On a d’abord cru à un acte terroriste. Mais le jeune tueur de Munich qui s’est suicidé après avoir fait 9 victimes près d’un McDonald’s dans un centre commercial n’a rien de l’illuminé attiré par Daech. Il ressemble davantage aux tueurs de Columbine ou à celui de Sandy Hook aux États-Unis. Un jeune mal dans sa peau, souffrant de dépression, adeptes des jeux vidéo violents, mais surtout fasciné par les tueries de masse. Il a ciblé des jeunes. Ses pairs. Parmi ses victimes, trois étaient âgées de 14 ans, deux de 15 ans, les autres ayant 17, 19, 20 et 45 ans. Il les a de surcroît attirés dans ce McDonald’s en leur tendant un véritable traquenard sur Facebook.

Ses éléments sont apparus peu à peu ce samedi après une nuit de confusion pendant laquelle Munich s’est retrouvée en état de siège, les policiers étant à la recherche de trois tireurs. En réalité, David Ali Sonboly, 18 ans, a agi seul. Et l’absence totale de motivations politiques comme de tout lien avec le terrorisme islamiste est patente sur la foi des éléments retrouvés sur lui et lors de la perquisition du domicile de ses parents, non loin du lieu du massacre. Dans son sac à dos, les enquêteurs ont ainsi trouvé pas moins de 300 munitions, indiquant qu’il avait l’intention de commettre un véritable carnage.

Des documents sur la tuerie d’Utoya en Norvège

David Ali Sonboly est né et a grandi à Munich, il a la double nationalité allemande et iranienne. Bild a publié sur son site une photo du jeune homme. Selon la police, il souffrait d’une « forme de dépression ».

Capture d’écran de Bild.

Plusieurs livres sur la folie meurtrière ont par contre été retrouvés chez lui. La police estime aussi qu’un lien peut être fait entre l’attaque qui a frappé de la nuit dernière et le cinquième anniversaire du massacre d’Utoya près d’Oslo, lorsque Anders Behring Breivik a tué 77 personnes, des jeunes qui campaient sur une île. Le jeune homme, qui s’est suicidé, possédait dans son appartement des documents liés à cette tuerie. Toutefois, les enquêteurs précisent que rien n’indique qu’il partageait l’idéologie raciste de Breivik. Il s’était aussi documenté sur une autre tragédie survenue en 2009 en Allemagne : un adolescent de 17 ans, pris de folie, avait tué 15 personnes, plongeant le pays dans la stupeur.

La police a également confirmé les informations de Bild selon lesquelles le tueur a tendu un véritable piège à ses victimes, en piratant le compte Facebook d’une femme, « Selina Akim », où il invitait des jeunes à manger à prix réduits dans le McDonald’s du centre commercial.

« Je ne l’ai jamais vu en colère »

Le jeune garçon était inconnu des services de police. Il vivait chez ses parents, arrivés comme demandeurs d’asile à la fin des années 90, dans un immeuble de logements sociaux moderne et discret, au cœur de Maxvorstadt, un quartier plutôt aisé. La plupart de ses voisins tombaient des nues, selon les témoignages recueillis par l’AFP. Certains des élèves fréquentant la même école située près de son domicile parlent d’un jeune calme et discret. Une voisine, sur les lieux, a affirmé connaître le jeune homme, « une bonne personne (…) qui riait comme toute personne normale ». « Je ne l’ai jamais vu en colère, je n’ai jamais entendu de problème avec la police ou avec les voisins », a témoigné Delfye Dalbi, 40 ans, qui habite le même immeuble que le tireur. Toutefois le ministre de l’Intérieur, Thomas de Maizière a précisé qu’il avait pu être harcelé par des jeunes de son âge.

Pour Stephan, le serveur du « Treemans », un café branché installé au rez-de-chaussée de l’immeuble, « tout dans son langage corporel était synonyme de je ne veux pas vous parler« . « Il n’était pas comme les jeunes de son âge, branchés, foufous, avec des coupes de cheveux à la mode. Il avait l’air plus calme. C’était un garçon timide. »

Sur une courte vidéo amateur largement diffusée vendredi soir sur les réseaux sociaux et depuis authentifiée par les autorités, un riverain agonit d’injures un homme vêtu de noir, un pistolet à la main, qui se trouve sur le toit du centre commercial. « Sale métèque », lui lance-t-il. Une voix lui répond : « Je suis allemand, je suis né ici. Dans un quartier de Hartz IV », (le nom de l’allocation chômage longue durée, synonyme en allemand de quartier défavorisé, NDLR), avant de lancer : « Je suis en traitement hospitalier. Je n’ai rien fait. »

Musulman chiite, il semble s’être récemment converti au christianisme, selon Thomas de Maizière.

Retour au calme

À Munich, la vie reprend peu à peu son cours. Temporairement interrompus, les transports en commun ont recommencé à fonctionner samedi matin. Le calme est aussi revenu autour du centre commercial OEZ. En début de matinée, la police lavait encore à grande eau les trottoirs devant les magasins. Plusieurs personnes sont venues déposer des fleurs devant le cordon de sécurité qui empêche toujours l’accès de la zone touchée par l’attaque. Parmi elles, cet homme, venu voir de ses yeux l’endroit où son fils l’a appelé en début de soirée. L’adolescent était présent dans le McDonald’s où le tueur a fait ses premières victimes. Il a téléphoné à son père pour lui dire de ne pas aller dans ce quartier en raison des tirs. Conduit à l’hôpital, le jeune homme a pris des calmants avant d’être renvoyé chez lui pour se reposer. L’employé d’une pharmacie toute proche était, lui, dans le centre commercial lorsqu’il a entendu des tirs. Il est resté cloîtré avec d’autres personnes pendant près de trois heures dans un magasin avant que les forces de l’ordre viennent les évacuer dans le calme, selon ses propres dires.

À Berlin, la chancelière, qui a réuni ses principaux ministres, a évoqué « une nuit d’horreur » avant de rendre hommage aux Munichois, notamment à ceux qui ont ouvert leurs portes aux personnes errant dans la ville qui se retrouvait en quasi-état de siège. Ils ont montré que « nous vivons dans une société libre et qui fait preuve d’humanité », a-t-elle souligné. C’est dans ces valeurs que réside « notre grande force ».

Frédérik Thérin

Le Point

2 Commentaires

  1. Converti au christianisme !
    Encore une invention de la presse ou de la police de Madame Merkel pour ne pas « stigmatiser les musulmans ».
    A noter que les assassins se recrutent aux portes des mosquées et non des temples bouddhistes.

  2. « semble s’être converti au christianisme » … Ben dites donc , sacrée conversion , qui le pousse à tuer au hasard un nombre maximum d’autres jeunes . Bizarre , non ? pourtant le christianisme prend en compte les Dix paroles , notamment le « tu ne commettras pas de meurtre » , je gage que vous ne l’ignorez pas , même si , quand on veut tuer son chien , on dit qu’il a la rage , n’est-ce pas ?… . Ca ne vous paraît pas bizarre ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.