Un curieux incident a opposé la marine américaine aux forces navales iraniennes en mer d’Oman.

Le 3 novembre, l’Iran a fait état d’un incident ayant opposé la composante navale des Gardiens de la révolution à au moins deux navires de l’US Navy en mer d’Oman. Sans préciser la date à laquelle il a eu lieu, Téhéran a affirmé que les bâtiments américains – en l’occurrence les « destroyers » USS The Sullivans et USS Michael P. Murphy – ont tenté de s’emparer d’un pétrolier, identifié comme étant le Sothys, battant pavillon du Vietnam.

En réalité, les explications fournis par l’Iran ne sont pas très claires au premier abord. Ainsi, le Corps des gardiens de la révolution [IRGC] ont affirmé que la marine américaine a « d’abord stoppé un tanker exportant du pétrole iranien » pour transférer sa cargaison à bord d’un autre navire du même type, que l’on comprend être le Sothys.

Puis, ce dernier a ensuite été « capturé » par l’IRGC, alors que l’US Navy tentait – vainement – de le bloquer « en utilisant plusieurs hélicoptères et un navire de guerre ». Depuis, le Sothys se trouve au port de Bandar Abbas.

Pour appuyer ses affirmations, l’IRGC a produit une vidéo… Mais celle-ci ne montre pas le transfert du pétrole iranien d’un quelconque tanker vers le Sothys. En revanche, on y voit que la situation autour de ce dernier a été très tendue…

Pour arraisonner le Sothys, l’IRGC a déployé un hélicoptère Bell 412, qui a déposé des hommes armés à bord, des vedettes rapides ainsi que le catamaran IRIS Shahid Nazeri. Un tel mode opératoire a déjà été observé par le passé, comme en août 2020, avec le pétrolier M/T Wila. Quoi qu’il en soit, durant cette phase, on ne voit aucun navire américain à proximité du Sothys, qui est alors sous contrôle iranien.

Puis, un hélicoptère MH-60R SeaHawk [avec deux missiles AGM-114 Hellfire en évidence, est arrivé sur les lieux, précédant ainsi l’USS The Sullivans [portant le numéro de coque 68, ndlr]. Plus loin, on remarque la présence d’un autre destroyer – l’USS Michael P. Murphy – ainsi que celle d’un patrouilleur, appartenant probablement à l’US Coast Guard.

Ensuite, l’USS Sullivans donne l’impression de chercher à s’approcher du Sothys. Seulement, les vedettes rapides iraniennes, de même que l’IRIS Shahid Nazeri, ont interdit toute manoeuvre de cette nature. Durant cette séquence, les Gardiens de la révolution ont frôlé le « destroyer » américain à plusieurs reprises, pointant leurs mitrailleuse sur celui-ci. A priori, aucun tir de semonce n’a été effectué par les marins américains.

La raison pour laquelle le Sothys a été capturé par l’IRGC est donc qu’il aurait été utilisé par les États-Unis pour confisquer du pétrole iranien destiné à l’exportation, dans le cadre des sanctions qu’ils ont imposés à Téhéran. Est-ce vrai ou faux?

En tout cas, en juin 2021, le Sothys a été vu bord à bord avec le pétrolier Oman Pride, qui, d’après le Trésor américain, aurait été utilisé pour transporter du pétrole iranien destiné à être vendu en Asie de l’Est.

Quoi qu’il en soit, le Pentagone a fini par donner sa version de l’incident ayant opposé ses navires à ceux de l’IRCG. On aurait pu s’attendre à ce qu’il dénonce le comportement « non professionnel » et « dangereux » [selon les formules habituelles] des Gardiens de la révolution sans attendre la communication de ces derniers. Cependant, en avril dernier, il avait mis trois semaines pour confirmer un incident ayant impliqué deux patrouilleurs de l’US Coast Guard à des embarcations iraniennes.

Ainsi, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a assuré que la marine américaine n’ont eu à aucun moment la volonté de « saisir quoi que soit ». En revanche, a-t-il continué, « le 24 octobre, des moyens de l’US Navy ont surveillé les forces iraniennes alors qu’elles abordaient et arraisonnaient illégalement un navire marchand dans les eaux internationales du golde d’Oman ». Et d’insister : « À aucun moment les forces américaines n’ont tenté de […] de s’engager d’une autre manière ou d’une autre dans cette affaire. Nous avons agi en totale conformité avec la loi ».

Quant au transfert de pétrole évoqué par la partie iranienne, M. Kirby a parlé d’une « affirmation ridicule ». Et « aborder et saisir illégalement un navire marchand », comme l’ont fait les Iraniens, constitue une « violation flagrante du droit international. Cela sape la liberté de navigation », a-t-il fait valoir.

En attendant, le ministère vietnamien des Affaires étrangères a fair savoir que Hanoï « suit de près les derniers développements » concernant le Sothys et « travaille en étroite collaboration avec les autorités iraniennes pour résoudre cette affaire, conformément à la loi, et adopter les mesures nécessaires pour protéger les droits et les intérêts des ressortissants vietnamiens ».

JForum – OPEX 360

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.