser la haine en mettant une cible dans le dos des juifs ! », a lancé la présidente de ce collectif, Sarah Aizenman, suscitant des invectives à l’encontre du leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon.

Jeudi 20 juin, place de la Bastille, à Paris, un autre rassemblement a eu lieu, à l’appel de collectifs antiracistes comme SOS Racisme, la Ligue des droits de l’Homme, mais aussi Osez le féminisme, la Fondation des Femmes et les Guerrières de la paix, pour dénoncer le viol et les violences subis par l’adolescente de 12 ans.

Les participants y ont dénoncé l’horreur de l’acte et les violences sexistes et sexuelles, ainsi que les actes antisémites qui sont en hausse sur le territoire national selon le Crif, qui rapportait en janvier une multiplication par quatre en un an, passant de 436 en 2022 à 1.676 en 2023. Une augmentation expliquée par l’attaque terroriste du Hamas en Israël.

JForum.fr avec www.cnews.fr et www.lepoint.fr

 

«Derrière la hausse de 1000% des actes antisémites, ce sont des vies qui sont en jeu et la République en danger», a expliqué le collectif «Nous Vivrons». [Nous Vivrons]

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Avraham

Mettre ses enfants dans une école juive n’est plus seulement une question d’enseignement de Judaïsme, mais aussi malheureusement d’assurer un environnement sain et vivable, c’est devenu une responsabilité parentale.