Militants syriens : “AHED TAMIMI a eu de la chance de ne pas être emprisonnée par le régime Assad”

Beaucoup ont tweeté des photos de Tamimi à côté d’une Syrienne morte, en essayant d’attirer l’attention d’une opinion publique mondiale particulièrement apathique sur la différence de traitement entre les deux.

 

Les militants syriens: "Ahed Tamimi chanceux de ne pas être emprisonné par le régime d'Assad"

Ahed Tamimi à côté d’un grand monument palestinien. (Crédit photo: TOVAH LAZAROFF)

“Israël a libéré Ahed Tamimi en pleine santé et sans aucune égratignure“, a commenté Yasser Wardh, photographe et militant syrien.

Après que Tamimi a été libérée de huit mois de prison pour avoir giflé un soldat, certains, sur les réseaux sociaux arabes, ont débattu de la libération de Tamimi, la comparant aux prisonniers syriens du régime Assad et à d’autres prisonniers maltraités dans la région.

Wardh a comparé sa sortie de prison “alors que des milliers de Palestiniens sont tués dans les prisons du régime d’Assad”.

Ahed Tamimi libérée de prison après huit mois, le 29 juillet 2018 (Reuters)

Nedal al-Amari, un journaliste de Daraa, a également comparé la brutalité du régime syrien au traitement préférentiel de Tamimi.

“La différence entre Israël et Bashar AlAssad #AhedTamimi fille particulièrement chanceuse Parce qu’elle est allée dans la prison d’Israël pas dans la prison d’Assad

Nedal Alamari@nedalalamari

La différence entre Israel and Bashar AlAssad une fille qui a bien de la chance parce que ça s’est passé dans les prisons en Israël et pas dans une prison d’Assad 
ahed Tamimi est sortiée de prison en excellente santé, elle se porte encore bien mieux qu’avant (+ 9 kg).
Notez-le bien : le père d’ahed Tamimi soutient corps et âme le régime d’Assad

“La différence entre Israël et Bachar al-Assad. Ahed Tamimi a bien de la chance, parce qu’elle est allée dans les prisons israéliennes, pas dans les prisons d’Assad », a-t-il écrit.

Des douzaines de tweets en arabe ont mentionné son gain de poids supposé de « 9 kilos ».

“Elle n’a pas été torturée, elle n’a pas été violée, son poids a augmenté de près de 9 kilos, ses cheveux et son visage sont plus beaux”, a écrit Mahdi Majeed.

Iman Kais, qui compte 100 000 visiteurs sur Twitter, a également comparé l’expérience de Tamimi avec les prisons arabes. Elle dit avoir appris à aimer la vie, alors que les personnes emprisonnées dans nos pays arabes peuvent atteindre un stade où elles souhaitent que leur mère ne les ait pas mis au monde.

Beaucoup de photos de Tamimi ont été twittées à côté d’une Syrienne morte, essayant d’attirer l’attention sur la différence de traitement entre les deux.

“Si les gens de Dara’a et du sud étaient détenus par l’occupation sioniste et qu’ils sortaient avec 9 kilos de plus, au lieu d’être arrêtés chaque jour par l’occupation d’Assad, nous n’aurions pas une liste des âmes des martyrs, qui sont plus de 3 000, maintenant”, a écrit un internaute.

Il faisait référence aux milliers de noms de ceux qui ont été assassinés dans les prisons d’Assad. Le régime a récemment publié des listes de personnes disparues et tuées au cours des sept dernières années, dont beaucoup sont mortes torturées en prison.

Le Dr Edy Cohen, de l’Université Bar-Ilan, spécialiste des relations inter-arabes, a également écrit sur Facebook, le 29 juillet, que le poids de Tamimi avait augmenté de 9 kilos en prison.

“Je souhaite que les pays arabes libèrent leurs détenus et voient leur situation atteindre le niveau de santé de Tamimi”, a-t-il noté en arabe.

Il a partagé un post qui est apparu sur une page Facebook avec 51 000 abonnés, qui est en arabe mais lié aux relations kurdo-israéliennes. La page alimentait un débat sur les raisons pour lesquelles les médias de la région se concentraient sur Tamimi plutôt que sur les souffrances de milliers de gens, dans d’autres pays.

Nadine Nashaf, photographe, a cependant trouvé “dégoûtant” de faire cette comparaison.

“Peu importe la situation, les filles et les femmes sont des objets à mesurer, et à insulter si elles ne se conforment pas aux hommes.”

D’autres ont soutenu que c’était un récit israélien qui consisterait à détourner l’attention de sa libération. Hassan Yaroud, résidant d’Agadir au Maroc, a souligné sur Facebook qu’un journaliste israélien avait noté que “187 femmes arméniennes et kurdes sont mortes sous la torture dans les prisons turques et qu’il cherchait aujourd’hui à recueillir les sentiments des musulmans sur ce point” en liant cela à la libération de Tamimi et sa “prisen de poids”.

PAR SETH J. FRANTZMAN
Adaptation : Marc Brzustowski
 31 JUILLET 2018 12:11

3 Commentaires

  1. Pendant son séjour en prison je lui aurais coupé les cheveux à 5cm de longueur en prétextant qu’elle avait attrapé des poux.
    Très grande humiliation pour la petite péronnelle tamimi et aucune torture physique, seulement torture à son ego correspondant aux gifles données aux soldats Israéliens.

  2. Tamimi va porter plainte pour “torture alimentaire” car elle a estimé n’avoir pas donné son consentement pour grossir (9 kgs en trop).
    Le #nofatanymore existe déjà pour supporter son combat.
    On aurait souhaité, à toutes les femmes mortes, dans les conflits arabes, avoir eu cette chance.

    • Cela m’étonnerait. L’abus de loukoum est largement autorisé dans son milieu, et les formes généreuses plutôt appréciées. Elle est bonne à marier maintenant !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.