Le commerce des armes entre l’Iran et la Russie modifiera définitivement le rôle mondial de l’Iran – analyse

L’Iran ne peut plus prétendre que son programme nucléaire est la seule chose qui se dresse entre lui et de bonnes relations avec l’Occident.
Un missile iranien est exposé lors d'un rassemblement marquant la Journée annuelle de Qods, ou Journée de Jérusalem, le dernier vendredi du mois sacré du Ramadan à Téhéran, Iran, le 29 avril 2022. (Crédit photo : MAJID ASGARIPOUR/WANA (AGENCE DE PRESSE DE L'ASIE DE L'OUEST ) VIA REUTERS)Un missile iranien est exposé lors d’un rassemblement marquant la Journée annuelle de Qods, ou Journée de Jérusalem, le dernier vendredi du mois sacré du Ramadan à Téhéran, Iran, le 29 avril 2022. (Crédit photo : MAJID ASGARIPOUR/WANA (AGENCE DE PRESSE DE L’ASIE DE L’OUEST ) VIA REUTERS)

L’Iran a fourni à la Russie des milliers de drones et pourrait être prêt à envoyer encore plus d’armes à Moscou pour l’aider dans sa guerre contre l’Ukraine .

Des rapports récents de CNN indiquent que « l’Iran se prépare à envoyer environ 1 000 armes supplémentaires, y compris des missiles balistiques sol-sol à courte portée et davantage de drones d’attaque, à la Russie pour qu’elle les utilise dans sa guerre contre l’Ukraine », des responsables d’un pays occidental qui surveille de près le programme d’armement de l’Iran, a déclaré à CNN.

Ils ont noté que c’était la première fois que Téhéran envoyait des missiles de précision avancés à Moscou, ce qui pourrait donner au Kremlin un avantage significatif sur le champ de bataille.

C’est une nouvelle étape dans l’alliance Iran-Russie.

Bien que Moscou et Téhéran aient travaillé ensemble pendant des décennies , c’était généralement l’Iran qui avait besoin de savoir-faire et d’armes, il s’appuyait donc généralement sur la Russie en tant que partenaire principal dans la relation.

L’Iran était également sous sanctions et avait besoin de l’aide de la Russie auprès des puissances occidentales. En 2009, lorsque les États-Unis sous l’administration Obama ont décidé de modifier leurs politiques à l’égard de la Russie et de l’Iran, Téhéran a vu une ouverture avec l’Occident. À cette époque, l’Iran utilisait son développement d’armes nucléaires comme un chantage, ce qui finirait par aboutir à l’accord iranien de 2015.

Les États-Unis pensaient à l’époque que travailler avec la Russie pourrait aider à ouvrir un canal vers l’Iran. La Russie, jouant le «bon flic» dans la stratégie où l’Iran est le «méchant flic», a accepté d’aider l’Occident à ouvrir la voie à de nouveaux liens avec la République islamique. La Russie bénéficierait en marge de l’accord.

Le drapeau iranien flotte devant le bâtiment des bureaux de l'ONU à Vienne (crédit : REUTERS/LISI NIESNER/FILE PHOTO)Le drapeau iranien flotte devant le bâtiment des bureaux de l’ONU à Vienne (crédit : REUTERS/LISI NIESNER/FILE PHOTO)

Lorsque les États-Unis se sont retirés de l’accord sous l’administration Trump, puis sont revenus à l’examen d’un retour à l’accord sous l’administration Biden, la Russie était toujours sur la touche comme un patron de la mafia offrant une « protection » pour aider à ramener Téhéran dans le giron .

Tout a changé lorsque la Russie a envahi l’Ukraine

Mais la décision de Moscou de lancer une guerre contre l’Ukraine en février 2022 a changé les pourparlers sur l’accord avec l’Iran. Désormais, il ne peut plus se faire passer pour le « bon flic » et travailler avec les États-Unis comme intermédiaire vers l’Iran. Au lieu de cela, l’Amérique dirige maintenant des sanctions contre la Russie et l’Iran. Ainsi, l’alliance Iran-Russie, qui a toujours existé dans l’ombre, est maintenant sortie au grand jour.

LA RUSSIE VEUT mener sa guerre contre l’Ukraine en utilisant des armes peu coûteuses, telles que des drones iraniens , qui sont durables et peuvent terroriser les Ukrainiens. La Russie a utilisé les drones pour attaquer l’énergie et les infrastructures de son voisin occidental assiégé, plongeant Kyiv dans l’obscurité et endommageant les infrastructures de l’Ukraine avant le début de l’hiver brutalement froid.

Il s’agit d’une guerre totale du point de vue de Moscou ; écraser l’Ukraine en terrorisant le peuple, plutôt que par une offensive militaire. Les armes de l’Iran sont un élément clé de cette stratégie parce qu’elles sont bon marché et sont le genre d’armes qui ne gagnent pas les guerres. Les missiles balistiques et les drones iraniens sont parfaits pour les guerres non conventionnelles – comme celle que l’Iran cherche à mener contre Israël au Moyen-Orient en donnant du pouvoir à des mandataires tels que le Hezbollah. C’est pourquoi les armes de Téhéran ont un sens pour Moscou.

Maintenant, les reportages de CNN indiquent que davantage d’armes pourraient être en route de Téhéran à Moscou. « La cargaison est étroitement surveillée car ce serait le premier cas où l’Iran enverrait des missiles guidés de précision avancés à la Russie, ce qui pourrait donner au Kremlin un coup de pouce substantiel sur le champ de bataille », indique le rapport.

« La dernière livraison d’armes de l’Iran à la Russie comprenait environ 450 drones, ont déclaré des responsables, que les Russes ont déjà utilisés à des fins meurtrières en Ukraine. Les responsables ukrainiens ont déclaré la semaine dernière qu’ils avaient abattu plus de 300 drones iraniens .

Le programme nucléaire iranien n’est plus une excuse pour de mauvaises relations avec l’Occident
LE changement CLÉ ici est que l’Iran ne peut plus prétendre que son programme nucléaire est la seule chose qui se dresse entre lui et de bonnes relations avec l’Occident . Dans le passé, Téhéran avait l’habitude de prétendre que si l’Occident concluait un accord avec lui, cela mettrait le programme nucléaire sur la glace et le commerce pourrait reprendre. Les pays occidentaux étaient impatients de commercer avec l’Iran en 2015. Des pays comme l’Allemagne, en particulier, voulaient commercer avec l’Iran ainsi qu’avec la Russie.

À l’époque de l’accord avec l’Iran, la République islamique avait l’habitude de pousser des points de discussion en Occident qui donnaient l’impression qu’Israël était le principal obstacle à des relations positives entre l’Iran et l’Occident. Certains points de discussion iraient même jusqu’à clamer « pas une autre guerre pour Israël au Moyen-Orient » ou « ne laissez pas Israël nous entraîner dans une autre guerre ».

Mais le fait que Téhéran envoie maintenant des armes à Moscou montre que ces récits étaient incorrects. Les armes de l’Iran sont un danger non seulement pour le Moyen-Orient, mais aussi pour l’Europe et le monde. Ses drones terrorisent l’Ukraine, mais ils pourraient également être utilisés ailleurs. Le programme nucléaire iranien n’est pas le seul problème qui menace la région ; les missiles et les drones sont sous le feu des sanctions en préparation en occident .

Il y avait autrefois un récit, poussé en partie par le ministère iranien des Affaires étrangères et ses amis occidentaux, selon lequel Israël faisait obstacle à des relations positives entre l’Occident et l’Iran, qui était un acteur pragmatique et digne de confiance. Cependant, sa décision de fournir des armes à Moscou montre que l’Iran fait aujourd’hui partie d’un système d’alliance pro-russe, que ses armes sont une menace majeure et que les tensions israélo-iraniennes ne sont pas le principal moteur des mouvements de l’Iran au Moyen-Orient ou dans le monde. .

L’IRAN a changé de cap avec sa décision de fournir des armes à la Russie. Il s’agit d’une décision de l’Iran de se lier à Moscou, qui utilise également l’Iran dans cette relation, l’isolant de l’Occident dans le cadre d’un pari de Moscou et de Téhéran selon lequel l’Occident est en déclin permanent et qu’ils n’ont plus besoin jouer au « bon flic, mauvais flic » avec les États-Unis ou l’Europe.

À mesure que le commerce des armes s’ouvrira entre Moscou et Téhéran, il pourrait y avoir davantage de partage de connaissances sur la technologie et le savoir-faire en matière d’armement, ce qui pourrait également avoir un impact sur le programme nucléaire. Cependant, le fait que l’Iran ait atténué la rhétorique sur la question nucléaire semble montrer qu’il estime qu’il n’a plus besoin d’arracher des concessions à l’Occident concernant le programme nucléaire.

La République islamique a un peu modifié ses politiques pour se concentrer sur la meilleure façon de travailler avec la Russie. Moscou vendait à l’Occident son rôle d’interlocuteur avec l’Iran, mais il n’a plus besoin de le faire, et l’alliance militaire Iran-Russie peut donc sortir au grand jour plus que par le passé.

L’Iran prend toujours soin de prétendre publiquement qu’il n’envoie pas de drones et de missiles en Russie, ou qu’il n’envoie pas de membres du CGRI pour travailler avec les Russes en Crimée – mais de plus en plus de preuves indiquent une alliance émergente dans laquelle la Russie compte sur l’Iran pour des armes bon marché afin de terroriser l’Ukraine. . Dans ce scénario, l’Occident modifiera définitivement sa vision de Téhéran – car un Iran complice de la guerre de la Russie en Ukraine est un Iran à qui on ne peut faire confiance pour aucun type d’accord, en particulier nucléaire.

Par SETH J. FRANTZMAN  JPOST

1 COMMENTAIRE

  1. Cet article se base sur une prémisse très discutable : la Fédération de Russie ( FR ) va gagner sa guerre contre l’ Ukraine, et elle n’en sortira que plus puissante. Cela est loin d’être une certitude, et de nombreux experts considèrent déjà que la FR va perdre cette guerre, avec toutes les conséquences de la défaite. Les journalistes israéliens ne doivent pas borner leur pensée à l’ Iran face à Israël, mais adopter un paradigme mental expansif et considérer la big picture à l’international, comme l’ont toujours fait les Juifs Diasporiques. Cette guerre oppose 142 millions d’ habitants de la FR, non tous russes, à plus d’un milliard d’ habitants de l’ Occident, et le rapport des forces est déséquilibré. Les ukrainiens, dont les civils sont malheureusement massacrés, ne sont que des pions sur l’ échiquier géopolitique international.

    Le meilleur politicien israélien, en matière de politique étrangère, sera celui qui aura prévu avec justesse la situation de la FR dans les 5 années à venir. La grande question est quelles sont les capacités économiques, politiques, militaires, technologiques et en matière grise, de la FR? Les services de renseignement américains en ont probablement déjà tenu Biden informé, de même pour les Britanniques, mais les services de renseignement israéliens ont-ils une évaluation correcte de la Russie, et Lapid est-il bien informé?

    Au sens de Clausewitz, les ukrainiens ne gagneront jamais cette guerre tant qu’ils n’auront pas frappé en profondeur le territoire russe et détruit l’infrastructure de la Russie, aussi restent-ils dépendants de l’ Occident, donc de Biden, qui n’a toujours pas décidé cela. Une grande question est donc de savoir pourquoi les pays occidentaux ont refusé depuis des mois, de livrer aux ukrainiens des missiles à longue portée, leur permettant de bombarder les villes et infrastructures russes? Biden reste très ambigu à ce sujet. D’un côté il affirme la victoire ukrainienne et cherche à lui assurer une défense antiaérienne, mais d’un autre côté, il s’abstient de livrer des missiles longue portée, capables de frapper la Russie. Celui qui a compris pourquoi, ou connaît le dessous des cartes, pourra être en mesure de faire des choix géopolitiques éclairés. Les autres feront des choix dans l’inconnu, et ne seront que des politiciens et journalistes d’opérette.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.