Quel est le lien entre la Russie et l’Iran dans une mystérieuse frappe aérienne à la frontière irako-syrienne ? -une analyse

Syrie: des frappes touchent un convoi de carburant en provenance d’Irak

L’Iran devient une puissance mondiale de drones et si l’Iran envoie également des missiles à la Russie, ce serait une autre escalade.

Une paire de F-15E Strike Eagles de l'US Air Force survole le nord de l'Irak après avoir mené des frappes aériennes en Syrie (crédit photo : REUTERS)Une paire de F-15E Strike Eagles de l’US Air Force survole le nord de l’Irak après avoir mené des frappes aériennes en Syrie (crédit photo : REUTERS)

Mardi soir, quelque temps après minuit, heure irakienne, des informations ont fait état de frappes aériennes dans la zone frontalière entre l’Irak et la Syrie .

Des vidéos circulant montraient des incendies au poste frontière entre Abou Kamal en Syrie et Al-Qaim en Irak. On ne savait pas si une frappe aérienne avait eu lieu ou si quelque chose d’autre s’était passé. Le point de passage est un endroit clé et, depuis fin 2017, a été un moyen pour l’Iran d’étendre son influence à travers l’Irak jusqu’en Syrie et au Liban .

Les rumeurs d’une frappe aérienne, que certains commentateurs locaux ont imputées aux États-Unis, sont intéressantes car elles surviennent dans un contexte d’inquiétudes accrues concernant le rôle de l’Iran dans la région ainsi que les relations Iran-Russie.

Ce qui a contribué à brouiller les pistes est le fait que cette attaque est intervenue un jour après qu’un ressortissant américain à été assassiné à Bagdad dans des conditions suspectes. Ce ne serait pas la première fois que les Etats-Unis mèneraient une opération dans cette région du monde.

Au cours de la journée, les Américains ont tenu à démentir toute implication dans l’attaque jetant ainsi les projecteurs sur Israël. D’après les médias arabes, le convoi était composé de milices iraniennes et de matériel destiné au Liban. Une cible idéale pour Israël qui, pourtant, agit plutôt traditionnellement autour de la capitale syrienne et près des ports.

En Israël, les autorités, comme à l’accoutumée, n’ont pas souhaité s’exprimer sur le sujet.

L’Iran a exporté des drones vers la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine, un fait que Téhéran a maintenant admis après plusieurs mois de déni. Il s’agit principalement du drone Shahed 136 , mais il peut y en avoir d’autres.

Plutôt que de sacrifier des armes ou des avions russes coûteux, les drones kamikazes permettent à Moscou de faire des ravages sur les Ukrainiens sans en payer le prix.

De la fumée monte après des frappes aériennes sur une partie tenue par les rebelles de la ville méridionale de Deraa, en Syrie, le 15 juin 2017 (illustration). (crédit : REUTERS/ALAA AL-FAQIR)De la fumée monte après des frappes aériennes sur une partie tenue par les rebelles de la ville méridionale de Deraa, en Syrie, le 15 juin 2017 (illustration). (crédit : REUTERS/ALAA AL-FAQIR)

La Russie paie les drones iraniens en liquide

Un rapport de Sky News a déclaré que la Russie avait donné à l’Iran quelque 141 millions de dollars en espèces et envoyé des systèmes d’armes capturés aux États-Unis et au Royaume-Uni « en échange de dizaines de drones mortels… selon une source de sécurité ».

C’est l’un des premiers rapports à indiquer ce que la Russie a payé pour les drones qu’elle a acquis. Cela survient alors que l’on craint de plus en plus que l’Iran ne fournisse à la Russie davantage d’armes, comme des missiles balistiques.

Comment les missiles seraient-ils transportés et les États-Unis ou d’autres chercheraient-ils à interdire ce mouvement d’armes dangereuses vers la Russie ? Qu’en est-il des défenses aériennes dont l’Ukraine a besoin pour empêcher les missiles de pleuvoir sur l’Ukraine pendant les durs mois d’hiver ?

Alors que l’Iran et la Russie envisagent la prochaine étape, il existe un autre couloir que l’Iran pourrait exploiter pour semer le chaos dans la région.

Au cours des dernières années, l’Iran a transféré ses groupes mandataires à Al-Bukamal. Kataib Hezbollah a installé un quartier général à la frontière syrienne en 2018. Le quartier général a été touché par une frappe aérienne.

En 2019, des rapports indiquaient que l’Iran cherchait à déplacer des missiles balistiques en Irak et à les baser dans le désert occidental avec des groupes mandataires. Peu de dépôts d’armes ont été touchés par des frappes aériennes cette année-là.

Les milices pro-iraniennes basées en Irak à l’époque ont accusé Israël d’être responsable des frappes aériennes. Cela s’est également produit dans un contexte de tensions croissantes entre les États-Unis et l’Iran ; L’Iran avait ciblé des navires dans le golfe d’Oman en mai et juin 2019 et à l’automne 2019, les milices pro-iraniennes en Irak ciblaient fréquemment les forces américaines avec des roquettes.

En 2020, les choses avaient encore changé. Les États-Unis ont tué le commandant de la force du CGRI Qasem Soleimani et l’Iran a riposté avec des missiles balistiques visant la base d’Al-Asad en Irak. L’Iran a également utilisé des missiles en 2018 pour cibler des groupes dissidents kurdes à Koya en 2018.

En septembre de cette année, au milieu de manifestations qui ont fait rage en Iran, Téhéran a utilisé des drones, de l’artillerie et des roquettes pour cibler les Kurdes dans le nord de l’Irak. L’Iran a également utilisé des drones pour cibler les forces américaines en Syrie.

C’est le contexte des opérations de l’Iran à partir d’Albukmal – reliant le lien irakien et iranien en Syrie et au Liban. L’Iran a également construit une base appelée Imam Ali à la frontière en 2019, mais il a peut-être abandonné une partie de cette base d’ici novembre 2021. Malgré quelques investissements en 2020 dans un tunnel à la base, les rapports sur l’influence de l’Iran dans la région se sont déplacés se concentrer sur les points entre Al-Bukamal et Deir Ezzor.

Un autre problème ici est l’implantation de drones par l’Iran en Syrie. Il a déplacé des drones vers la base T-4 près de Palmyre en 2017 et au début de 2018 et a ciblé Israël avec un drone en février de la même année.

En avril 2018, il a tenté de déplacer son troisième système de défense aérienne de Khordad vers la base T-4, qu’une frappe aérienne aurait détruite. En 2021, l’Iran a déplacé ses menaces de drones pour inclure l’Irak et en mai 2021, l’Iran a utilisé un drone piloté depuis l’Irak pour cibler Israël.

En mars 2021, l’Iran a fait voler des drones au-dessus de la Syrie ciblant Israël ; Israël les a abattus avec des F-35. En août de cette année, les activités néfastes de l’Iran en Syrie sont devenues si prononcées que les États-Unis ont mené deux séries de frappes aériennes contre les mandataires en Syrie.

Avec la connexion Iran-Russie au centre des préoccupations, toute exportation iranienne de drones et de missiles dans la région revêt une plus grande urgence .

L’Iran devient une puissance mondiale de drones et si l’Iran envoie également des missiles à la Russie, ce serait une autre escalade. De plus, tout rapport sur les entrées de fonds de la Russie vers l’Iran pourrait aider l’Iran à fournir son réseau de mandataires en Irak, en Syrie, au Yémen et au Liban.

JForum avec SETH J. FRANTZMAN JPOSTet LPH
Séquelles d’une frappe aérienne près de la frontière syrienne avec l’Irak mardi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.