Aujourd’hui c’est le deuxième jour de Rosh Hodesh, du mois hébraïque, Tamouz 5784.

 Tamouz: un temps de remises en question (vidéo)

En prenant  nissan pour le premier  mois de l’année,  Tamouz  en est le quatrième. Nous n’attendons aucune fête pour réjouir nos cœurs et nos êtres mais, au contraire, nous savons que dans notre histoire  au cours de Tamouz ont eu lieu des événements fâcheux qui se sont poursuivis dans le premier tiers du mois suivant.

Cependant, avant que d’évoquer le caractère éprouvant de ce qui eut lieu le 17 de Tamouz, nous évoquerons le fait historique du 3 Tamouz: lorsque les Amoréens attaquèrent les Enfants d’Israël et que Josué, qui était à la tête du peuple d’Israël, vit qu’il manquerait de temps pour les vaincre, il saisit son glaive et le brandit en direction de la lune et du soleil en priant  D. d’arrêter leur course pour permettre au peuple de vaincre son ennemi et le soleil interrompit sa course !

Le 9 tamouz de l’an -586,  les armées de Nabuchodonosor pénétrèrent dans la ville sainte laissant ainsi présager du désastre qui surviendrait un mois plus tard.

En dehors du jeûne de Kippour inscrit dans la Torah,  nous jeûnons à 6 autres reprises dans le courant de l’année mais, quatre d’entre eux sont liés entre eux par la douloureuse histoire  du Temple. Le 3  tishré pour le Jeûne de Guedaliya  gouverneur de Jérusalem assassiné lors de la prise de  la ville, le 10 Tevet à l’occasion de la première faille faite dans les murailles de Jérusalem, le 17 Tamouz le siège de Jérusalem et le mur d’enceinte de la ville s’écroula permettant ainsi aux troupes de Titus d’entrer et de fouler au pied les pavés de la capitale après qu’elle eût été prise  d’assaut. 

La Mishna (Taânit chapitre IV mishna 6) cite cinq autres faits regrettables pour notre peuple qui se sont également déroulés un 17 tamouz : le bris des premières tables de la loi par Moïse,  c’est encore à cette date que cessa le korban tamid,   la cité fut prise d’assaut à cette date,  Apostémus a brûlé un sefer Torah un 17 tamouz et une idole fut introduite au sein du Temple.

Dans les communautés ashkenazes, l’on s’abstient de réjouissances et de célébrations familiales dès le 17 tamouz alors que pour les communautés sefarades c’est seulement au mois d’ Av  que se comprennent les règles de deuil du Temple.

L’exemple du peuple dans le désert

Notre fragilité en cette période sera mieux comprise si nous analysons ce qui s’est passé pour les bnéi Yisrael dans le désert.

Moshé a quitté le campement pour aller recevoir la Torah le 7 du mois de Sivan que nous venons de terminer; il avait annoncé qu’il serait absent 40 jours et reviendrait avec la Torah. Le peuple a donc compté et attendu.

Dès que les 40 jours furent terminés à ses yeux, il perdit espoir et alla se raccrocher aux anciennes divinités d’Egypte et fit le veau d’or.

Pourtant, le peuple n’avait fait qu’une petite erreur dans le calcul des 40 jours. Une impatience et une infidélité de 6 heures seulement.

Manque de compétence, manque de confiance, manque de stabilité.

C’est ce que nos Sages appellent l’action du Satan le provocateur, le perturbateur qui met à l’épreuve.

Reconnaissance envers les femmes

Les femmes n’apportèrent aucun or de leurs bijoux pour faire cette idole et, depuis et de nos jours dans les familles pratiquantes, en reconnaissance de la stabilité qu’elles ont eu en ces jours d’épreuves, les femmes sont dispensées de tout travail pénible chaque premier jour de chaque mois, et plus encore en ce mois de Tamouz.

Roch Hodesh Tamouz plein de joies !

JForum avec Dr Caroline Elisheva Rebouh PhD. et  la rabbanite Tsipporah Heller

 

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires