Trump a recherché des options pour attaquer l’Iran afin d’arrêter son programme nucléaire en plein développement

Le président a été dissuadé d’envisager une frappe, par des conseillers qui ont averti que cela pourrait dégénérer en un conflit plus large au cours de ses dernières semaines (officielles) au pouvoir.

Crédit…Anna Moneymaker pour le New York Times

WASHINGTON – Le président Trump a demandé jeudi 12 novembre à des conseillers principaux lors d’une réunion du bureau ovale, s’il avait des options pour prendre des mesures contre le principal site nucléaire iranien dans les semaines à venir. La réunion a eu lieu au lendemain du jour où les inspecteurs internationaux ont fait état d’une augmentation significative (X12) des stocks de matières nucléaires du pays, ont déclaré lundi quatre responsables américains actuels et anciens.

Un panel de conseillers principaux ont dissuadé le président de lancer une frappe militaire. Les conseillers – dont le vice-président Mike Pence; Le secrétaire d’État Mike Pompeo; Christopher C. Miller, le secrétaire à la Défense par intérim ; et le général Mark A. Milley, le président des chefs d’état-major interarmées – ont averti qu’une frappe contre les installations iraniennes pourrait facilement dégénérer en un conflit plus large au cours des dernières semaines de la présidence de M. Trump.

Toute frappe – que ce soit par missile ou cyberattaque – serait presque certainement concentrée sur Natanz, où l’Agence internationale de l’énergie atomique a rapporté mercredi que le stock d’uranium de l’Iran était maintenant 12 fois plus important que ce qui était autorisé par l’accord nucléaire que M. Trump a abandonné en 2018. L’agence a également noté que l’Iran ne lui avait pas permis d’accéder à un autre site suspect (désigné par Netanyahu, lors d’un débriefing télévisé sur l’opération du Mossad à Téhéran en janvier 2018) où il y avait des preuves d’activités nucléaires passées.

M. Trump a demandé à ses principaux collaborateurs de la sécurité nationale quelles options étaient disponibles et comment y répondre, ont déclaré des responsables.

Après que M. Pompeo et le général Milley ont décrit les risques potentiels d’escalade militaire, les responsables ont quitté la réunion en pensant qu’une attaque de missiles à l’intérieur de l’Iran était hors de question, selon des responsables de l’administration au courant de la réunion.

M. Trump pourrait encore chercher des moyens de frapper les actifs et alliés iraniens, y compris les milices en Irak, ont déclaré des responsables. Un petit groupe d’aides à la sécurité nationale s’était réuni mercredi soir pour discuter de l’Iran, la veille de la rencontre avec le président.

Les responsables de la Maison Blanche n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

L’épisode a souligné à quel point M. Trump est toujours confronté à un éventail de menaces mondiales au cours de ses dernières semaines au pouvoir. Une frappe contre l’Iran peut le mettre en difficulté vis-à-vis de sa base, qui est largement opposée à un engagement dans un conflit plus profond au Moyen-Orient, mais elle pourrait empoisonner les relations avec Téhéran de sorte que ce serait beaucoup plus difficile pour le président présumé élu Joseph R. Biden Jr. de relancer l’accord nucléaire iranien de 2015, comme il s’est engagé à le faire.

Depuis que M. Trump a limogé le secrétaire à la Défense Mark T.Esper et d’autres hauts collaborateurs du Pentagone la semaine dernière, le département de la Défense et d’autres responsables de la sécurité nationale ont exprimé en privé leur « préoccupation » quant au fait que le président pourrait lancer des opérations, ouvertes ou secrètes, contre l’Iran ou d’autres adversaires d’ici à la fin de son mandat.

Les événements de ces derniers jours n’indiquent pas la première fois où la politique iranienne émerge dans les derniers jours d’une administration présumée sur le départ. Au cours des derniers jours de l’administration Bush en 2008, les responsables israéliens, inquiets que la nouvelle administration Obama cherche à l’empêcher de frapper les installations nucléaires iraniennes, ont demandé aux États-Unis des bombes anti-bunker [NDLR : les mêmes promesses de livraison de bombes anti-bunker GBU-57 viennent d’être rééditées par  le Pentagone dans des circonstances similaires], des bombardiers et une assistance du renseignement pour un projet de frappe dirigé par Israël.

Le vice-président Dick Cheney a écrit plus tard dans ses mémoires qu’il soutenait l’idée. Le président George W. Bush ne l’a pas fait, mais le résultat a été une collaboration beaucoup plus étroite avec Israël dans le cadre d’une cyber – attaque [Stuxnet] contre l’installation de Natanz, qui a détruit environ 1 000 des centrifugeuses nucléaires iraniennes [menée sous l’égide de l’Administration suivante].

Depuis, le Pentagone a révisé ses plans de frappe à plusieurs reprises. Il a maintenant des options militaires traditionnelles ainsi que des cyberoptions, et certaines combinent les deux. Certains impliquent une action directe d’Israël.

Crédit…Maxar Technologies / Reuters

Le rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique concluait que l’Iran disposait désormais d’un stock de plus de 2 442 kilogrammes, soit plus de 5 385 livres, d’uranium faiblement enrichi. Cela suffit pour produire environ deux armes nucléaires, selon une analyse du rapport de l’Institut pour la science et la sécurité internationale. Mais il faudrait plusieurs mois de traitement supplémentaire pour enrichir l’uranium en matériau de qualité pour en faire une bombe, ce qui signifie que l’Iran ne serait pas proche d’une bombe avant la fin du printemps au plus tôt – bien après que M. Trump aurait quitté ses fonctions, [selon les résultats officiels des dernières élections].

Bien que le montant de cet enrichissement soit préoccupant, il serait bien inférieur, selon le NYT, à la quantité de carburant que l’Iran possédait avant que le président Barack Obama ne parvienne à un accord nucléaire avec Téhéran en juillet 2015. À la fin de l’année, aux termes de l’accord, l’Iran a expédié environ 97% de son stock de carburant. à la Russie – environ 25 000 livres – en lui laissant moins qu’il n’en faudrait pour construire une seule arme.

Selon le NYT, les Iraniens auraient respecté ces limites même après que M. Trump a annulé la participation des États-Unis à l’accord sur l’Iran en 2018 et a réimposé des sanctions. Les Iraniens ont commencé à sortir lentement de ces limites l’année dernière, déclarant que si M. Trump se sentait libre de ne plus respecter les conditions de l’accord, ils ne continueraient pas, non plus, à les respecter.

Mais les Iraniens n’ont guère couru pour produire du nouveau matériel : leurs progrès ont été lents et réguliers, et ils ont nié avoir cherché à fabriquer une arme – bien que des preuves exfiltrées du pays il y a deux ans, par Israël aient clairement montré qu’ils conservaient tous les éléments d’assemblage nécessaires, mis au point dès avant 2003.

M. Trump a fait valoir depuis la campagne de 2016 que l’Iran cachait certaines de ses actions et trompait le monde par ses soi-disant engagements; le rapport des inspecteurs de la semaine dernière lui a fourni la première preuve à l’appui de ce point de vue. Le rapport a critiqué l’Iran pour ne pas avoir répondu à une série de questions sur un entrepôt à Téhéran, dans le quartier de Turquzabad, où les inspecteurs ont trouvé des particules d’uranium, ce qui laisse penser qu’il s’agissait autrefois d’une sorte d’installation de traitement nucléaire. Le rapport a déclaré que les réponses de l’Iran n’étaient «pas techniquement crédibles».

L’Agence internationale de l’énergie atomique s’est déjà plainte du fait que les inspecteurs n’avaient pas le droit d’examiner en détail certains sites suspects.

Ce n’est pas seulement l’armée américaine qui envisage des options. M. Pompeo, ont déclaré des responsables, surveille de près les événements qui se déroulent sur le terrain en Irak pour tout soupçon d’agression de la part de l’Iran ou de ses milices supplétives contre des diplomates américains ou des troupes stationnées là-bas.

M. Pompeo a déjà élaboré des plans pour fermer l’ambassade des États-Unis à Bagdad par crainte de menaces potentielles, même si ces derniers jours il a semblé disposé à laisser cette décision à la prochaine administration. Les attaques au mortier et à la roquette contre l’ambassade ont diminué au cours des dernières semaines, et la tâche de fermer la plus grande mission diplomatique américaine au monde pourrait prendre des mois.

Mais les responsables ont déclaré que cela pourrait changer si des Américains étaient tués avant le jour de l’investiture.

Les responsables sécuritaires sont particulièrement inquiets à propos de l’anniversaire du 3 janvier, marquant les un an après la frappe américaine qui a éliminé le major général Qassim Suleimani, le commandant de la force d’élite iranienne Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique et le chef irakien d’une milice soutenue par l’Iran – morts à propos desquels les dirigeants iraniens insistent régulièrement sur le fait qu’ils ne se sont pas encore vengés.

M. Pompeo, qui a été le partisan le plus acharné parmi les conseillers de M. Trump de pilonner l’Iran alors que l’administration le peut encore, a plus récemment indiqué que la mort d’un Américain était une ligne rouge qui pourrait provoquer une réponse militaire.

Cela augmenterait également les tensions entre Washington et Bagdad. Les diplomates ont déclaré que le Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi s’opposerait presque certainement aux éliminations d’Irakiens – même de miliciens soutenus par l’Iran – sur le sol irakien par les forces américaines qui sont déjà confrontées à des demandes de départ.

Maggie Haberman est une correspondante de la Maison Blanche. Elle a rejoint le Times en 2015 en tant que correspondante de campagne et faisait partie d’une équipe qui a remporté un prix Pulitzer en 2018 pour ses reportages sur les conseillers du président Trump.@maggieNYT

David E. Sanger est correspondant à la sécurité nationale. Au cours d’une carrière de 36 ans dans le journalisme pour The Times, il a fait partie de trois équipes qui ont remporté des prix Pulitzer, le plus récemment en 2017 pour des reportages internationaux. Son dernier livre est « L’arme parfaite: la guerre, le sabotage et la peur à l’ère du cyberespace ».@SangerNYTFacebook

Helene Cooper est une correspondante du Pentagone. Auparavant, elle était rédactrice, correspondante diplomatique et correspondante de la Maison Blanche, et faisait partie de l’équipe qui a reçu le prix Pulitzer 2015 pour le reportage international, pour sa couverture de l’épidémie d’Ebola.@helenecooper

Lara Jakes est une correspondante diplomatique basée au bureau de Washington du New York Times. Au cours des deux dernières décennies, Mme Jakes a publié des reportages et édité dans plus de 40 pays et a couvert la guerre et les combats sectaires en Irak, en Afghanistan, en Israël, en Cisjordanie et en Irlande du Nord.@jakesNYT

Une version de cet article paraîtra en version imprimée le 17 novembre 2020 , section A , page 1 de l’édition de New York avec le titre: Trump aurait parlé d’attaquer l’Iran.
Le diable est dans les détails : Propos recoupés et revérifiés dans les passages polémiques (valeur du JCPOA, notamment, importance des renseignements israéliens pour l’action ultérieure de l’AIEA, gel ou non du programme nucléaire iranien « après 2003 », tarte à la crème qui permet d’occulter la dissémination et l’invisibilisation des programmes nucléaire et balistique… etc.). Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

  1. Pakistan : le chef de parti et Grand imam Khadim Hussain Rizvi appelle à « larguer des bombes nucléaires » sur la France (Vidéo)

    Oct 31, 202011

    Pakistan : le chef de parti et grand imama Khadim Hussain Rizvi appelle à la guerre atomique avec la France Leurs chefs religieux appellent à utiliser l’arsenal nucléaire pakistanais contre…

    Dans une vidéo de haine, l’islamiste Ahmed Moualek (toujours pas en prison) appelle à « brûler les écoles de la République », « pendre Ruth Elkrief » et estime que Samuel Paty a mérité d’être décapité. Il appelle aux meurtres des juifs depuis des années, sans jamais être condamné !

    Oct 25, 202016

    Cela fait des années que nous dénonçons les appels au meurtre des Juifs de l’islamiste radical Ahmed Moualek, antisémite notoire, ami de Dieudonné et Soral, présent sur la « liste…

    Les Ayatollahs iraniens n’auraient pas hésité!

    PS: Qui est le négationniste Marc!?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.