Guerre en Ukraine : le chef de l’ONU met en garde contre «un ouragan de famines» dans le monde

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a mis en garde lundi 14 mars contre les répercussions de la guerre livrée par la Russie en Ukraine, qui risquent de se traduire par «un ouragan de famines» dans de nombreux pays.

«L’Ukraine est en feu» et «le pays est en train d’être décimé sous les yeux du monde». «Nous devons faire tout notre possible pour éviter un ouragan de famines et un effondrement du système alimentaire mondial», a-t-il déclaré à des médias à New York. En raison du blocage de productions agricoles en Ukraine et Russie, la guerre devrait, dans ses répercussions, frapper «le plus durement les plus pauvres et semer les germes de l’instabilité politique et de troubles dans le monde entier», a souligné Antonio Guterres.

«Cette guerre dépasse largement l’Ukraine», a-t-il aussi dit. «Les prix des céréales ont déjà dépassé ceux du début du printemps arabe et des émeutes de la faim de 2007-2008». «L’indice mondial des prix des denrées alimentaires de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture basée à Rome) est à son plus haut niveau jamais enregistré», a-t-il précisé.

Au total, «45 pays africains et pays les moins avancés importent au moins un tiers de leur blé d’Ukraine ou de Russie – 18 de ces pays en importent au moins 50%. Cela comprend des pays comme le Burkina Faso, l’Égypte, la République démocratique du Congo, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et le Yémen», a indiqué le chef de l’ONU, en réclamant à nouveau un arrêt au plus vite des hostilités.

Dans quelle mesure Israël et les pays de la région sont-ils touchés par cela ?

« Environ 40% du blé des pays du Moyen-Orient provient de la région de l’Ukraine et de la Russie. Dans des pays comme l’Égypte et le Liban, un tiers ou la moitié de leurs ressources dépendent de ces sources. En Égypte, par exemple, il existe des réserves alimentaires qui devrait suffire pendant un an, au Liban pendant quelques mois. Ces choses peuvent affecter non seulement la disgrâce de la faim, mais la réduction même crée des prix alimentaires qui augmentent.

« Déjà aujourd’hui, 800 millions de personnes vivent dans la famine et environ trois milliards vivent dans l’insécurité alimentaire en raison des prix élevés des denrées alimentaires. Si vous le prenez au niveau micro, dans l’État d’Israël, environ un cinquième des citoyens ont du mal à acheter de la nourriture sans parler de notre capacité à produire nous-mêmes, pas seulement à importer. »

Le professeur Troan de L’Univ. de Tel Aviv a ajouté à propos de la réforme gouvernementale, qui vise à abolir diverses barrières et bureaucraties afin de faciliter les importations vers Israël, qu’ »il ne fait aucun doute que nous devons faire un calcul mental plus profond que celui qui est fait dans la réforme telle que proposée aujourd’hui. Il y a beaucoup de place à l’amélioration. » Au niveau national, stratégique, économique, un équilibre entre les besoins de l’agriculture et de l’environnement et la durabilité en Israël, les prix alimentaires en Israël et l’équilibre entre les importations et les exportations locales. L’équilibre parfait n’a pas n’ont pas encore été atteints et cette réforme nécessite quelques améliorations. »

Qui d’autre a abordé la question de la crise alimentaire mondiale plus tôt dans la journée est l’oligarque russe Andrei Melnichenko, qui a fait fortune grâce à son entreprise d’engrais et de charbon. Melnichenko affirme que la guerre a fait monter en flèche les prix des engrais et que les agriculteurs n’avaient pas les moyens de les acheter pour nourrir leurs terres.

« Les événements en Ukraine sont vraiment tragiques. Nous avons un besoin urgent de paix », a déclaré Melnichenko, 50 ans, qui est russe mais est né en Biélorussie et sa mère est ukrainienne. « Certaines des victimes de cette guerre sont les industries alimentaires et agricoles. »

Vladimir Poutine lui-même a déclaré jeudi dernier que les prix des denrées alimentaires augmenteraient dans le monde suite à la question des engrais, dans la mesure où l’Occident aura des problèmes avec l’exportation de matières premières de la Russie, qui représente 13 % de la production mondiale. La Russie est considérée comme un important producteur d’engrais contenant de la potasse, du phosphate et de l’azote, qui sont considérés comme les principaux éléments nutritifs des cultures et du sol. Les agriculteurs ont été invités à augmenter la production de blé

Pendant ce temps, en raison de la crainte d’une pénurie de grains de blé en Israël, l’Organisation des travailleurs d’Israël a lancé un appel aux agriculteurs du pays pour qu’ils augmentent considérablement la production de grains de blé.

Une lettre envoyée aux agriculteurs et aux entreprises agricoles disait : « Nous avons été convoqués à une réunion au ministère de l’Agriculture sur la crise mondiale. Compte tenu de la quantité de céréales que nous sommes censés fournir pour l’inventaire à l’approche de la récolte (tout en apportant des solutions appropriées pour la fourniture d’aliments grossiers aux industries de l’élevage), dans le cadre de mesures plus larges que l’État envisage de prendre.

« Lors de la réunion, la possibilité a été évoquée de convertir environ 100 000 dunams destinés à la récolte de blé et de les laisser pour la récolte des grains tout en créant une alternative appropriée de marinade de maïs pour les industries animales. Il est primordial de fournir de la nourriture aux animaux, ce plan de travail ne peut être mis en œuvre qu’à condition que nous soyons en mesure de fournir l’alternative requise de marinade de maïs. Et au niveau économique, s’il est possible d’apporter des modifications au plan de travail », était-il écrit.

Au même moment, le député Ram Shefa, président de la faction travailliste, a adressé une lettre au gouvernement au nom des membres de la Knesset demandant une discussion urgente sur la sécurité alimentaire en Israël à la lumière de la situation géopolitique. « La réalité fragile de la sécurité nécessite de toute urgence une attention nationale et une planification stratégique à long terme avec l’objectif central de maintenir la sécurité alimentaire des citoyens d’Israël », a-t-il déclaré.

Les membres de la Knesset du Lobby agricole de la Knesset, représentant cinq factions de la coalition, ont adressé la lettre au Premier ministre Naftali Bennett, au vice-Premier ministre Yair Lapid et aux dirigeants de la coalition.

Dans la lettre, les membres de la Knesset demandent au gouvernement de relever les défis auxquels est confrontée l’importation de blé, de céréales, de poisson et d’autres produits alimentaires d’Ukraine, afin de s’assurer que l’État d’Israël est préparé à une pénurie alimentaire et avec un objectif central de maintenir la sécurité alimentaire des citoyens israéliens.

Par Jforum avec  Le Figaro et infos-israel.news

1 COMMENTAIRE

  1. Il faut tout de suite envoyer Bernard Kouchner distribuer des sacs de riz aux quatre coins de la planète, avec des centaines de cameramen pour le filmer, bien sur !
    Et la vous allez résoudre cette crise « alimentaire », cher Monsieur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.