Des baisses de prix « effrayantes » dans les 9 économies les plus riches du monde. Israël est-il également en route ?
Les prix des appartements se préparent à une baisse qui semble « effrayante » après la chute de la demande dans les 9 économies riches jusqu’à présent, a rapporté le magazine  » The Economist  »  .

Vers une baisse mondiale des prix dans l’immobilier?

Bien que les baisses aux États-Unis aient été modérées jusqu’à présent, elles sont déjà spectaculaires sur d’autres marchés.Au Canada, les prix des maisons ont baissé de 9 % par rapport à leur niveau de février, par exemple.
Alors que l’inflation et la récession hantent le monde, on s’attend à une correction des prix des maisons si profonde que les agents immobiliers sont pessimistes.
La baisse de la demande de maisons va aggraver la dépression, laissant un groupe de personnes s’effondrer économiquement, ce qui peut provoquer une tempête politique.
La raison de la crise est le taux d’intérêt élevé sur les prêts au logement, le taux hypothécaire à 30 ans aux États-Unis ayant atteint 6,92 %, soit plus du double du niveau de l’année dernière et le plus élevé depuis avril 2002.
La Réserve fédérale américaine a fortement augmenté les coûts d’emprunt pour tenter de freiner l’inflation alimentée par plusieurs facteurs, dont l’invasion russe de l’Ukraine.
Le pouvoir d’achat des emprunteurs s’érode de Stockholm à Sydney, ce qui rend plus difficile pour les nouveaux acheteurs d’acheter des maisons, ce qui réduit la demande et pourrait exercer une pression sur les propriétaires existants, qui pourraient devoir vendre.
Cependant, la baisse des prix des logements ne provoquera pas un effondrement financier, comme cela s’est produit aux États-Unis il y a 15 ans, en 2008, ce qui a provoqué une crise financière mondiale.
Le gouvernement des États-Unis garantit ou assure les deux tiers des nouveaux prêts hypothécaires par le biais de programmes d’assurance d’État, obligeant les contribuables à assumer le risque d’un éventuel défaut de paiement.
À mesure que les prix augmentent, les contribuables sont exposés à des pertes par le biais de la Réserve fédérale, qui détient un quart des titres adossés à des créances hypothécaires.
Les ventes de maisons existantes aux États-Unis ont chuté de 20 % en août par rapport à l’année précédente, et Zillow, la société de logement, a signalé une baisse de 13 % des nouvelles inscriptions par rapport aux normes saisonnières. Les chiffres des ventes au Canada pourraient chuter de 40 % cette année.
Et lorsque les gens ne peuvent pas se déplacer, cela sape le dynamisme des marchés du travail, ce qui est une préoccupation majeure alors que les entreprises tentent de s’adapter aux pénuries de main-d’œuvre et à une crise énergétique.
Et si les prix chutent, les propriétaires peuvent constater que leur maison vaut moins que les hypothèques qu’ils ont contractées, ce qui rend la tâche encore plus difficile – un problème qui a tourmenté de nombreuses économies après la crise financière mondiale de 2008.
Certaines autres régions, comme la Corée du Sud et les pays nordiques, ont connu une accélération effrayante des emprunts, la dette des ménages atteignant près de 100 % du PIB.
Ces pays pourraient subir des pertes qui compromettraient la stabilité de leurs banques ou sociétés financières.
Le président de la Riksbank l’a comparé à « être assis au sommet d’un volcan ».
Mais la pire crise financière liée au logement au monde restera confinée à la Chine, dont les problèmes sont contenus – heureusement à l’intérieur de ses propres frontières – avec une surabondance spéculative massive, des saisies hypothécaires et des personnes qui paient par anticipation des maisons qui n’ont pas encore été construites.
Un autre problème reste la principale douleur d’une minorité de propriétaires d’appartements, puisque ceux qui n’ont pas limité le taux d’intérêt font face à une augmentation de leurs factures hypothécaires.
Il y en a relativement peu en Amérique, où les prêts hypothécaires à taux fixe subventionnés sur 30 ans sont la norme.
Mais quatre prêts suédois sur cinq ont une durée fixe de deux ans ou moins, et la moitié de tous les prêts hypothécaires à taux fixe en Nouvelle-Zélande ont été ou doivent être refinancés cette année.
Combiné avec des pressions sur le coût de la vie, révèle un nombre croissant de familles à court d’argent.
En Australie, peut-être un cinquième de la dette hypothécaire est détenue par des ménages qui verront leur trésorerie excédentaire chuter de 20 % ou plus si les taux d’intérêt augmentent comme prévu.
Selon une estimation, deux millions de ménages britanniques pourraient constater que leur hypothèque engloutit 10 % supplémentaires de leurs revenus. Et ceux qui ne peuvent pas se permettre les paiements devront faire quelque chose avec leur appartement à la place.
C’est là qu’intervient la dimension politique, la jeune génération du monde riche se sentant injustement exclue de l’accession à la propriété.
Le lecteur israélien se demande immédiatement si la tendance atteindra également Israël ?
Les experts estiment qu’Israël, si une économie moderne qui s’intègre aux économies du monde, n’évitera pas la tendance à la baisse mondiale des prix de l’immobilier, mais d’un autre côté, une baisse trop forte, comme au Canada par exemple, peut déstabiliser les grandes banques du pays qui se sont déchaînées ces dernières années en accordant des hypothèques avec presque aucune garantie, ce qui peut causer des centaines Des milliers d’appartements tomberont entre les mains des banques sans possibilité de les vendre, déstabilisant ainsi leur stabilité et causant également des citoyens ordinaires perdre une grande partie de leurs pensions, puisqu’elles sont investies dans les actions des banques.
Dans les années de prospérité, les banques ont gagné des milliards de shekels qui ont été généreusement distribués aux actionnaires, mais en cas de besoin, elles s’enfuiront et laisseront la dette et le problème entre les mains du gouvernement israélien, pour la deuxième fois dans l’histoire du pays. l’histoire.
Les banques doivent d’ores et déjà se défendre avec fermeté et s’appliquer à réduire les risques à moins qu’elles ne pensent que le problème n’est définitivement pas le leur !!
JForum avec
Source: www.economist.com
Crédit : Al Hoora et Al Jazeera

1 COMMENTAIRE

  1. Ca fait déjà longtemps qu’on le signale, mais ce papier, c’est le pompon !

    Publié brut de traduction automatique, cet infâme gribouillis est strictement incompréhensible, même quand on sait de quoi il parle et qu’on est connaisseur du sujet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.