L’accord frontalier israélo-syrien risque de s’effondrer

Suite à l’annonce que l’armée syrienne a l’intention de revenir à Quneitra, qui fait partie d’une zone tampon démilitarisée et sculptée par l’armistice de 1974, les FDI craignent que Damas ne respecte pas l’accord.

L’accord de séparation des forces de 1974, entre Israël et la Syrie, risque de s’effondrer, avec l’intention annoncée de la Syrie de replacer des forces militaires dans la ville de Quneitra, située à trois kilomètres de la frontière israélienne.

La ville est située dans la zone tampon entre Israël et la Syrie, qui, selon l’Accord de Séparation, est censée rester démilitarisée.

L’arrivée de l’armée syrienne dans la ville testerait la résolution d’Israël que l’accord soit entièrement mis en œuvre.

Nouvelle Quneitra (Photo: Reuters)

Nouvelle Quneitra (Photo: Reuters)

Le chef d’état-major de Tsahal, Gadi Eisenkot, s’est rendu mercredi au Moshav Alonei HaBashan, à l’est du plateau du Golan, afin d’avoir un aperçu de la situation et des scénarios possibles qui pourraient en résulter.

Tsahal se prépare à la possibilité que les Syriens ne respectent pas l’accord de 1974, ce qui pourrait conduire à un conflit militaire avec Israël.

L’accord de séparation, qui fait partie d’un arrangement d’armistice global qui a mis fin aux hostilités, suite à la guerre de Yom Kippour en 1973, garantit, entre autres, l’immunité pour les réfugiés syriens qui fuient vers Quneitra.

Nouvelle Quneitra (Photo: Reuters)

Nouvelle Quneitra (Photo: Reuters)

 

Selon l’agence russe RIA, le Premier ministre Benjamin Netanyahu discutera de la question mercredi prochain avec le président russe Vladimir Poutine, lors de sa visite officielle à Moscou.

Le reportage russe indique que le Hezbollah et les forces militaires iraniennes seraient en train de quitter la région (ce que rien ne vérifie par ailleurs).

Il semble également que lors des pourparlers entre, d’une part, Netanyahu et le ministre de la Défense Avigdor Lieberman d’un côté, et leurs homologues russes de l’autre, ces derniers ont pris l’engagement que les Iraniens ne seront pas autorisés à retrancher leurs forces à moins de 160 km (100 milles) de la frontière israélienne, ce qui n’a encore été que partiellement mis en œuvre.

Première publication le: 07/05/18, 14:13 

Adaptation : Marc Brzustowski

2 Commentaires

  1. Les Syriens et les Iraniens ont intérêt à jouer le jeu. Mais faut pas rêver, les faibles du bulbes ne peuvent pas agir autrement… Que de guerres en perspective, alfred, heu, allah wakbar
    Ils sont méchants ces musulmans, et on ne comprend toujours pas pourquoi, même si cela fait 1400 ans…que cela dure.
    L'(islam a quelque chose d’obsessionnel, comme une verrue disgracieuse sur le nez. C’est que l’islam est moche et qu’il ne s’accepte pas. On se demande pourquoi ? Les faits sont les faits….
    Libérez moi de cette secte nuisible.

  2. Si les Syriens s’installent dans la Zone Tampon , ISRAEL doit s’y installer aussi de son côté , sur 5 km !!
    Sinon les Syro-iraniens vont profiter de la faiblesse d’ISRAEL !!
    Il faut agir de Suite !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.