A la mémoire de nos chers disparus - Cliquez ici
Accueil France Une PME bretonne met sur le marché le premier test rapide pour...

Une PME bretonne met sur le marché le premier test rapide pour le Covid-19

27 vues
3

Une PME bretonne met sur le marché le premier test rapide pour le Covid-19

par Sophie Bécherel publié le 

Alors que la France espère augmenter rapidement sa capacité de tests de diagnostic pour le coronavirus et passer de 9 000 à 30 000 unités par jour d’ici quelques semaines, NG biotech propose depuis ce mardi un test sanguin rapide. Destiné aux personnels soignants, il va permettre de détecter leur immunité.

Un test aussi simple qu'un test de grossesse mais qui dira si on est immunisé
Un test aussi simple qu’un test de grossesse mais qui dira si on est immunisé © NG Biotech

C’est le premier test sérologique français et il est breton. Il a été mis au point par la société  NG Biotech, basée à Guipry en Ille-et-Vilaine (Bretagne), spécialisée depuis 2012 dans les tests de détection rapide d’antibiorésistance. En 15 minutes seulement, à partir d’une goutte de sang, le nouveau test mis au point avec le CEA et l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris peut donner le statut sérologique d’un patient. Autrement dit, détecter la présence d’anticorps et dire si la personne est immunisée contre le SARS-CoV-2.

Un dispositif portable et ultra rapide

La manipulation est ultra simple, aussi simple qu’un test de grossesse à ceci près que le sang remplace l’urine. « Ce test est unique en son genre » explique Milovan Stankov Pugès, le fondateur et PDG de NG Biotech, « dans la mesure où il intègre un auto piqueur et un collecteur de sang« .  Il suffit de se piquer le bout du doigt et de déposer la goutte de sang sur une bandelette qui réagit, en présence de deux gouttes de réactifs, aux anticorps spécifiques du coronavirus. Un changement de couleur permet de savoir si la personne a développé une immunité. Et ce même si elle n’a pas été malade. C’est d’autant plus intéressant que pour le Covid-19, une grande proportion de personnes infectées restent asymptomatiques. Elles ne savent donc pas qu’elles sont « naturellement vaccinées » contre la maladie.

Le test de la société NG Biotech intègre un auto piqueur pour déposer une goutte de sang sur une bandelette qui sert de révélateur
Le test de la société NG Biotech intègre un auto piqueur pour déposer une goutte de sang sur une bandelette qui sert de révélateur © Radio France / NG Biotech

Le test « a été validé dans des hôpitaux de l’AP-HP : Kremlin Bicêtre et Paul Brousse à Paris, Lariboisière et Parly 2″ poursuit Milovan Stankov qui a une longue expérience dans le domaine, après avoir notamment travaillé chez Abott et Mérieux, deux des plus grands laboratoires mondiaux. C’est d’ailleurs parce qu’ils travaillent depuis cinq ans ensemble que ce trio a pu arriver à ce résultat rapide.

« Dès le mois de janvier, lorsqu’on a vu arriver les premiers cas« , raconte Thierry NAAS, co directeur du laboratoire Expertise des souches d’antérobactéries, associé au Centre National de Référence de la résistance aux antibiotiques au Kremlin Bicêtre, « on s’est dit qu’il fallait utiliser notre expertise sur la détection de l’antibiorésistance sur ce nouveau virus. La détection rapide nous semblait être un enjeu majeur, alors on a réorienté nos travaux« .

Grâce à la sérothèque du laboratoire, il a été possible de tester 250 sérums de patients infectés au SARS-CoV-2 et de mesurer l’efficacité du test rapide de NG Biotech. Résultat: « la quantité d’anticorps est parfois suffisante au bout de 5 jours mais à 10 jours, l’efficacité du test est de 70% et à 15 jours de 98% » affirme Thierry NAAS.

À l’hôpital Lariboisière et Parly 2, ce sont les services d’urgence qui ont utilisé le kit, directement sur les patients qui arrivaient aux urgences avec suspicion de Covid-19.

Complémentaire du test nasal, actuellement pratiqué

Ce test n’est pas de même nature que ceux pratiqués jusqu’ici sur les malades arrivant à l’hôpital. Pour détecter le virus dans l’organisme, le monde entier utilise la technique du prélèvement nasal et l’amplification du virus présent dans les sécrétions, avant son analyse génétique par la technique PCR. Une méthode plutôt très fiable qui prend cependant minimum 12 heures et nécessite un équipement de laboratoire. Elle permet de savoir si la personne porte le virus au moment où on la teste.

Le test sérologique comme celui mis au point par NG Biotech a une autre finalité : connaitre le statut immunitaire d’une personne. Il était particulièrement attendu dans la perspective d’une sortie du confinement. On peut en effet imaginer que seules les personnes immunisées seront d’abord autorisées à sortir. Avant cela, c’est au personnel soignant qu’il est destiné. « Cela leur permettra d’être plus serein en allant travailler » souligne Thierry NAAS. « Ils sont en première ligne et en dépit de toutes les protections, le risque zéro n’existe pas« . Se savoir immunisé, c’est potentiellement avoir moins d’appréhension lors des soins aux malades infectés. Une appréhension que vient rappeler le long processus d’habillage et de protection : il faut enfiler blouse, gants, lunettes anti projection, charlotte, masque, surchaussures.

Pour Marc Eloit, responsable de la structure Découverte de pathogènes à l’Institut Pasteur, « à l’échelle collective, ces tests pourraient permettre de savoir comment le virus a circulé dans la population » .

D’autres laboratoires dans la course

NG Biotech a lancé la production et pense fabriquer 120 000 tests en avril et monter en puissance pour arriver à 6 millions d’unités en 6 mois. L’entreprise de 40 personnes a d’ores et déjà embauché 20 personnes supplémentaires et va ouvrir un deuxième site de production. « Aujourd’hui il est destiné aux professionnels de santé. Même s’il peut être utilisé au chevet du patient, il est trop tôt pour le proposer aux particuliers » précise Milovan Stankov.

D’autres tests ne devraient pas tarder à arriver sur le marché mondial. Au CNR du Kremlin Bicêtre, l’équipe de Thierry Naas est actuellement en train d’évaluer une dizaine de produits similaires, de fabrication chinoise ou coréenne. Les État-Unis ont aussi annoncé être bientôt en mesure d’en proposer.

franceinter.fr

3 Commentaires

  1. Cette technique est un plagiat de celle mise au point par Israël depuis 1 mois et en plus Israël a terminé la mise au point dips premier vaccin qui sera inoculé à des patients le 1er juin.Mais en France on ignore Israël sauf pour le critiquer.
    Ce qu’il nous faut dans l’immédiat c’est un traitement curatif et à part l’hydrogène chloroquine et l’azythromycine associé (+sulfate de zinc) qui est toujours en discussion rien n´est fait pour trouver ce traitement qui sera essentiel avant le deconfinement
    Pourquoi ce traitement curatif n’a pas été prioritaire , c’est une erreur d’autant s’en France nous sommes le seul pays à ne pas porter de masque sauf atteinte au virus pour la simple raison qu’il y a pénurie de masques dû à l’incurie de ce gouvernement qui de plus n’a pas fermé les frontières et obligé le confinement dès février pour que les municipales aient lieu en mars.
    Triste bilan d’un gouvernement d’incapables et d’amateurs qui devra rendre des comptesnotamment le ministre de la santé qui est dépassé et on peut critiquer le président de s’être séparé de Madame Buzyn qui connaissait le dossier et le danger imminent

    • Pas de test sanguin de ce type en Israël à ce point. Si l’article est paru ici, c’est entre autres, pour permettre des convergences dans l’échange de connaissances, pas pour faire uniquement de l’ethnocentrisme en ignorant des choses intéressantes se passant autour. La PME fait son bonhomme de chemin et propose une solution, cela n’a rien d’une commande d’Etat à ce stade.

  2. Au lieu d’embaucher 20 personnes, pourquoi ne pas embaucher 20 autres sociétés ?
    C’est trop lent compte tenu de la demande mondiale…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.