« JE SUIS DEVENU FOU »: LE PÈRE D’UNE FILLETTE AGRESSÉE SEXUELLEMENT RETROUVE LE SUSPECT ET SE VENGE

TEMOIGNAGE RMC. Un jeune homme de 16 ans, soupçonné d’agression sexuelle sur une fillette, a été roué de coups par le père de la victime et des amis, à Roanne (Loire), dans la nuit de vendredi à samedi. Un passage à tabac dénoncé par le procureur de la République. Le suspect a été mis en examen et placé en détention. Il est actuellement soigné à l’hôpital.
Un adolescent de 16 ans, soupçonné d’agressions sexuelles sur une fillette de 6 ans à Roanne (Loire) a été mis en examen et écroué dimanche soir. Ce mineur isolé, qui résidait depuis une quinzaine de jours dans une structure spécialisée voisine de la maison de la victime, « nie les faits qui lui sont reprochés », indique le parquet.
Il est actuellement soigné à l’hôpital de Roanne, car le père de la fillette, aidé par des voisins et amis, a interpellé en premier le suspect et l’a passé à tabac.
L’agression de la fillette remonte à jeudi dernier. En pleine nuit, un homme s’introduit dans la maison par une porte laissée ouverte. Il entre dans la chambre de l’enfant et aurait procédé à des attouchements. La mère, alertée par les bruits, sort et tombe nez à nez avec l’individu, qui fuit. Le père, qui était au travail, rentre dans la foulée. 3

LE PÈRE ORGANISE UNE RONDE

« Je suis devenu fou, mais fou fou fou », insiste Aniss.
Vendredi, il porte plainte et décide d’organiser une ronde pour retrouver le suspect. « On était persuadé que la personne était pas loin d’ici car elle a disparu trop vite », affirme-t-il. La nuit suivante, des voisins gardent un œil sur la maison. L’un d’eux voit un homme qui tente d’enjamber la barrière et l’interpelle. Le père est prévenu.
« J’ai pris la photo de la personne, je reviens voir ma femme, j’ai à peine le temps de lui faire voir le téléphone et elle n’a même pas eu le temps de me dire ‘oui, c’est lui’, qu’elle a repris un deuxième choc dans la tête », explique-t-il.

UN PASSAGE À TABAC DÉNONCÉ PAR LE PROCUREUR

Quand il revient, l’individu tente de prendre la fuite.

« J’ai réussi à lui sauter dessus et à le rattraper, il y a des coups qui ont été portés », reconnaît Aniss.

Des coups violents et nombreux, avec les pieds, les poings et des barres de fer.
Le procureur de la République de Roanne, Albdelkrim Grini, dénonce ce passage à tabac. « On ne peut pas accepter que de tels faits soient commis, quand bien même ce jeune homme aurait commis les faits pour lesquels il a été interpellé et mis en examen, ça ne justifie pas et ça ne légitime pas les violences », souligne-t-il.
Les responsables de ces violences pourraient devoir répondre de leurs actes devant la justice.

Vincent Chevalier  rmc.bfmtv.com

7 Commentaires

  1. Dans un état de droit, personne n’a le droit de se faire justice lui-même a rappelé Mr véran…
    C’est effectivement la règle, sauf si la justice est inopérante, lente, voir incompétente !
    Sauf si la justice protège en première intention les voyous, avant les victimes !
    sauf si la justice et le législateur imposent la présomption d’innocence contre les évidences..
    Sauf si la justice perverti la sémantique de la réalité..
    La réalité d’aujourd’hui se dirige inéluctablement et dangereusement vers une justice populaire de substitution, reste à savoir si les excès des uns seront supérieurs aux carences des autres.

  2. Si le père n’avait pas essayer avec des amis pour retrouver le pedophile et lui donner une bonne tannée , le petit con aurait fait sa petite vie tranquille et aurait recommencé, c’est bien fait pour sa gueule , quand eu procureur il sait très bien que chez lui au Maghreb le type aurait été trucidé , bon alors les hypocrites et politiques qui laisse la justice dans cet état j’espère que cela n’arrive pas à un membre de votre famille ….

  3. Le procureur français de Roanne s’appelle Abdelkrim ? Et bien, on n’est pas arrivés avec cette invasion dans tous les rouages de la société.
    Bravo au père : quand le Pouvoir socialo- macroniste français encourage et défend les violeurs d’enfants, il n’y a qu’une -et une seule- façon de réagir : mettre fin à l’agresseur …..
    Quant au Procureur, s’il défend le violeur, il devra s’expliquer devant la justice du peuple.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.