Tsahal renforce les lignes du Golan avec des chars, de l’artillerie, des unités lance-roquettes, et délimite une zone de sécurité

Le dimanche 1er juillet, le Commandement de la Force de défense israélienne a amélioré la préparation de la Division du Bas-Golan en envoyant des chars, des unités d’artillerie guidée de précision et de roquettes après avoir évalué le niveau des combats du côté syrien de la frontière. Cela a été annoncé par le porte-parole militaire. Il a ajouté que « Tsahal attache une grande importance au maintien de l’accord de désengagement des forces sur le Golan, conclu en 1974 par Israël et la Syrie ». Il a ajouté: « Israël se conforme à une politique de non-implication dans les affaires syriennes, en même temps qu’à une réponse ferme aux violations de sa souveraineté et au préjudice éventuel contre ses citoyens. « 

Des renforcements similaires ont été enregistrés dans la région du Golan ces dernières années, lorsque les tensions avec la Syrie se sont intensifiées. Cette fois, cependant, l’armée a fait une annonce publique à ce sujet, peut-être comme message dissuasif aux forces d’Assad et à leur patron russe qui les aide à reprendre la région de Deraa, à quelques mètres seulement des hauteurs du Golan.

Des batailles féroces continuaient à déferler autour de la ville de Deraa, près de la frontière jordanienne, où l’armée tentait de capturer une base aérienne désaffectée, ont déclaré les rebelles, tandis que le nord-ouest de la province de Deraa restait entre les mains de l’opposition.

Les raids aériens se sont poursuivis entre-temps, a déclaré l’Observatoire syrien des droits de l’homme, alors que les personnes déplacées affluaient vers les zones frontalières les moins susceptibles d’être touchées et que les Nations Unies mettent en garde contre une catastrophe humanitaire.

DEBKAfile ajoute : Cette déclaration indique à l’avance qu’Israël ne tolérera pas l’entrée du Hezbollah et des forces chiites pro-iraniennes dans la région de Quneitra, face aux lignes de Tsahal, et insiste en outre sur le refus de leur entrée dans la zone de désengagement historique entre Quneitra et la Frontière israélienne.

Tout en renforçant sa position défensive sur le Golan, Israël marque par cette déclaration, une zone de sécurité basée sur les lignes de désengagement de 1974 pour accueillir les dizaines de milliers de réfugiés syriens massés sur sa frontière, ainsi que les forces rebelles qui se retirent de Quneitra. Cette zone couvre 235 km2 entre le sud du Golan et le mont Hermon. Il se trouve à l’intérieur de la ligne de désengagement, qui s’étend à l’est de la frontière israélienne et s’étend sur quelques mètres de large à Nahal Roked dans le sud du Golan, jusqu’à 6 kilomètres de large à l’extrémité nord et large de 10 km sur le Mont Hermon.

La question est de savoir si les forces russes et syriennes participant à l’offensive syrienne du sud-ouest honoreront la zone de sécurité qu’Israël a délimitée, alors que l’objectif de leur offensive actuelle est de rétablir l’autorité du gouvernement syrien dans toutes les régions frontalières du sud.

En ouvrant la session du cabinet du dimanche à Jérusalem, le Premier ministre Binyamin Netanyahu a déclaré: « Nous continuerons à défendre nos frontières et à étendre l’aide humanitaire, mais nous ne laisserons personne entrer sur notre territoire. Je suis en contact permanent avec le Kremlin et la Maison Blanche sur cette question. « 

Samedi, Tsahal a transféré 6 Syriens blessés, dont quatre enfants dont les parents ont été tués dans les combats, vers des hôpitaux israéliens pour y être soignés.

   ,  ,  ,  ,  ,

Adaptation : Marc Brzustowski

IDF boosts Golan lines with tank, artillery, rocket units, marks out security zone

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.