Un Jordanien d’origine Palestinienne aurait espionné pour les EAU pendant des années en Turquie

Astal aurait été chargé de recueillir des renseignements sur les membres des Frères musulmans et les dissidents arabes et émiratis en Turquie.

Un drapeau turc, avec la nouvelle et la mosquée Suleymaniye en arrière-plan, vole sur un ferry à Istanbul, Turquie, le 11 avril 2019 (crédit photo: MURAD SEZER / REUTERS)
Un drapeau turc, avec la nouvelle et la mosquée Suleymaniye en arrière-plan, flotte sur un ferry de passagers à Istanbul, Turquie, le 11 avril 2019. (crédit photo: MURAD SEZER / REUTERS)
Un ressortissant jordanien d’origine palestinienne aurait mené des activités d’espionnage pour les Émirats arabes unis pendant 11 ans aux Émirats arabes unis et en Turquie, a rapporté mardi la chaîne de télévision gouvernementale turque TRT.

Mahmoud Ayesh Al Astal, 45 ans, a reçu environ 400 000 dollars de paiements pour ses services d’espionnage, selon des documents obtenus par TRT. Sept ans de sa carrière d’espionnage se sont déroulés en Turquie, où il se serait fait passer pour un journaliste d’investigation écrivant pour des publications affiliées au mouvement des Frères musulmans.
Astal a été chargé de recueillir des renseignements sur les membres des Frères musulmans et les dissidents arabes et émiratis en Turquie. L’espion présumé a également recueilli des renseignements sur la politique intérieure et la politique étrangère. Il a communiqué avec ses officiers-traitants à l’aide d’un logiciel de messagerie crypté personnalisé installé sur son ordinateur et son téléphone par les services de renseignement émiratis.
Le rapport TRT a affirmé que deux des au moins quatre personnes qui ont manipulé Astal ont été identifiées par les services de renseignement turcs.
Astal a été recruté par les Émirats arabes unis grâce à un mélange de pressions financières et de menaces de retirer son droit de travailler aux Émirats, selon les documents. Bien qu’il ait d’abord hésité à accepter cet accord, il a cédé après le refus de sa demande de visa de travail, car il lui aurait été difficile de trouver du travail en Jordanie.
Les quatre premières années de sa carrière d’espionnage se sont passées à espionner des membres des Frères musulmans aux Émirats arabes unis. Il a finalement reçu un visa de résidence pour y rester.
Selon TRT, Astal a fourni des plans d’étage du Hewar Center, un groupe de réflexion auquel il était associé, et a livré des ordinateurs des bureaux du groupe de réflexion aux agents du renseignement sous prétexte qu’ils avaient besoin de réparations.
Astal a reçu l’ordre de déménager en Turquie après que les Émirats arabes unis ont lancé une répression contre les Frères musulmans et qu’un certain nombre de membres ont fui vers la Turquie. L’espion a enregistré les conversations qu’il a eues avec les membres de la Fraternité et les a envoyées aux Emiratis.
La semaine dernière, un haut responsable de la sécurité a déclaré à Reuters que des responsables du renseignement turc avaient arrêté un autre homme soupçonné d’espionnage de ressortissants arabes étrangers au nom des Émirats arabes unis.
Le détenu a avoué et les autorités turques ont obtenu « une mine de documents » de sa part montrant son appartenance aux Émirats arabes unis, a déclaré le responsable à Reuters, demandant l’anonymat et n’identifiant pas l’homme. Il n’y a pas eu de réaction immédiate de la part des autorités émiraties.
L’année dernière, la Turquie a arrêté deux autres hommes également soupçonnés d’espionnage de ressortissants arabes pour les Émirats arabes unis, y compris des exilés politiques et des étudiants.
À l’époque, un responsable a déclaré que l’un de ces deux hommes était lié au meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul en octobre 2018. L’un des suspects s’est ensuite suicidé en prison, selon le bureau du procureur.
Un autre Palestinien, l’ancien membre du Fatah, Mohammad Dahlan, est également accusé par la Turquie d’être un agent des Émirats arabes unis et est recherché pour des liens présumés avec la tentative de coup d’État de juillet 2016 en Turquie. Dahlan a exprimé son soutien à l’accord de paix EAU-Israël qui a été signé récemment.
Abu Dhabi et Ankara sont en désaccord depuis plusieurs années sur la politique étrangère et les attitudes envers les groupes politiques islamistes; ils soutiennent les camps opposés dans la guerre prolongée en Libye.
Reuters a contribué à ce reportage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.