Sarah Halimi ? Ils ont tous oublié… Oublié… Oublié… (Sarah Cattan)

24
5598

Sarah Halimi ? Ils ont tous oublié… Oublié… Oublié… Par Sarah Cattan

 

Oubliée, l’horreur. Oubliée, la façon dont fut lynchée, défenestrée vivante, Sarah Halimi, en plein Paris, en live, devant mult voisins que les cris de la victime éveillèrent et face à 28 policiers demeurés en attente d’un ordre d’agir qui jamais n’arriva, la nuit du 4 avril 2017 précisément.

Oublié, le silence médiatique glaçant, assourdissant, qui entoura L’Affaire.

Oublié, ce traitement à tout le moins particulier du dossier par Anne Ihuellou, la Juge chargée de l’Affaire, qui réussit à faire l’unanimité contre ses méthodes : avocats et parties civiles furent traités sans la moindre considération. Maître Goldnadel ne devait-il pas s’indigner de l’absence de respect-même que la Magistrate avait pour la robe.

Refus d’une reconstitution !

Elle procéda, la Juge, par ordonnances, par ordonnances, par ordonnances. Mit onze longs mois avant de consentir à acter un beau jour la circonstance aggravante constituée par le caractère antisémite de l’acte de l’assassin.

Elle contraint, de par sa méthode, Maître Buchinger à répondre, lassé qu’ils étaient tous, par demande d’actes, demandes qu’elle réfuta systématiquement, rejointe entre temps par Virginie Van Geyte, une deuxième Juge d’instruction.

Elle décida un autre matin, la Juge, toujours par ordonnance, de solliciter l’avis d’une Commission de 3 Experts psychiatriques agréés près de la Cour de cassation.

Cette décision soudaine étonna jusqu’à Maître Bidnic, l’avocat de l’assassin, qui n’en espérait pas tant : l’expertise psychiatrique de Daniel Zaguri était mise en cause.

Elle motiva, par ordonnance toujours, son refus d’une reconstitution.

Refus d’une reconstitution ! Dans l’Affaire Sarah Halimi !

Elle accula, par tous ces manquements, le sage et patient Maître Buchinger à en référer à la Chambre de l’Instruction, garante de la Justice, suivi qu’il fut en cela par le Parquet. Le Parquet ! Ce n’est pas rien ! Pour info, aucun pouvoir hiérarchique n’existant entre le Parquet et la Magistrate,   François Mollins, en requérant l’application de la loi, fait le job.

Les parties civiles et le Parquet ne demandèrent rien d’extravagant

L’avocat, suivi par Le Parquet, demanda : 

La requalification de l’homicide en assassinat accompagné de barbarie et de séquestration de Sarah Halimi.

La tenue d’une reconstitution que discutait la Magistrate, craignant que cette séance fût dommageable à l’esprit fragile du mis en examen.

Décisions de la Chambre de l’Instruction

La Chambre de l’Instruction, juridiction d’appel de second degré, donc au-dessus de la Juge d’instruction, s’était réunie le 30 mai 2018 et elle rendit hier, 5 juillet, son jugement.

La chambre de l’instruction plongea tous les avocats concernés dans une stupeur indicible et une colère noire.

C’est que la Chambre de l’Instruction suivit la Juge Anne Ihuellou sur la non-opportunité d’une reconstitution. Le mis en examen, il ne sortirait pas de cette UMD ou Unité pour Malades Difficiles. Quoi ? Le barbare avait lynché sa victime en ponctuant ses coups du doux son de sourates ?

Quoi ? Il la traita avant, pendant et après, de sale juive ? De sheitan ?

Quoi ? Il implora Allah ?

Eh bien. Il apparaît que ce dossier que tous les avocats qualifiaient de limpide apporte bien des secrets en son sein.

La Juge Anne Ihuellou, elle avait nommé un collège de 3 experts psychiatriques qui devaient rendre leur rapport le 10 juillet.

Les conclusions des rapports psychiatriques sont toujours, toujours, toujours, envoyées et reçues par fax ? Eh bien, la Juge Ihuellou procède à sa manière, convoquant en son cabinet avocats et Parties civiles ce 10 juillet à 10 heures du matin.

Ils prendront l’avion, les enfants de Sarah Halimi. Une fois encore.

Et pronostiquons que leur sera à tous notifié l’état de démence de Traoré au moment des faits.

Seule une telle décision en effet expliquerait que la Cour n’ait pas fait droit aux demandes des Parties civiles et du Procureur.

A quelle sauce nous servira-t-on la farce cette fois ?

Hypothèses… Traoré aura-t-il été seulement atteint d’une altération de sa responsabilité au moment des faits ?

Pessimistes aujourd’hui, nous en doutons. Si Traoré est jugé par la Commission d’experts pénalement irresponsable, il ne sera pas jugé.

Il n’y aura pas Circonstance aggravante en raison de la religion de Sarah Halimi.

Il n’y aura pas préméditation.

Il n’y aura pas de procès

L’inqualifiable dysfonctionnement de notre police sera-t-il un jour interrogé. Saura-t-on qui dort encore tranquille alors qu’il a choisi de ne pas donner aux forces de police ordre d’agir.

Les avocats ? D’abord pétrifiés par la décision que rendit hier la Chambre de l’instruction, ils étaient ensuite tous … déchaînés. Et le mot est faible.

Rendez-vous mardi 10 juillet 10 heures.

Sarah Cattan

tribunejuive.info


Sarah Halimi : le discernement du meurtrier aboli, selon un collège d’experts

Dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, à Paris (XIe), Sarah Halimi,65 ans, avait étédéfenestréepar un de sesvoisins. DR

picto info

Une nouvelle expertise psychiatrique conclut à l’irresponsabilité pénale du meurtrier présumé de la retraitée de confession juive. Les parties civiles sont convoquées mercredi pour la première fois pour être informées de ce rebondissement.

Y aura-t-il vraiment un procès dans l’affaire Sarah Halimi ? L’enquête sur le meurtre barbare de la retraitée de confession juive, défenestrée dans la nuit du 3 au 4 avril 2017 depuis son HLM du XIe arrondissement de Paris, connaît un virage à 180 degrés que redoutaient les parties civiles. Pas sur le volet religieux cette fois, mais… psychiatrique. Le discernement de l’auteur présumé était en effet « aboli » au moment des faits, selon la toute dernière expertise.

Le 24 avril dernier, deux mois après la mise en examen de Kobili Traoré avec la circonstance aggravante de l’antisémitisme, les juges d’instruction ont mandaté un collège d’experts pour examiner à nouveau le meurtrier présumé. Les missions de ces trois psychiatres, dont deux sont agréés par la Cour de cassation ? « Dire si le sujet présente des anomalies mentales ou psychiques, un état dangereux pour lui ou les autres » et – surtout- s’il est « accessible à une sanction pénale », selon un procès-verbal que nous avons pu consulter.

Les juges pourraient prononcer un non-lieu

Les experts devaient aussi préciser si Kobili Traoré, Français d’origine malienne de 28 ans et voisin de Sarah Halimi, est « curable ou réadaptable ». Selon nos informations, ils viennent de rendre leur rapport aux magistrats instructeurs. Lesquels ont convoqué mercredi matin, pour la première fois, l’ensemble des 11 parties civiles à leur cabinet : les enfants de Sarah Halimi – qui vivent en Israël – et son frère et sa sœur, ainsi que la famille Diarra, pour leur en faire part. La famille Diarra avait été séquestrée par le suspect avant qu’il ne s’introduise chez la retraitée, la frappe avec une violence extrême et la jette du 3e étage aux cris « d’Allah Akbar ».

Un rassemblement inédit et pour cause : les psychiatres concluent à l’abolition du discernement de Kobili Traoré au moment des faits, ainsi que du contrôle de ses actes. En clair : le jeune homme serait irresponsable pénalement. Si les juges d’instruction font leurs ces conclusions, ils pourraient alors prononcer un non-lieu. Ce qui signifierait la fin de l’instruction et l’impossibilité d’organiser un procès. Kobili Traoré était dans un état complètement délirant au moment des faits, analyse encore le collège d’experts. Un état qui ne se justifierait pas seulement par sa consommation excessive de cannabis le jour du meurtre.

«Il contredit les trois rapports du docteur Zagury»

« Nous sentions bien que cette convocation inhabituelle cachait quelque chose, réagit Me Jean-Alex Buchinger, avocat des enfants Halimi. D’habitude, nous recevons le résultat des expertises par fax. C’est ahurissant. Nous allons demander une contre-expertise. » L’avocat est d’autant plus troublé qu’une demande de reconstitution, à laquelle ont souscrit l’ensemble des parties civiles, le parquet et la défense – avait été rejetée jeudi par la chambre de l’instruction, probablement en raison de ce rebondissement. « Ce collège d’experts contredit les trois rapports du docteur Zagury. Ce qui est étonnant, c’est que la juge elle-même a pris l’initiative de cette nouvelle expertise et non l’avocat de Kobili Traoré », fait remarquer Me Buchinger.

Très tôt dans l’enquête en effet, le psychiatre réputé Daniel Zagury avait interrogé à plusieurs reprises le suspect, sans observer d’abolition du discernement. Dans son premier rapport, il avait diagnostiqué chez Kobili Traoré « une bouffée délirante aiguë à thématique mystique et démonopathique » induite par sa consommation de drogue. Ce « trouble psychotique », poursuivait-il, « justifie que l’on considère son discernement comme ayant été altéré », sans toutefois que cela ne remette en cause sa responsabilité pénale.

Que ce soit le docteur Zagury ou le nouveau collège d’experts, tous s’accordent sur le fait que Kobili Traoré a pu être habité par des préjugés antisémites. « J’étais malade », avait justifié le jeune homme lors de son dernier interrogatoire. Il reste aujourd’hui hospitalisé à l’unité pour malades difficiles de Villejuif (Val-de-Marne).

Faits divers|Jérémie Pham-Lê, Jean-Michel Décugis et Geoffroy Tomasovitch|06 juillet 2018, 19h17|MAJ : 06 juillet 2018, 21h24|19

leparisien.fr

24 COMMENTS

  1. La responsabilité pénale de tous ces crimes et dont celui de Madame Halimi remonte au niveau de la complicité entre l’etat des dirigeants communautaires musulmans sous la pression d’interets politiques et économiques avec nombres de pays musulmans.
    Alors on mène par le nez les familles de ces malheureuses victimes sur des débats qui n’ont pas lieu d’Etre.
    Tel est le cynisme des traitres qui gouvernent la France depuis bien trop longtemps.

  2. Si tous les malades mentaux ou ceux qui se droguent passent a l’acte, il y aurai des dizaines d’assassinats par jour, cette ordure a assassiné Mme Halimi en connaissance de cause parque Juive, pourquoi n’est-il pas entré dans une autre maison? Tout est louche dans ce procès. J’espère qu’un jour il aura son compte.

  3. Crions haut et fort et sans relâche contre cet antisémitisme flagrant et puant qui s’installe partout dans toutes les couches de la société.

  4. Depuis le début cette affaire est non pas une “simple!” injustice mais une scandaleuse “affaire d’état”; il s’agit rien moins que de couvrir la haute autorité ayant refusé d’autoriser et /ou de donner l’ordre aux forces de l’ordre – présentes en bas de l’immeuble dès le début- d’intervenir…pendant toute la durée de la mise à mort de Sarah…
    comme on dit maintenant c’est glaçant et je suis convaincu que la plainte très pertinemment déposée je crois par Me Goldnadel n’est pas totalement étrangère aux décisions prises en cascade qui convergent vers une neutralisation du dossier rendant ainsi sans intérêt la recherche et la poursuite de cette ” autorité”… en cas de non -lieu …
    Au secours ZOLA!!
    Charles HAGGAI

  5. Qu’en pense notre cher Président qui avait évoqué l’affaire, sous les applaudissements, au cours du discours lors du décès de Simone Veil ?
    La Panthéonisation de cette dernière justifiera aujourd’hui tous les silences… On invoquera aussi la séparation des pouvoirs….
    Lâcheté quand tu nous tiens…

  6. En fait, on veut des maliens sauveurs.
    Façon hypercacher…
    Où qui escaladent les façades pour attraper un môme en danger. On veut des super-héros, pour faire passer la pillule de la disparition du peuple de France.
    Il y a la queue pour les ivg.
    Et la queue pour les maternités non blanches et non chretiennes, tandis que les fières parades battent leur plein.
    L’indolence francaise nous hurle de filer d’ici.
    Pour n’importe où.
    On verra après…
    Ce bateau sombre, et l’important est de ne pas sombrer avec lui.
    Cette ordure ne sera pas condamnée, et les policiers qui sont restés inactifs ne seront pas inquiétés.
    Pas de regrets, puisque la France n’est plus la France.

  7. Alors, Maître Picnic, mince, pardon Bidnic, comme ZAGURY au lieu de ZAGURI lorsque vous l’écrivez ou plutôt le criez en lettres majuscules dans votre commentaire (psychanalytiquement, on dirait que Maître Bidnic a un énorme problème avec les patronymes), c’est vous qui avait fait relâcher un trafiquant de drogue notoire du nom de Mahdi D il y a peu de temps ? Si c’est le cas, je conclue que vous aimez faire dans la crapulerie d’origine africaine et de culture islamique : vous avez trouvé là votre fond de commerce ou mieux, vos fonds de poubelle comme le charognard qu’est le vautour fauve; à ce rythme-là, vous êtes sur les traces de feu Maître Vergès, défenseur de Klaus Barbie et autres criminels terroristes comme Carlos, tous antisémites (c’est le signe commun de ralliement de ce genre d’avocats), et à ce jeu morbide, l’élève dépassera peut-être le Maître et on pourra dire de l’avocat qu’il est plus trouble que ses clients comme Maître Leclerc l’avait dit de Maître Vergès.

    • J’aurais écrit plutôt Maître Beatnik …. dans le genre “tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil”, même les assassins les plus monstrueux, il se pose là ! 🙂

  8. Les enfants et les petits-enfants de Sarah Halimi ont choisi de s’installer en Israël : loin de cette France antisémite depuis des siècles (pèle-mêle, la meute des anti-dreyfusards, Céline, Drumont et compères, Pétain, JM Le Pen, Fofana, Merah, Nemmouche, Coulibaly, Haidara, le violeur de jeune fille juive à Créteil pour ne citer que quelques-uns du XXéme siècle et du tout début du XXIème), ils pourront beaucoup plus facilement se reconstruire dans un Etat où l’antisémitisme n’existe pas comme en terre gauloise où la haine anti-juive est endémique.

    La plupart des avocats qui défendent les assassins les plus pires sont en général des amoraux : ils auraient défendu Hitler s’il ne s’était pas suicidé et défendraient les violeurs, les tortionnaires et les meurtriers de leurs propres enfants et de leurs propres mères. Pour moi, avocat d’assassins est le plus sale métier du monde mais il en faut comme les vautours fauves et les vers qui sont des équarrisseurs de la nature.
    La seule solution s’il n’y a pas procès : un déséquilibré juif, genre agent retraité du Mossad souffrant d’importants stress post-traumatiques, qui pourra rendre follement justice à la place de la folle justice française.

  9. Quelle perte de temps, pour les derniers juifs de France, qui croient encore à la justice….Pour rappel, à De gaulle, à qui le conseil de la résistance avait demandé d’emprisonner tous les responsables de l’adminitration,police, juge, gendarmes qui avaient volontairement collaboré avec les nazis, après les purges populaires, celui-ci avait répondu, que le pays doit être reconstruit, et que si on devait juger, seulement tous ces gens, il n’y aurait plus d’administration…conclusion, le fondement de toutes les administrations après guerre ont été dirigés soit par de fervents collaborateurs ou des communistes, encore, plus antisémites, alors, et je le regrette, mais aujourd’hui, mieux vaut être africo-musulman que juif, si on veut être jugé équitablement….d’Israël, je vous souhaite des jours meilleurs…

  10. Que d’incompétence, de fautes, d’erreurs, de lâcheté… De la Police, en faisant un détour par la Justice, les politiciens, les médias. C’est la même France aujourd’hui

  11. Cette affaire est consternante , je pense qu’au delà de l’assassin on veut peut etre couvrir l’inaction de la police , sinistre démonstration d’une justice politisée et tres faillible , j’espere que la lumiére sera faite et que la vérité eclatera pour la mémoire de Sarah Halimi et pour sa famille à jamais meurtrie .

  12. Maître Bidnic,
    si votre client n’est pas un monstre, à vous lire du moins, qu’est-il précisément ?
    Comment arrivez vous à défendre un tel criminel et à dormir la nuit ? Donnez moi votre secret pour bien dormir, je ferai peut-être grace à cela des économies de Xanax….
    (avec tout le respect dû à votre titre bien sûr).

  13. Le juge, tout comme les avocats de l’assassin de Sarah Halimi, aurait grand intérêt à lire : “le crime du caporal Lortie” de Pierre Legendre. Cela leur permettrait de comprendre pourquoi un “non lieu” sur ce meurtre monstrueux serait une catastrophe pour l’avenir de la société française et de la justice.

  14. Une honte pour la France, et ses institutions !!Tous coupables des juges aux policiers pour des décisions et attitudes condamnables !! Le retour des années 40 et de sa collaboration étatique et institutionnelle avec le nazisme !! Aujourd’hui c’est un bon en arrière !! Quelle honte ce qur ce pays est devenu !!

  15. DE L’ART D’ÉCRIRE N’IMPORTE QUOI

    “Cette décision soudaine étonna jusqu’à Maître Bidnic, l’avocat de l’assassin, qui n’en espérait pas tant : l’expertise psychiatrique de Daniel Zaguri était mise en cause”, avez-vous écrit, Madame CATTAN.
    Cette assertion est grossièrement fausse (au surplus, je ne vous ai pas autorisé à parler en mon nom, ni vous ni personne d’ailleurs).
    Un magistrat qui recherche la vérité et qui, dès lors, instruit aussi à décharge, on dirait que ça vous dérange. C’est pourtant la loi, il paraît nécessaire de vous le rappeler.
    Bien à vous.

    Thomas BIDNIC, avocat de Kobili TRAORE, le monstre à vous lire.

    P.S. : le patronyme de l’expert psychiatre que vous citez est ZAGURY, pas “ZAGURI”…

    • Ce que je souhaite à cet avocate ou pseudo juge c est que ses parents subissent le même sort que Sarah Halimi et on verra ce qu elle fera cette petite conne.
      Il y a une justice sur terre et c est elle qui l’a paiera j espère très chère.

  16. La France doit vraiment se ressaisir et se soumettre a ses propres lois et appliquer la justice, la vraie. Si elle n’a plus la capacité de le faire, elle doit reconnaitre sa défaillance et transmettre ses prérogatives a un autre pays qui acceptera de les remplir a sa place.

  17. La police n est pas intervenu au bataclan, ni les militaires postés devant, les policiers ont ordre de laisser les. Islamistes agir car les gouvernements sont tetanisés par la peur , c est juste la deliquescence du pays qui s opere sous nos yeux , rien de moins

  18. Très suspect ce nouveau revirement de la Cour et cette nouvelle expertise qui contredit la première.
    Si le “discernement” du meurtrier avait été aboli au moment des faits, il n’aurait pas cherché à simuler le suicide de sa victime avant de la défenestrer, car c’est au contraire bien la preuve qu’il savait ce qu’il faisait.
    Aucun psychotique n’aurait agit ainsi.
    Pourquoi les juges cherchent-ils à noyer le poisson ?
    C’est honteux et scandaleux. Ce procès doit avoir lieu et on veut savoir pourquoi la police n’est pas intervenue pour empêcher ce crime monstrueux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.