Un Israélien aurait été torturé par la police biélorusse, accusé d’être un espion

Alexander Forman et sa famille se sont rendus en Biélorussie pour rechercher toute information qu’ils pourraient trouver sur des proches qui, selon eux, ont été assassinés à Minsk pendant la Shoah.

Des policiers arrêtent un homme lors d'une manifestation contre les résultats de l'élection présidentielle biélorusse, devant l'ambassade de Biélorussie à Moscou, Russie, le 12 août 2020 (crédit photo: EVGENIA NOVOZHENINA / REUTERS)
Des agents de police arrêtent un homme lors d’une manifestation contre les résultats de l’élection présidentielle biélorusse, devant l’ambassade de Biélorussie à Moscou, Russie, le 12 août 2020. (crédit photo: EVGENIA NOVOZHENINA / REUTERS)

Un citoyen israélien à la recherche d’informations sur des proches assassinés pendant la Shoah aurait été arrêté par les forces de sécurité biélorusses et torturé pendant 16 heures, car soupçonné d’être un « espion israélien », selon un rapport d’Ynet.

La Biélorussie a connu une semaine de manifestations de masse qui ont secoué le pays et ont menacé la poursuite du règne de 26 ans d’ Alexandre Loukachenko, qui est soupçonné par beaucoup dans le pays post-soviétique, d’avoir truqué les résultats après avoir facilement remporté la réélection pour la sixième fois.

Loukachenko a également été accusé d’avoir utilisé une force excessive pour réprimer les manifestants, notamment en imposant des couvre-feux, en limitant l’accès à Internet et en détenant des milliers de manifestants ces derniers jours.

Les forces de sécurité biélorusses se sont affrontées quotidiennement avec des manifestants, plusieurs manifestants seraient morts ou gravement blessés lors de manifestations et en garde à vue.

Mais selon Ynet, la violence a également atteint des passants innocents, avec un citoyen israélien qui aurait été arrêté et torturé par la police biélorusse.

Alexander Forman et son épouse Inessa, accompagnés de leur fils, se seraient rendus en Biélorussie pour rechercher toute information qu’ils auraient pu trouver sur des proches qui, selon eux, avaient été assassinés à Minsk pendantla Shoah.

Selon le rapport d’Ynet, Forman et sa famille visitaient une zone à proximité d’un rassemblement antigouvernemental qui avait lieu à l’époque, lorsque les forces de sécurité locales ont arrêté Forman, le séparant de sa famille et l’emmenant au poste de police local pour un interrogatoire.

Le voyage de Forman s’est rapidement transformé en cauchemar, la police le soupçonnant d’être un espion et le gardant avec d’autres détenus qu’ils avaient arrêtés.

« Nous nous sommes simplement promenés dans le centre-ville et tout à coup trois hommes vêtus de noir nous ont sauté dessus et m’ont kidnappé. Ils m’ont accusé d’être un espion israélien et ont lancé d’autres accusations antisémites », a-t-il déclaré à Ynet.

Forman a témoigné lors d’une interview pour une station de radio à Moscou qu’il avait été «battu à coups de gourdin», tandis que d’autres se sont évanouis pendant les violents interrogatoires.

«De mes propres yeux, je les ai vus battre un enfant et une femme handicapée. Si quelqu’un bougeait, il les battait. À un moment donné, ils nous ont embarqués dans des wagons comme à Auschwitz.

Selon Forman, il a ensuite été emmené dans un centre de détention de la ville de Zhodzina, où il a été enfermé dans une cellule avec 18 autres détenus. «Lorsque les flics ont réalisé que j’étais un citoyen israélien, ils ont continué à raconter des blagues antisémites encore et encore», a déclaré Forman.

En Biélorussie, la police a violemment réprimé les manifestations contre la réélection du président Alexandre Loukachenko le 10 août 2020.
En Biélorussie, la police a violemment réprimé les manifestations contre la réélection du président Alexandre Loukachenko le 10 août 2020. — Sergei Grits/AP/SIPA

«En fin de compte, ils ont dit qu’ils avaient perdu mon passeport et mon protocole d’arrestation», se souvient Forman.

« Ils m’ont finalement laissé sortir vendredi, après 78 heures de détention … J’ai été torturé pendant 16 heures d’affilée dans ce poste de police. »

Forman est né à Minsk et a fait l’Aliyah en 1998. Il a déclaré que son expérience lui avait ouvert les yeux sur la terrible réalité du pays.

«Ce que j’ai vu ne peut continuer d’exister au XXIe siècle», a-t-il dit.

Vendredi, de nombreux États de l’UE ont annoncé qu’ils allaient imposer de nouvelles sanctions à la Biélorussie pour les élections contestées et la répression des manifestations. Loukachenko a répondu en publiant de rares excuses publiques et en libérant des centaines de manifestants détenus.

2 Commentaires

  1. À bon entendeur, pour tous ceux qui veulent « visiter » leur pays d’exil natal, pour quelque raison diverse et variée…
    De même que la famille de Lot, avant la destruction de S’dom, pour qui les deux « envoyés » avaient recommandé de ne pas se retourner et voir ce qu’allait devenir leur passé , oublions donc ces faux bons souvenirs, où la plupart du temps, les Juifs ont été spoliés, martyrisés, brûlés, ou convertis, de force…ou pas.

    • Inutile de critiquer gratuitement cette famille venue chercher des traces de proches morts durant la Shoah : quels « ces faux bons souvenirs », pourquoi sauter comme un pou sur tous les « fautifs  » de ne pas savoir tenir aussi bien que vous la ligne d’un Judaïsme amnésique ou se gaussant de son prochain pis que de son ennemi? On se croirait éternellement à taper le carton à la goulette… Rire du malheur des siens, nouveau sport national? Le mec a été torturé, est-ce de sa faute ou du système dont il est originaire?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.