Se retirer (de Syrie) juste avant l’assaut (contre l’Iran)

15
7795

Se retirer avant de lancer un assaut

Bien que la décision du président Trump de laisser les Kurdes du nord de la Syrie à leur sort puisse être difficile à accepter, elle n’était ni impulsive ni déraisonnable. Le Moyen-Orient est en ébullition et les intérêts nationaux doivent prévaloir.

La décision du président américain Donald Trump de se retirer de la Syrie et de permettre aux Turcs de lancer une large offensive n’était pas impulsive. Il ne fait aucun doute que laisser les Kurdes dans leur situation actuelle était une décision difficile à comprendre et à accepter, mais la dynamique du Moyen-Orient nécessite un autre type de réflexion et la réalité est parfois brutale.

Le Moyen-Orient est en train de bouillir et le climat est particulièrement chaud dans le détroit d’Ormuz, où l’Iran se bat depuis plusieurs mois contre l’Occident – y compris les États-Unis, la Grande-Bretagne – et les États sunnites du Golfe. La bataille a pris une nouvelle intensité il y a quelques jours, lorsque des groupes satellites iraniens ont attaqué des installations pétrolières saoudiennes. La région se dirige maintenant vers le prochain round. Personne ne sait ce que le prochain jour apportera.

Les Américains, comme le reste du monde occidental, ont clairement intérêt à maintenir leur alliance avec les nations sunnites modérées. Dans ce contexte, l’attaque iranienne contre l’Arabie saoudite exige de l’Amérique qu’elle agisse, même si ce n’est que symbolique. À l’époque Obama, nous avons vu ce qui se passait lorsque la seule superpuissance retirait son soutien à ses alliés: le président égyptien Hosni Moubarak a été évincé et toute la région a été aspirée dans le tourbillon du printemps arabe.

Trump a trois intérêts évidents au Moyen-Orient : premièrement, défendre l’image des États-Unis en tant que superpuissance ; deuxièmement, l’intérêt économique du pétrole du golfe Persique; et troisièmement, se positionner avant les élections présidentielles de 2020.

L’Amérique ne peut hésiter sur aucun de ces trois points, surtout lorsqu’il s’agit d’un président qui réagit à l’administration inefficace de Barak Obama, qui demande une nouvelle fois au public de lui faire confiance. Quiconque penserait que le retrait de la Syrie et l’abandon des Kurdes signifie que l’Amérique se retire du Moyen-Orient est dans l’erreur. Cette décision opérationnelle visait à concentrer les efforts sur l’Iran.

Il est notoire que l’Iran et la Turquie sont des rivaux notoires, ouverts à l’hégémonie au Moyen-Orient. Les Américains le comprennent parfaitement. L’opération menée par la Turquie dans le nord de la Syrie bouleverse l’Iran sous deux aspects : l’un parce que la Turquie exhibe ses muscles, ce qui est mauvais pour les Iraniens, en particulier lorsque cela se produit en Syrie, un allié de l’Iran. Deuxièmement, il y a le danger que l’État islamique réapparaisse. L’Iran a de bonnes raisons de s’inquiéter puisque le principal ennemi de Daesh est l’islam chiite. Les Iraniens ont beaucoup à craindre des manœuvres turques dans le nord de la Syrie. Et rappelez-vous – les Turcs sont des sunnites.

Lorsque ces problèmes sont combinés au renforcement des forces américaines en Arabie saoudite, la seule conclusion est que l’objectif américain est d’accroître la pression sur l’Iran. Cela, en plus des sanctions paralysantes, devrait obliger les ayatollahs à décider de la marche à suivre – soit retourner ou non à la table des négociations, soit s’engager dans une escalade.

Il y a un autre facteur dans l’équation – le président russe Vladimir Poutine. Après tout, la Russie s’efforce de stabiliser la Syrie depuis cinq ans. Le geste de Trump et l’opération turque pourraient mettre Poutine sous pression et le pousser à entraîner les Iraniens à négocier. Aucun des acteurs ne veut voir une escalade supplémentaire, mais il semble que les Américains posent le plus gros défi, et le jeu se dirige vers des moments critiques : que feront les Iraniens, alors que Trump leur rend la vie difficile et que lui-même fait face à une élection ?

L’escalade continue de la situation dans le golfe Persique ne sert pas les intérêts de l’Iran puisque son économie a déjà subi un coup fatal. Cependant, il n’est pas certain que l’Iran prenne l’Occident au sérieux. Il faut dire que si Trump a l’intention de créer un puissant levier, il doit disposer de plus de forces prêtes à agir sur ordre dans le Golfe. C’est peut-être pour cette raison que les États-Unis ont réduit leur implication en Syrie.

Au milieu de tout cela, nous ne devons pas ignorer les souffrances humaines que la question kurde entraîne. Alors que Trump a pris une ligne dure envers le président turc Recep Tayyip Erdoğan en le mettant en garde s’il compte leur nuire, la portée de la situation actuelle est claire : les Kurdes pourraient être confrontés à une tragédie.

Cela peut nous apprendre que rien n’a vraiment changé dans notre monde au XXI e siècle. Les intérêts nationaux sont prioritaires et les préoccupations humaines sont marginalisées. Un peuple sans autodétermination et sans État souverain ne compte pas. Cette dynamique ne fait que souligner la chance de notre génération. il n’y a aucun moyen de savoir ce qui se serait passé si la décision historique du 29 novembre 1947 de déclarer la reconnaissance d’une patrie nationale pour nous n’avait jamais été prise.

israelhayom.com

15 COMMENTS

  1. nations sunnites modérées ????? le jour où vous me montrerez où elle sont, je pourrai vous dire que le messie est peut-être déjà là !!!!

  2. je crois qu il cede la place la patate chaude a la Russie il seme la zizanie avec la Turquie et la Syrie etc les kurdes sans etat sont a la merci de tous comme nous il y a peu c est une bonne chose peut etre ils doivent miser sur le puissant cheval qui les aidera au final a avoir un pays comme nous plus grand si possible aux nations unies avec moins de morts on leur souhaite….

    • Le “puissant cheval”, cela peut être l’opinion publique internationale.
      Les Kurdes bénéficient actuellement d’un puissant courant de sympathie, car ils ont lutté pour nous (au sol) contre Daesh. A eux d’en profiter…

  3. Tous ces médias nombrilistes et suintant leur ego disqualifiéntTrump tous azimuts au moindre de ces gestes ou actes
    C est le président de la majorité des américains et demain si il y avait une élection au USA il serait élu à plus de 60%
    Alors messieurs les journaleux et autre gauchistes mondialistes arrêtaient de donner des leçons et exigeaient de vos dirigeants des actions engagées morales et éthiques pour éradiquer par tous les moyens légaux ou pas cette hydre islamique et voler au secours des Kurdes

  4. Intéressant analyse que vous faites Marc!

    Depuis le début de son mandat, Trump contredis ce qu’il fait et ce qu’il dit. on comprends mieux grâce à vous pourquoi Trump a retirer 1000 soldat de la Syrie. Mais les militaires sont plus nombreuses en Irak pour surveiller l’activité de l’Iran en Syrie et sur la sécurité d’Israël. Mais ce que je suis pas d’accord Bolton a bien fais d’être viré c’est un désorienté qui cherche la guerre et l’instabilité de la région. L’Israël est capable seul de se défendre sans les Etats-Unis en Syrie et il intervient même en Irak. J’espère juste qu’Israël va pas attaquer l’Iran sinon ça entraînera des milliers de morts innocents iraniens et des millions de réfugiés. Et ça sera catastrophique pour la planète! Une intervention sur les bases militaires des gardiens de la révolution serait une bonne idée mais entraînera un conflits directe et c’est mauvais pour la paix.

  5. Je ne suis pas convaincu. 1.000 soldats américains contre l’Iran?
    D’autre part, Trump a déclaré qu’il en avait assez de “ces guerres sans fin” du Moyen-Orient.
    Et il avait promis à ses électeurs d’arrêter ces guerres qui coûtent de l’argent..
    Je crois que pour l’instant il attend sa ré-élection surtout…

    • Doutes partagés, avec tout le respect dû au colonel (de res.) Ronen Itsik qui parle. Trump lui-même nage en pleines contradictions. C’est un désorienté pathétique qui sourit à son électorat, se sent embringué dans des affaires de destitution qui, de toute façon, n’aboutiront pas : le Sénat est républicain majoritairement, et qui fiche des coups de stress à toute l’Administration, si bien que beaucoup, et non des moindres, démissionnent ou se font limoger en cours de route. Il écarte continuellement les gêneurs, comme Bolton parmi les récents.
      Maintenant, il existe des contre-pouvoirs parmi les Républicains, au Pentagone, au Congrès, dans l’opinion : il vient d’y avoir un vote catastrophique pour ce personnage haut en couleur, à 354 voix contre 60, dont 129 Républicains sur 197 au Congrès… Les choses sont claires : s’il veut aussi le soutien des Grands électeurs et pas seulement des électeurs du fin fond du Texas, de l’Alabama et de l’Alaska, il devra soigner son penchant Superman sauveur de l’humanité souffrante (ou au moins riche en pétrole) pour repasser…
      Toute pression contre ce looser qui s’ignorait jusque -là est bonne à prendre….

      • Intéressant analyse que vous faites Marc!

        Depuis le début de son mandat, Trump contredis ce qu’il fait et ce qu’il dit. on comprends mieux grâce à vous pourquoi Trump a retirer 1000 soldat de la Syrie. Mais les militaires sont plus nombreuses en Irak pour surveiller l’activité de l’Iran en Syrie et sur la sécurité d’Israël. Mais ce que je suis pas d’accord Bolton a bien fais d’être viré c’est un désorienté qui cherche la guerre et l’instabilité de la région. L’Israël est capable seul de se défendre sans les Etats-Unis en Syrie et il intervient même en Irak. J’espère juste qu’Israël va pas attaquer l’Iran sinon ça entraînera des milliers de morts innocents iraniens et des millions de réfugiés. Et ça sera catastrophique pour la planète! Une intervention sur les bases militaires des gardiens de la révolution serait une bonne idée mais entraînera un conflits directe et c’est mauvais pour la paix.

      • D’accord c’est un pervers narcissique qui dit tout et son contraire. Mais je lui sais gré d’avoir reconnu Jérusalem comme capitale, et l’annexion du Golan. Ces deux choses, c’est énorme pour nous!
        Ce qui fait qu’il a avec lui bien sûr les juifs d’Amérique, mais encore plus nombreux, les évangélistes, qui veulent protéger Israël. Plus tous les gens qui sont d’accord pour le mur Mexique/US, et enfin les femmes. N’oublions pas que les femmes aiment les hommes autoritaires. Hitler a été élu notamment grâce aux femmes. Ce côté positif de sa maladie pourrait le faire ré-élire l’animal!!

  6. Oh oui, voilà qui est beaucoup plus clair. j’en ai assez de tous ces journaleux et experts en expertises qui disent que Trump est imprévisible etc…Et quand je vois qu’en Israël ,nous en sommes toujours à “tous sauf Bibi” , alors qu’on ne voit pas tout ce qu’il a fait de bien et continue de faire ,aujourd’hui même, pour nous préserver qu’une catastrophe ! çà me dégoûte . Tout çà parce que des gôchaux ne pensent qu’à kiffer et couper la religion de l’Etat JUIF !

  7. Et l’Arabie Saoudite dans tout ça ? Ces grands démocrates à la pointe du progrès pour les droits des femmes, qui financent les extrémistes jusque dans les mosquées européennes, ces gentils sunnites, à quel point Trump et Israël leur sont-ils redevables ? L’Iran est l’ennemi des saoudiens, donc des USA et d’Israël.

  8. @ Damran : Voilà ce qui enclencha cette m…. c’est bien OBAMA qui ne voulait pas engager une guerre contre des musulmans quels qu’ils soient , fussent-ils les plus grands assassins ! Le Coran dit qu’il faut tuer les mécréants et interdit de tuer un musulman qui travaille pour Allah !!! OBAMA a toujours été un bon musulman .
    J’avais été choquée lors de son intronisation , son serment sur la BIBLE était ” trouble” : il n’a pas touché la BIBLE , il a touché la main de sa femme qui la tenait !!! cela m’avait choquée !!! OBAMA a toujours été mu par la TAQYA , la fourberie personnalisée !

  9. Depuis le début de l’affaire , je me demandais si TRUMP et POUTINE n’avait pas un accord secret ! il me semble impossible que TRUMP ait abandonné les Kurdes ! Et je crois que mon idée n’était pas si mauvaise !
    Trump n’est pas intéressé par la Syrie soutenu par Poutine , il lui fait confiance , tant qu’il ne touche pas à ISRAEL !!! ce qui l’intéresse , c’est les Ayatollahs , l’hégémonie de l’ IRAN qui installe ses combattants dans tous les pays environnants , les houtis au YEMEN , le Hezbollah au LIBAN , le Hamas à GAZA poussant vers ISRAEL etc !!!! Le grand Danger c’est ça !!!

  10. Ce n’est pas demain la veille que l’on pourra lire pareille analyse dans les médias français, grands experts pour enfoncer des portes ouvertes, bavasser sans fin, ou pour faire des prévisions abracadabrantesques qui ne se réalisent jamais; nous les pratiquons depuis des lustres et savons de quoi ils sont capables.
    Malgré le lynchage quotidien de TRUMP, il y a toujours de la cohérence dans ses agissements que ses détracteurs ne comprennent pas, ils partent du principe que quoi qu’il dise ou quoi qu’il fasse, il est imprévisible, déstabilisateur, incohérent, voire dangereux.
    Sur une chaine d’infaux en continu, le titre du débat était : TRUMP est-il devenu fou ?
    Plusieurs “experts” ont affirmé que la réponse était oui, et ils regrettaient la grade époque d’Obama !!!!!!
    Seuls quelques rares intervenants ont rappelé que c’est la calamiteux Obama qui avait dévasté la région en trahissant et en prenant des décisions irrationnelles, qu’il était responsable de la mort de plusieurs centaines de milliers de civils, sans parler des millions de “migrants” qui ont fui la région pour venir s’installer en Europe, où les dégâts et la terreur qu’ils occasionnent, ne se comptent plus.
    Nous croirons en la Justice et au Droit, le jour où Obama, le pire président des USA, comparaîtra devant le TPI, et sera condamné pour “crimes contre l’Humanité” et que son nom soit à jamais maudit …..

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.