Seul Poutine retarde le conflit frontal turco-syrien

2
395

Un avertissement russe interrompt l’opération turco-syrienne.

Le retrait américain de l’Est de la Syrie ouvre également la porte à l’Iran

 

L’arrivée de l’armée syrienne dans des villes kurdes du nord-est, assortie des menaces russes, a apparemment stoppé l’avancée de l’armée turque. Le mardi 15 octobre, seuls des incidents isolés mineurs étaient visibles, bien que le président turc Recep Erdogan se soit vanté ce lundi au 6e jour de son offensive, “nous ne reculerons pas”, il s’est empressé d’ajouter : “nous nous coordonnons avec les Russes” ; et de prier leur “approche positive”.

Pour le moment, donc, l’armée turque semble éviter les affrontements directs avec l’armée syrienne, qui est, entre-temps, entrée dans Manbij et a empêché l’armée turque de s’installer. Les forces kurdes y gardent le contrôle, ainsi que dans les villes de Tal Abyad et Ras al Ayn, que les sources turques ont déclaré lundi être tombées entre les mains des milices djihadistes turques.

Mardi matin, il semblait que le président turc avait fait une pause? avant de décider si et comment procéder, compte tenu de la menace russo-syrienne pesant sur ses forces. Il doit calculer jusqu’où il peut aller contre l’armée syrienne sans subir d’intervention militaire russe. Il comprend que le président Vladimir Poutine ne tolérera pas une attaque d’artillerie contre les forces russes, comme celle dirigée «par erreur» contre les troupes américaines au début de l’offensive turque dans le nord-est de la Syrie la semaine dernière.

Le président Donald Trump a, par ailleurs, donné suite à son ordre de retirer 1 000 soldats américains du nord de la Syrie, parun deuxième ordre de retrait des régions orientales situées le long de la frontière syro-irakienne. Il a ajouté que ces troupes resteraient au Moyen-Orient et surveilleraient l’arène syrienne à distance. Dans un appel téléphonique à Erdogan, Trump a demandé une trêve immédiate dans les hostilités dans le nord de la Syrie, alors que le Trésor américain a annoncé à Washington des sanctions à l’encontre des chefs de guerre turcs, des ministères de la Défense et de l’Énergie, ainsi que des ministres de la Défense, de l’Énergie et de l’Intérieur. Trump a également augmenté de 50% les droits de douane sur l’acier turc importé et suspendu les négociations en vue d’un accord commercial de 100 milliards de dollars.

Le président américain a retardé, sans jamais perdre de vue, sa détermination à retirer la présence militaire américaine de la Syrie. En juillet 2018, il a retiré le soutien américain aux groupes d’insurgés syriens du sud de la Syrie et a cédé le contrôle de leurs régions aux forces russes et syriennes. Israël a collaboré aux démarches de Trump en levant le contrôle des zones limitrophes du Golan et en leur permettant de revenir au régime d’Assad, à la place des groupes rebelles syriens avec lesquels Israël avait collaboré pendant la guerre.

Les actions de Trump en octobre 2019, visant à transférer le contrôle du nord et de l’est de la Syrie aux forces gouvernementales syriennes soutenues par la Russie, font donc partie de la même politique cohérente.

Mardi matin tôt, des sources américaines à Washington ont révélé que les forces américaines resteraient dans un dernier lieu syrien, la grande garnison d’Al Tanf, qui commande l’intersection clé des frontières syrienne, jordanienne et irakienne.

Du point de vue d’Israël, la décision de l’administration Trump de se retirer des positions syriennes orientales – à partir desquelles les forces américaines ont pu maintenir la présence iranienne rattachée à un seul endroit, Abou Kamal – ouvre la majeure partie de la frontière syro-irakienne à l’Iran, au Hezbollah et aux milices chiites irakiennes pro-iraniennes, qui contrôlent déjà le côté irakien de la frontière, pour obtenir le libre passage en Syrie ..

  ,  ,  ,  ,  ,  , 

Russian warning pauses Turkish Syria operation. US pullback from E. Syria, too, opens door to Iran

2 COMMENTS

  1. Merdowan va avoir beaucoup de mal à rester big vizir de la Turquie. Dès que les rétorsions vont faire leurs effets, c-à-d très vite, puisque l’économie turque est déjà métastasée, le pacha et ses proches vont être dégagés.
    Et puis il y a des milliers de familles endeuillées, la guerre d’agression a un coup humain exorbitant.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.